La ‘Révolution culturelle’ turque

10 août 2016

La révolution culturelle chinoise

Après la faillite de la politique économique du Grand Bond en avant — qui s’est soldée, entre 1958 et 1962, par une famine causant au moins trente-millions de morts — Mao Zedong est désavoué par la majorité des cadres du Parti communiste chinois.

La riposte de Mao Zedong ne s’est pas fait attendre. Soutenant que la Révolution chinoise est compromise par des éléments révisionnistes infiltrés jusqu’aux plus hautes sphères du pouvoir, Mao Zedong en appelle à la jeunesse chinoise pour rétablir la pureté des idéaux révolutionnaires.

Débutée en 1966, cette hystérie collective fit des centaines de milliers, sinon des millions de morts.

Des dirigeants politiques, des hauts fonctionnaires, des professeurs et des intellectuels sont rééduqués par le travail à la campagne (où beaucoup décédèrent de mauvais traitements).

Rien qu’à Shanghai, 150 000 logements de ‘contrerévolutionnaires’ furent confisqués.

Des artistes sont mutilés : bras brisés pour les acrobates, doigts écrasés pour des pianistes.

Dans le sud de la Chine, au moins dix-mille personnes ont été victimes de cannibalisme.

Cette agitation permet à Mao Zedong de reprendre le contrôle de l’État et du Parti communiste.

La grande purge turque

Dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016, une tentative de coup d’État eut lieu à Ankara (la capitale turque) et à Istanbul. Exécutée par environ neuf-mille soldats sur les 510 000 militaires que compte l’armée turque, cette rébellion s’est soldée par 350 morts, dont 179 civils.

Le gouvernement turc accuse le mouvement güleniste — du nom de l’imam Fethullah Gülen, réfugié depuis 1999 aux États-Unis — d’être à la source de ce putsch raté.

Depuis un mois, près de 40% des hauts dirigeants militaires du pays ont été arrêtés, soit 149 généraux et amiraux, sans compter 1 099 officiers subalternes ayant subi le même sort.

Trois pour cent des effectifs des forces policières (soit 9 000 agents) ont été licenciés.

Les académies militaires du pays ont toutes été fermées et seront remplacées par une université de la Défense nationale à être créée ultérieurement.

Le pouvoir judiciaire est également affecté par l’arrestation de 755 magistrats et d’environ deux-mille procureurs.

Parallèlement, 45 journaux, 16 chaines de télévision, trois agences de presse, 23 stations de radio, 15 magazines et 29 maisons d’édition ont été fermés.

Par ailleurs, 1 577 doyens d’universités ont été limogés tandis que le ministère de l’Éducation révoquait les permis de 21 000 enseignants.

Au moins 25 000 fonctionnaires ont été suspendus. Afin d’éviter des défections vers l’Étranger, les congés annuels de trois-millions de fonctionnaires ont été annulés et ceux déjà en vacances ont été sommés de regagner le pays dans les plus brefs délais.

Environ 50 000 personnes ne peuvent quitter le pays en raison de l’annulation de leur passeport.

L’ampleur et la rapidité de cette répression sont telles qu’il est évident que la liste des personnes à limoger était déjà prête quand cette mutinerie a éclaté.

L’entrevue au Monde

Le 8 aout dernier, le quotidien français Le Monde publiait le premier entretien d’Erdoğan à la presse occidentale depuis la tentative de putsch.

Le lendemain, le quotidien montréalais Le Devoir en publiait une transcription dans laquelle la réponse à la première question — relative au rétablissement de la peine de mort — a été omise.

Or c’est cette réponse qui est la plus révélatrice des intentions du président turc. La voici :

En ce qui concerne la peine de mort, je pense que si une personne a été tuée, seule sa famille peut décider du sort des coupables.

Si sa famille décide de l’amnistier, elle peut le faire; mais nous, en tant qu’État, nous ne le pouvons pas.

Bien sûr, le pouvoir judiciaire le peut.

Mais si des millions de personnes dans les rues demandent la peine de mort, cette requête sera prise en considération par le parlement.

En somme, si le peuple le veut — or il le veut — la peine de mort devra être rétablie de manière à donner aux familles un pouvoir discrétionnaire d’amnistie si c’est leur volonté.

Mais que vient faire ici la famille du décédé ? En quoi un juge pourrait-il s’en remettre à la volonté de la famille pour décider de sanctionner ou non un assassin de la peine capitale ?

Dans les pays où la charia a force de loi — ce qui n’est pas le cas de la Turquie — l’homicide volontaire est punissable de la peine capitale (loi du talion) sauf si les héritiers de la victime ont pardonné à l’assassin en contrepartie ou non du paiement d’une amende appelée prix du sang.

La seule exception à cette règle est lorsqu’un père tue son enfant ou lorsqu’un mari tue l’une de ses épouses. En pareil cas, seul le prix du sang est exigé.

De la même manière, l’homicide involontaire est punissable uniquement de l’acquittement du prix du sang aux héritiers.

La déclaration d’Erdoğan indique donc son intention de faire en sorte que le Code pénal turc soit modifié de manière à s’inspirer de la charia ou que la charia acquiert force de loi en Turquie. Dans ce dernier cas, la Turquie deviendrait une République islamique.

La manifestation monstre du 7 aout 2016

En politique, on ne sait jamais qui est le manipulateur et qui est le manipulé.

En réunissant la plus grande manifestation depuis des années à Istanbul, Erdoğan a prouvé qu’il possède le pouvoir de mobiliser des foules.

Il aura suffi de plusieurs messages télévisés, de la gratuité du transport en commun cette journée-là, de la mobilisation de deux-cent bateaux chargés de faire la navette de la rive asiatique à la partie européenne d’Istanbul, de la distribution de 2,5 millions de drapeaux, et de l’appel des minarets de la ville, pour réunir une mer de drapeaux rouges et blancs à ses pieds.

De 18h à 1h du matin, repas et boissons fraiches étaient distribués gratuitement.

Ce qu’on oublie de dire, c’est que les principaux slogans que scandait cette foule (à part donc du nom du président) étaient « Peine de mort » et « Allah akbar » plutôt que « Vive la Démocratie » ou « Vive la liberté ». Subtilement, la foule rappelait ainsi au président que ses plus ardents supporteurs se trouvent dans la Turquie profonde, conservatrice et religieuse.

Et en écho à « Dieu est grand », Erdoğan répondait silencieusement par le signe de Rabia, c’est-à-dire le salut de quatre doigts de la main avec le pouce replié vers la paume.

Ce signe peut s’interpréter comme un appel à la fin des dictatures militaires (une interprétation douteuse chez un président de plus en plus autoritaire) ou comme un symbole d’appui à l’instauration d’une république islamique en Turquie.

Conclusion

Depuis des mois, Erdoğan ne cache pas son intention de modifier la constitution du pays afin de renforcer les pouvoirs présidentiels.

Mais l’ampleur de la purge qu’il a fait subir aux élites libérales du pays fait craindre que ses intentions puissent être beaucoup plus vastes.

Selon la spécialiste Élise Koutnouyan, « S’il y a encore, en Turquie, de nombreux défenseurs de la laïcité radicale des Kémalistes, interprétée comme une neutralité de l’État à l’égard de la religion, un très grand nombre également voudrait que l’État cultive une relation privilégiée avec la religion dominante dans le pays, à savoir avec l’islam. C’est la politique que (le parti d’Erdoğan) tend progressivement à proposer et qu’il voudrait fixer dans le projet de nouvelle constitution.»

Depuis 1923, la Turquie est le modèle d’une société musulmane à 99,8% où les citoyens choisissent leurs dirigeants politiques sous le regard bienveillant d’une armée garante de la laïcité du pays.

Ce modèle est caduc. En raison de son discrédit à la suite du coup d’État raté et des purges qu’elle a subies depuis, l’armée n’est plus en mesure d’assumer son rôle constitutionnel.

La Turquie doit donc se réinventer. En raison du bâillonnement des forces d’opposition et du contrôle présidentiel sur les médias du pays, c’est Erdoğan et Erdoğan seul qui décidera de la nouvelle forme que prendra la ‘démocratie’ turque.

Certains indices laissent croire qu’il pourrait imposer une version sunnite du modèle iranien en faisant de la Turquie un pays où un parlement est élu par le peuple mais où les forces de l’ordre sont sous le contrôle d’un président omnipotent — l’équivalent du Guide suprême de la Révolution iranienne — garant du caractère islamique d’une république s’appuyant sur un code pénal inspiré de la charia.

Si la Révolution culturelle turque devait résulter en une transformation partielle ou totale de la Turquie en république islamique, ce sera conforme aux deux seules constantes du règne d’Erdoğan; la concentration des pouvoirs entre ses mains et l’islamisation croissante de la société turque.

Références :
Apprendre l’islam selon la voie Sunnite: informations sur la religion musulmane
Entrevue : Erdogan: « Les Occidentaux ont laissé les Turcs seuls »
Europe and US urge Turkey to respect rule of law after failed coup
L’armée turque remaniée en profondeur
L’armée turque sort humiliée du coup d’État raté
La Turquie laïque a-t-elle vécu ?
Manifestation géante antiputsch à Istanbul
Purges en Turquie : qui sont les dizaines de milliers de personnes visées ?
Recep Erdogan donne une interview au « Monde » trois semaines après le putsch raté en Turquie
Sécurité. Les Américains craignent pour leurs bombes atomiques situées en Turquie
Tentative de coup d’État de 2016 en Turquie
Turkey blocks access to WikiLeaks after Erdoğan party emails go online
Turkey to shut military academies as it targets armed forces for ‘cleansing’
Turquie : deux généraux haut placés démissionnent
Turquie – État d’urgence dans un climat totalitaire
Turquie : la purge s’étend aux entreprises
Turquie : le pouvoir intensifie les purges, mais tente de rassurer ses partenaires
Turquie : Les universités et les médias « purifiés »
Turquie : manifestation géante des pro-Erdogan à Istanbul
Un «climat de terreur» pèse sur la justice turque, selon un expert

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

5 commentaires

| Politique internationale | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :