Chiens montréalais : puces obligatoires

30 décembre 2019
Une Yorkshire-terrier

Ce sera obligatoire à partir du 1er janvier 2020.

Qu’il soit puceau ou géniteur confirmé, qu’il soit infesté de puces ou libre de ces bestioles, chaque chien (ou chat) de Montréal (ou de Laval) devra porter une puce électronique sous-cutanée de la taille d’un grain de riz.

Sur celle-ci est enregistré un numéro de dossier. Ce dernier est nécessaire pour accéder électroniquement aux coordonnées du propriétaire de l’animal.

De plus, l’animal devra être stérilisé s’il est âgé de plus de six mois.

Référence :
Le micropuçage obligatoire dès le 1er janvier à Montréal et à Laval

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif M.Zuiko 25mm F/1,2 — 1/80 sec. — F/1,2 — ISO 2500 — 25 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Animaux, Informatique, Nature | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les poches percées de la classe moyenne

29 décembre 2019

En Amérique du Nord, tous les partis politiques ‘sérieux’ suivent la même recette pour séduire l’électorat.

Cette recette consiste à promettre l’instauration d’une série de nouvelles mesures ciblant une multitude de groupes particuliers. Et si on fait la somme de ces groupes particuliers, on obtient à peu près tout le monde.

Mais qui dit ‘nouvelles mesures’ dit ‘nouvelles dépenses’.

Puisqu’ils promettent également une réduction des taxes et des impôts, comment ces promesses seront-elles financées ?

C’est simple; par la rationalisation des finances publiques. Pas n’importe laquelle; celle qu’on effectue sans diminution de la qualité des services offerts à la population.

Il suffisait d’y penser…

Mais comment choisir un parti politique plutôt qu’un autre ? En analysant soigneusement les friandises qu’ils nous offrent.

Mais surtout, on doit distinguer diminution de taxes et diminution de taxes. Ce n’est pas pareil.

Les diminutions de taxes du Parti libéral du Canada favorisent les gens comme vous et moi alors que celles des Conservateurs ciblent les gens riches… C’est du moins ce que nous dit la propagande libérale.

Mais les Libéraux oublient de parler de la théorie du ruissèlement. Ce que n’oublient pas de faire les Conservateurs.

Ceux-ci affirment que l’argent qu’on place dans la poche des riches ruissèlera le long de leurs cuisses pour atteindre les gens prosternés à leurs pieds. C’est à dire vous et moi.

C’est la théorie du ruissèlement.

Mais les choses sont-elles aussi tranchées entre Libéraux et Conservateurs ?

Les baisses d’impôt du gouvernement Trudeau consenties depuis 2016 à la ‘classe moyenne’ représentent une diminution de revenus de 3,5 milliards$ par année pour l’État canadien.

C’est beaucoup. Pourtant, la plupart des gens de la classe moyenne n’ont pas vu cet argent passer. Où donc est-il allé ?

Le quiproquo provient du fait qu’on surestime les revenus de la classe moyenne. Conséquemment, on se trompe au sujet de ceux qui en font partie.

En 2017, selon Statistique Canada, le revenu annuel moyen au pays était de 46 700$. Toutefois, le revenu médian était d’environ 35 000$.

Cela signifie que la moitié des Canadiens gagnent annuellement moins que 35 000$ et l’autre moitié gagnent plus.

C’est donc à dire que la classe moyenne occupe une zone de part et d’autre de 35 000$ de revenus par année et non de 46 700$. Ce qui est très différent.

Selon le Directeur parlementaire du budget fédéral, 55 %
du 3,5 milliards$ donné à la ‘classe moyenne’ s’est retrouvé dans les poches de ceux qui gagnent plus de 90 600$ par année. C’est près du triple de la ligne de démarcation dont nous venons de parler.

Lorsque les firmes de relations publiques embauchées par Ottawa fournissent aux médias des exemples concrets des économies réalisées, elles surestiment ce qu’est la classe moyenne.

Au 55 % de réduction d’impôts qui va à ceux qui gagnent plus 90 600$, si on ajoute le pourcentage inconnu qui va à ceux qui gagnent entre la médiane et ce 90 600$, le résultat est que la moitié de la population canadienne en bas de cette médiane n’obtient que des miettes des baisses d’impôts du gouvernement Trudeau.

Références :
À qui profitent les baisses d’impôt d’Ottawa?
Revenu des particuliers (html)
Revenu des particuliers (PDF)

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Économie, Politique canadienne | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Quand la gourmandise favorise l’évolution

27 décembre 2019
Pommier ‘Richelieu’ au printemps
Un pommier à l’automne

En sélectionnant à chaque génération les spécimens aux caractéristiques supérieures et en les faisant se reproduire, les Humains ont permis le développement de plantes plus nutritives, ou plus résistantes à la maladie ou à la sècheresse.

À l’exclusion d’un petit nombre de cultivars plus modernes, les 20 000 variétés de pommiers domestiques descendent de la première variété sucrée — la Malus sieversii — originaire du Kazakhstan.

À l’origine, cet arbre sauvage produisait des fruits amers.

Ce ne sont pas les Humains, mais plutôt les ours qui ont fait évoluer l’espèce.

Ceux-ci mastiquaient les pommes plus grosses, plus sucrées et plus juteuses et avalaient tout rond celles amères.

Or les pépins de cette variété ne germent pas lorsqu’ils demeurent prisonniers de l’enveloppe du fruit.

Pendant des millénaires, ce sont donc les arbres aux fruits de plus en plus sucrés qui se sont reproduits, grâce à la gourmandise des ours qui ont dispersé leurs graines dans leurs matières fécales.

Les Humains ont ensuite propagé le résultat du travail des ours aux quatre coins du globe, faisant de ce fruit le troisième consommé dans le monde (après les agrumes et la banane).

Ce sont d’abord les Chinois qui l’ont adopté il y a trois-mille ans. Grâce à la route de la soie, le fruit a séduit les Arabes, puis les Grecs et les Romains… comme Adam, dit-on, bien avant eux.

Références :
Malus sieversii
Pomme
Si vous aimez les pommes, remerciez les ours

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs Lumix Leica 42,5 mm F/1,2 + filtre Hoya à densité neutre ND8 (1re photo) et Lumix 12-35 mm F/2,8 (2e photo)
1re photo : 1/1600 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 42,5 mm
2e  photo : 1/200 sec. — F/4,5 — ISO 200 — 35 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires

| Agriculture, Botanique, Fruits, Nature | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le brunch au Québec

26 décembre 2019
Une famille québécoise, un dimanche d’octobre 1917

Autrefois, on n’allait pas au lit le samedi soir sans s’être lavé en prévision du lendemain matin, alors qu’on mettrait ses plus beaux atours pour aller à la messe.

Jusqu’en 1957, les Catholiques qui voulaient communier à la messe du dimanche devaient être à jeun depuis minuit.

Dans les campagnes québécoises, les fidèles devraient parfois parcourir de longues distances avant d’arriver à l’église. On faisait donc débuter la grande messe dominicale vers 9h30 afin de permettre à tous d’y assister.

Après la messe, les gens revenaient chez eux affamés, tard dans l’avant-midi.

D’où l’idée de devancer le repas du midi sans sentir le besoin de lui donner un nom particulier.

Symboliquement, le dimanche était le jour consacré à Dieu. On sortait sa plus belle vaisselle; on la déposait ce jour-là sur une nappe. On servait du pain blanc à la place du pain noir de semaine et on sortait de la glacière de la crème fraiche pour garnir les desserts.

Bref, c’était la fête hebdomadaire.

À la fin des années 1960, les grands hôtels se mettent à offrir au dimanche midi des buffets gargantuesques et répandent le mot ‘brunch’, un mot-valise combinant breakfast (petit déjeuner) et lunch (repas du midi).

Au fil des modes gastronomiques, le menu s’est transformé. Les sculptures de glace et le saumon en croute n’y trônent plus de manière ostentatoire et les petites bouchées ont fait place à des mets plus simples à préparer.

À l’origine réservé au dimanche, le brunch tend à se répandre le samedi midi et, dans certains restaurants, à tous les midis de la semaine.

Références :
Autopsie d’un repas du dimanche
Jeûne eucharistique

Postscriptum : Pour connaitre l’identité des personnes de la photo, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Nourriture | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Message de Noël 2019

25 décembre 2019
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Cette photo montre la crèche que Joaquim Machado de Castro et ses artisans ont créée en 1766 pour la cathédrale de Lisbonne.

On accèdera à la photo originale en cliquant sur ceci.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif PanLeica 25mm F/1,4 — 1/60 sec. — F/1,4 — ISO 800 — 25 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 5 — Nombre de votes : 1

Un commentaire

| Carte de souhait, Graphisme | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le Devoir, un quotidien emballant

24 décembre 2019
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Chacun d’entre nous choisit sa manière de favoriser l’environnement.

Depuis plus d’une décennie, j’enveloppe mes cadeaux dans du papier journal. Mais pas n’importe lequel; mes cadeaux sont trop précieux pour être emballés avec autre chose qu’avec des pages du Devoir.

Ce qui a semblé longtemps être une extravagance dictée par l’avarice a soudainement fait sensation l’an dernier auprès de mes jeunes nièces, préoccupées par l’environnement.

Par crainte d’être copié, j’ai décidé cette année d’ajouter une corde en guise de ruban décoratif.

On en trouve facilement chez n’importe quel quincailler. Celles en coton sont jolies, mais tellement bien faites qu’on les croirait en plastique.

J’ai donc opté pour une corde de chanvre ou de jute, d’aspect beaucoup plus rustique (qu’on doit couper avec des pinces tellement elle est résistante).

Avouez que ç’a de la classe…

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif Lumix Leica 42,5mm F/1,2 — 1/40 sec. — F/1,2 — ISO 6400 — 42,5 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

5 commentaires

| Environnement | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Écosse : l’union britannique ou européenne ?

23 décembre 2019
Les brumes de l’indécision

Le produit intérieur brut (PIB) de l’Écosse est de 277 milliards$Can (190 milliards d’euros).

C’est 42 374$ par habitant, soit un peu plus qu’au Québec (39 851$), qu’en France (39 463$), et que dans l’ensemble du Royaume-Uni (38 190$).

L’Écosse exporte la moitié de sa production de biens et de services.

Du 139,3 milliards$ exporté, le reste du Royaume-Uni en achète 83,7 milliards$ (60 %), les autres pays de de l’Union Européenne en prennent 25,5 milliards$ (18,3 %) et le reste — 30,1 milliards$, soit 21,6 % — se disperse aux quatre coins du monde.

Puisque son économie et les emplois dépendent à ce point du commerce avec les iles britanniques, l’Écosse ne devrait-elle pas craindre les représailles économiques de Londres si le divorce écossais devait s’effectuer d’une manière qui déplairait à son puissant voisin ?

Il n’est pas possible de répondre à cette question sans connaitre la balance commerciale de l’Écosse. En d’autres mots, il faut se demander qui vend le plus à qui.

Si l’Angleterre vend plus à l’Écosse que l’inverse, c’est l’Angleterre qui a intérêt à ne pas indisposer l’Écosse et non le contraire.

Étonnamment, il ne semble pas y avoir de données récentes au sujet des exportations britanniques vers l’Écosse. Même les publications émises par le gouvernement écossais admettent cette lacune.

Toutefois, on sait qu’entre 1998 et 2012, la balance commerciale écossaise a affiché un déficit commercial d’environ dix-milliards de livres sterling par année si on exclut les ventes d’hydrocarbures écossaises extraites de la mer du Nord.

Cette exclusion se justifie par le fait que si l’Angleterre n’en voulait pas, d’autres pays se bousculeraient aux portes de l’Écosse pour en acheter.

En somme, si la situation n’a pas changé, l’Angleterre dépend plus de l’Écosse que l’inverse.

Tobacco Merchant’s House (1775)

Pendant des siècles, les marchands écossais ont été victimes de discrimination de la part des marchands londoniens. Quand les premiers avaient du succès dans un secteur de l’économie — le commerce du tabac avec la Virginie, par exemple — les seconds se faisaient octroyer un monopole royal à ce sujet.

Bref, le désir d’autonomie des Écossais prend racine profondément dans l’histoire et la culture de cette partie du monde.

Et aujourd’hui, une partie des Écossais — minoritaire à un premier référendum — font le pari que leur nation a plus d’avenir dans un marché de 446 millions de personnes (sur le continent européen) qu’avec les 61 millions de personnes qui habitent le reste du Royaume-Uni.

Références :
Export Statistics Scotland 2017
L’économie écossaise en dix chiffres
Scotland’s Economy : recent developments

Détails techniques des photos : Canon PowerShot G6
1re photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 400 — 9,1 mm
2e  photo : 1/800 sec. — F/2,0 — ISO 50 — 7,2 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Économie, Politique internationale | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Quand un ministre québécois enseignait privément au fils d’un dictateur

20 décembre 2019

2019-12-20-CouillardEn mars 2008, alors qu’il était ministre du gouvernement Charest, Philippe Couillard a prononcé un exposé d’une vingtaine de minutes dans les bureaux montréalais de SNC-Lavalin.

Son auditoire ? Une seule personne : Saadi Kadhafi. C’était le troisième fils du dictateur libyen. Déjà important financier du terrorisme international, le père Kadhafi commanditera l’attentat de Lockerbie (qui fera 270 morts en Grande-Bretagne) à la fin de cette année-là.

Bref, des gens très respectables.

Cet exposé s’inscrivait dans le cadre d’une série de cours privés organisée spécialement pour lui par la firme d’ingénierie.

Mais pourquoi donc un ministre auquel vous et moi n’avons pas accès en dépit du fait que nous le payons plus de 150 000$ par année, accepte-t-il de donner gratuitement un cours à un fils de dictateur ?

Pour comprendre cette sollicitude, il faut savoir que sous le gouvernement de Jean Charest, il existait une relation incestueuse entre le gouvernement libéral et les firmes d’ingénierie.

Celles-ci étaient les seules entreprises exemptées des règles concernant le démarchage auprès de l’appareil de l’État. En d’autres mots, elles avaient un accès illimité et non documenté aux antichambres ministérielles.

À cette époque, chaque ministre devait rapporter 100 000$ par année à la caisse du Parti libéral du Québec.

Or, dans bien des cas, les activités de financement étaient livrées ‘clé en main’ par des firmes d’ingénierie.

Ces dernières trouvaient les locaux, embauchaient les traiteurs pour les hors-d’œuvre et les boissons, s’occupaient des invitations et assuraient aux participants l’accès privilégié au ministre.

À l’issue de la soirée, la firme d’ingénierie donnait à l’attaché politique du ministre une enveloppe brune contenant la liste des employés des compagnies présentes, employés qui auraient versé la somme maximale permise par la loi à la caisse du Parti libéral. Le tout accompagné d’une pile de chèques ou d’une liasse de billets de banque.

En somme, si les ministres parvenaient à atteindre l’objectif de financement exigé d’eux, c’était souvent grâce aux firmes d’ingénierie.

Évidemment, quand l’une d’entre elles vous demandait un petit service, on ne disait pas non.

En mars 2008, Philippe Couillard avait secrètement décidé de quitter la politique. Cette décision ne sera connue qu’au moment officiel de sa démission, sept mois plus tard.

Ceux qui quittent la politique trouvent facilement du travail lorsqu’ils sont avocats. Mais pour d’autres, le retour au privé est plus difficile.

Les firmes d’ingénierie ont l’habitude de permettre à certains d’entre eux de traverser plus facilement le désert qui suit généralement leur changement de carrière.

Au minimum, on les nomme au Conseil d’administration d’une compagnie du groupe. Évidemment, les jetons de présence qu’ils reçoivent alors ne suffisent pas à maintenir le niveau de vie qu’ils avaient comme ministres, mais c’est mieux que rien.

Les ex-ministres capables d’exercer une influence sur le gouvernement sont traités aux petits ognons; il n’est pas rare qu’on les embauche à titre de vice-président quelque part dans la hiérarchie de la compagnie afin que cette influence serve l’entreprise.

Dans le cas de Philippe Couillard, on sait qu’à sa sortie du gouvernement, plus précisément de 2009 à 2011, il est devenu conseiller du prince titulaire du poste de ministère de la Santé en Arabie saoudite

Or la dictature de ce pays est un des principaux clients de SNC-Lavalin.

Est-ce que la firme d’ingénierie a joué un rôle dans cette nomination ? On l’ignore, mais il est probable qu’elle n’y ait pas été étrangère.

Bref, ces vingt petites minutes de bénévolat pour SNC-Lavalin ont probablement été le meilleur investissement à vie de Philippe Couillard.

Toute cette histoire nous ramène à l’époque où les plus grands serviteurs de l’État étaient assujettis à de vulgaires collecteurs de fonds et servaient de paravents au pillage du Trésor public par des intérêts privés.

Et parmi cette pourriture morale qui gangrenait l’État québécois, voilà qu’un des plus importants ministres du gouvernement libéral en était rendu à être le tuteur privé du fils d’un dictateur.

Triste époque…

Références :
Philippe Couillard
Couillard doit s’expliquer sur ses liens avec l’Arabie saoudite, dit Khadir
Philippe Couillard, professeur privé de Saadi Kadhafi
Vol 103 Pan Am

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 5 — Nombre de votes : 1

Laissez un commentaire »

| 2003-2012 (années Charest), Politique québécoise | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


L’affaire SNC-Lavalin : une fin en queue de poisson

19 décembre 2019


 
Le sort en est jeté; une filiale de SNC-Lavalin a été condamnée à débourser 280 millions$ (payable sur cinq ans) sous une accusation réduite de fraude (et non de corruption) pour une affaire de pots-de-vin en Libye.

Cette filiale (et non sa maison-mère) est placée en probation pour trois ans. Au cours de cette période, un contrôleur indépendant — nommé par qui ? — exercera une surveillance et publiera un rapport annuel sur la façon dont l’entreprise se conforme aux règles.

Les autres accusations ayant été abandonnées, voilà comment se termine l’affaire SNC-Lavalin.

Yves Boisvert (de La Presse) et Gérard Bérubé (du Devoir) estiment que cette sanction est raisonnable et s’apparente à celle qu’aurait pu subir SNC-Lavalin à l’issue d’un Accord de poursuite suspendue (APS).

Effectivement, deux mois après la réélection de Trudeau, la Direction fédérale des poursuites pénales enterre ainsi la hache de guerre avec le premier ministre, parvenant avec SNC-Lavalin à un accord qui imite un APS sans s’être soumise à la loi votée par son gouvernement.

S’il avait su que tout cela finirait ainsi, le premier ministre Justin Trudeau se serait évité bien des soucis en essayant de préserver la compagnie d’une condamnation pour corruption.

Trouble-fête, Patrick Lagacé (de La Presse) fait toutefois remarquer que cette sanction représente à peine 0,56 % du chiffre d’affaires actuel de la compagnie.

Mort de rire, le milieu financier s’est empressé de racheter des actions de la firme d’ingénierie, faisant bondir la valeur de son titre de 23 %.

Donc, tout est bien qui finit bien.

Les accusations contre les véritables coupables ont été abandonnées ou n’ont entrainé que des condamnations mineures. Et la compagnie s’en tire avec une amende symbolique.

Et si SNC-Lavalin voulait éviter de payer un seul centime à l’État canadien, la firme d’ingénierie n’aurait qu’à mettre la clé dans la porte de sa succursale SNC-Lavalin Construction et la rouvrir sous un autre nom.

C’est un tour de passepasse similaire auquel a recouru Chrysler Canada pour éviter de rembourser un prêt de deux-milliards$ qui lui avait été consenti par le fédéral dans le cadre du plan de sauvetage de l’industrie de l’automobile ontarienne, lors de la Grande récession de 2007-8.

SNC-Lavalin en aura-t-elle l’audace ? Si cela arrive, le fédéral fera semblant d’être surpris.

Pour l’instant, les minières ontariennes (qui corrompent à tour de bras en Afrique) passeront un Noël tranquille, persuadées que si l’État canadien devait s’attaquer à leur cas, elles s’en tireront à bon compte.

La jurisprudence, c’est la jurisprudence, n’est-ce pas ?

Références :
Analyse: SNC-Lavalin, ou le rétablissement des APS
Le gouvernement libéral radie un prêt de plus de deux milliards consenti à Chrysler
Les crapules de SNC-Lavalin
SNC-Lavalin Construction coupable de fraude
SNC-Lavalin: Une réparation raisonnable
Une de ses divisions plaide coupable et SNC-Lavalin évite le pire
Un nouveau départ pour l’entreprise SNC-Lavalin

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8 — 1/250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 25 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires

| corruption, Politique canadienne | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Téléphonie : le forfait secret de Fido

18 décembre 2019

ca046717
 
Introduction

Il y a une décennie, j’ai choisi Fido comme fournisseur de téléphonie. À l’époque, nombreux étaient mes amis à me raconter les problèmes qu’ils éprouvaient avec leurs fournisseurs de réseau.

Des mois après avoir quitté l’un d’entre eux, leur carte de crédit était débitée des frais mensuels de leur ancien fournisseur. Aucune mesure ne venait à bout de cela, sauf obtenir une nouvelle carte de crédit et annuler l’ancienne.

Fido était un des rares fournisseurs honnêtes.

Depuis les choses se sont considérablement améliorées. Sauf pour Bell qui a conservé une culture d’entreprise conflictuelle avec ses clients et qui continue d’être le fournisseur contre lequel le CRTC reçoit, de loin, le plus grand nombre de plaintes.

Les forfaits économiques

De nos jours, tous les fournisseurs offrent des forfaits qui se veulent économiques.

Par exemple, Telus offre le forfait américain My First Phone Plan qui coute 180$US par an (l’équivalent de 23$Can par mois). Mais on est limité, par exemple, à 180 minutes d’appels locaux (entrants ou sortants) par année.

Au-delà de cette limite, le compteur de Telus fait grimper rapidement la facture à raison de 0,15$ la minute pour les appels locaux.

La téléphonie à 20$ par mois chez Fido

2019-12-16-FidoLe site web de Fido offre lui aussi plusieurs forfaits intéressants. Mais le plus économique de tous n’est affiché nulle part. C’est le forfait Appels et textos – AVT (ci-contre).

Que diriez-vous d’un plan qui, pour seulement 20$ par mois, vous offre ceci :
• appels illimités en tout temps, partout au Canada,
• textos illimités partout sur terre (sauf en voyage à l’Étranger),
• afficheur du numéro appelant,
• messagerie vocale,
• appel en attente, et
• téléconférence.

Ce forfait n’est offert qu’aux particuliers qui possèdent leur propre téléphone et qui sont libres de changer de forfait n’importe quand.

Aucune entreprise ne peut y avoir droit. De plus, aucun rabais supplémentaire ne peut être accordé; donc ceux qui bénéficient d’un rabais doivent y renoncer.

Et le plus important; votre téléphone ne pourra accéder à l’internet que par Wifi.

Ce qui ne vous empêchera pas d’accéder à l’internet par le biais du Wifi de votre domicile ou de celui de tous les commerces branchés de la ville.

Mais sur la rue, n’y comptez pas.

Ce qui signifie que vous ne pourrez vous servir de votre téléphone pour louer une trottinette ou un vélo électriques, ni appeler un taxi ubérisé, ni consulter vos courriels ou vos SMS n’importe où.

Si vous pouvez vivre soumis à ces contraintes, le forfait secret de Fido est irrésistible.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Consommation, Téléphonie | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :