Prévalence du viol en Asie

10 septembre 2013

L’égalité entre les hommes et les femmes est une valeur occidentale récente, consécutive à la Révolution féministe du XXe siècle.

En Asie, les mariages obligés, la réprobation familiale à l’égard des jeunes filles qui veulent faire carrière et la prévalence du viol, sont autant d’indices à l’effet que cette révolution a eu beaucoup moins d’impact dans cette partie du monde.

Dans l’édition de ce matin de la revue britannique The Lancet — une des plus influentes revues médicales au monde — on apprend les résultats d’une étude réalisée au sujet de la prévalence du viol.

Cette étude a été réalisée pendant deux ans (de janvier 2011 à décembre 2012) auprès de 10 178 hommes dans six pays asiatiques, dont l’âge variait de 18 à 49 ans.

Le degré de participation a varié selon les pays. Au Cambodge, 97% des hommes approchés ont accepté de répondre au questionnaire alors qu’au Sri Lanka, cette proportion ne fut que 58%.

De manière générale, l’âge des participants a reflété la courbe de répartition des différents groupes d’âge dans chaque pays à l’exception des hommes âgés de 50 ans ou plus, exclus de l’étude, afin d’éviter le biais causé par une mémoire qui aurait oublié des faits anciens.

Dans le questionnaire, on a évité d’utiliser le mot « viol ». Les questions utilisaient plutôt des périphrases comme « forcer une femme à avoir une relation sexuelle » ou « avoir une relation sexuelle avec une femme trop ivre ou trop droguée pour être en mesure de dire si elle était d’accord ou non ».


Prévalence du viol dans six pays asiatiques

    Femme Homme
  Viol seul Viol collectif  
Bangladesh rural 2,5% 1,9% 3,8%
Bangladesh urbain 2,7% 1,4% 1,8%
Cambodge 3,1% 5,2% 3,3%
Chine 5,8% 2,2% 1,7%
Indonésie (capitale) 6,6% 2,0% 1,5%
Indonésie rurale 4,3% 1,5% 1,8%
Indonésie (Papouasie) 16,6% 6,8% 1,5%
Papouasie-Nouvelle-Guinée 26,6% 14,1% 7,7%
Sri Lanka 4,6% 1,6% 2,7%


 
La prévalence du viol est d’environ 6 à 8%. Majoritairement, les femmes en sont les victimes.

Si on tient compte du fait que le violeur peut avoir agit seul dans certains cas, et avoir participé à des viols collectifs dans d’autres cas, la prévalence de violeurs parmi la population masculine varie de 4% au Bangladesh urbain, à 41% en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Dans 55,4% des cas, le violeur n’a fait qu’une seule victime. Dans 28,3%, il commis deux ou trois viols. Dans 12% des cas, il a commis entre quatre et dix viols. Et dans 4,2% des cas, le nombre de ses victimes dépasse dix personnes.

Le premier viol du répondant — aujourd’hui âgé de 18 ans ou plus — a été commis alors que le violeur avait moins de quinze ans dans 14,8% des cas, entre 15 et 19 ans chez 42,7% d’entre eux, dans la vingtaine chez 35,2% des cas, dans la trentaine chez 4,4% des cas, et au-delà de cet âge dans 2,9% des cas.

Après le viol, 55,2% des violeurs l’ont regretté, 35,7% ont subit les représailles d’amis ou de la famille de la victime, 32,5% ont été arrêtés, et 22,9% ont subi une peine d’emprisonnement.

Référence : Prevalence of and factors associated with non-partner rape perpetration: findings from the UN Multi-country Cross-sectional Study on Men and Violence in Asia and the Pacific

Complément de lecture : Mariages forcés en Ontario : au moins 210 cas en trois ans

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Sociologie | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :