Le mystère des attaques contre les champs pétroliers saoudiens

22 septembre 2019
Carte régionale

Introduction

Le 14 septembre dernier, la raffinerie d’Abqaiq (également appelée Buqyaq) et le site d’extraction de Khurais ont été les cibles d’attaques revendiquées par des rebelles yéménites appuyés par l’Iran.

Cette raffinerie est responsable d’un premier raffinement qui consiste à abaisser à moins de 0,5 % la quantité du soufre dans le pétrole brut saoudien.

Sur les 12 millions de barils de pétrole que produit quotidiennement le pays, la raffinerie d’Abqaiq en traite 7 millions.

Quant aux champs pétroliers de Khurais, on y extrait 1,5 million de barils de pétrole brut par jour, soit le huitième de la production du pays.

En droit international, ces attaques constituent un Casus belli, c’est-à-dire qu’ils justifient une déclaration de guerre.

Les suspects

Les rebelles yéménites

Il est extrêmement rare que des belligérants s’attribuent le mérite d’un attentat qu’ils n’ont pas commis. Tout simplement parce que cela les priverait de toute crédibilité lorsqu’ils revendiqueraient d’autres attentats qu’ils auraient, ultérieurement, commis réellement.

Mais de nos jours, les guerres n’obéissent plus à aucune loi ni à aucune règle.

Si l’attaque provient du Yémen, cela est très inquiétant.

Ce pays est déchiré par une succession de guerres civiles depuis des décennies.

Le Yémen n’a plus les talents ni les ressources matérielles pour créer de l’armement sophistiqué. Les rebelles qui s’y affrontent dépendent de l’approvisionnement étranger.

Or très peu d’endroits au monde sont l’objet d’une surveillance aussi étroite que la péninsule arabique.

En dépit de cela, si les rebelles ont reçu des missiles de croisière iraniens, ceux-ci sont d’une extrême précision; les 19 missiles ont tous fait mouche, et ce après avoir parcouru 1 700 kilomètres (s’ils ont été tirés de la capitale yéménite).

Mentionnons que la distance entre Téhéran et Jérusalem (les capitales d’Iran et d’Israël) est de 1 936 kilomètres soit à peine plus que la distance parcourue par les missiles impliqués dans ce cas-ci.

Sans mettre en doute les revendications yéménites, envisageons d’autres possibilités.

L’Iran

Depuis des années, l’Arabie saoudite veut que les États-Unis fassent la guerre à l’Iran.

Cette semaine, la dictature saoudienne a présenté des preuves selon lesquelles les missiles auraient été tirés d’Iran et non du Yémen.

Cette thèse a été reprise par certains officiels Américains.

Lundi dernier, sur les ondes de Radio-Canada, le reporter Jean-François Bélanger affirmait : « La piste yéménite n’a convaincu personne à Washington. Les photos satellites, publiées par le Pentagone, semblent indiquer que l’attaque provenait du nord-ouest. Donc de l’Irak ou de l’Iran. Et non du Yémen, au sud

Lieux d’impact de 4 des 19 missiles

À l’appui de cette thèse, le journaliste montrait les photos publiées par le Pentagone dont celle-ci. On y voit clairement que les missiles provenaient effectivement du nord-ouest (sinon de l’ouest). Et on est fasciné par la symétrie et la précision chirurgicale des attaques.

Malheureusement, il suffit de consulter n’importe quelle carte géographique pour voir que l’Iran est au nord-est, et non au nord-ouest, de l’Arabie saoudite.

Dans la carte du début de ce texte, le petit cercle rouge (en haut, à droite) entoure la pétromonarchie insulaire de Bahreïn.

Le Royaume-Uni y possède (ou y construit) une base militaire depuis l’an dernier. Quant aux Américains, ils y stationnent leur 5e Flotte navale.

Celle-ci est un élément-clé du dispositif défensif qui sert de bouclier à l’Arabie saoudite.

Cette base navale veille sur un territoire immense qui couvre le golfe Persique, le canal de Suez, la mer d’Arabie, et le golfe d’Oman.

Tirés d’Iran, des missiles doivent voyager vers la base américaine — voire la survoler à basse altitude — pour finalement atteindre la raffinerie d’Abqaiq, située à seulement 88 km derrière.

Les champs pétroliers de Khurais sont un peu plus loin de la base, à 353 km. Ce qui est quand même relativement proche.

Si effectivement les tirs provenaient d’Iran, personne ne peut plus croire en la protection militaire des États-Unis puisque les Iraniens peuvent s’attaquer à l’Arabie saoudite au nez et à la barbe des Américains.

L’Arabie saoudite

Les États-Unis manipulés par l’Arabie saoudite

Le 31 aout 1939, l’Allemagne nazie simula un incident frontalier qui lui servit de prétexte à l’invasion de la Pologne le lendemain.

De la même manière en 1990, devant une commission du Congrès américain, les États-Unis mirent en scène le témoignage larmoyant d’une jeune infirmière — un témoignage inventé de toutes pièces — afin de rallier la population américaine en faveur de la guerre du Golfe.

Lorsqu’on regarde les points d’impact des missiles de croisière sur les installations pétrolières saoudiennes, ceux-ci sont situés au nord-ouest (sinon à l’ouest). Dans un cas comme dans l’autre, on a affaire à des attaques qui provenaient du territoire saoudien ou qui l’ont traversé d’ouest en est.

Tous ceux qui connaissent bien l’Arabie saoudite n’ont pas de mal à imaginer que cette dictature mafieuse puisse être prête à se priver de milliards$ de revenus pétroliers si cela avait pour effet de provoquer l’entrée en guerre des États-Unis contre l’Iran.

Références :
Affaire des couveuses au Koweït
Attaques en Arabie saoudite: Pompeo évoque un «acte de guerre» de l’Iran
Bahreïn, puissante mais calme base navale dans le Golfe persique
2019 Abqaiq–Khurais attack
Everything you need to know about the Saudi Arabia oil attacks
Le Royaume-Uni ouvre une base militaire à Bahreïn
Opération Himmler
Saudi Arabia oil attack: Trump hints at action as US points finger at Iran
Who Was Behind the Saudi Oil Attack? What the Evidence Shows

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 5 — Nombre de votes : 1

Un commentaire

| Géopolitique, Politique internationale | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :