Le papillon Monarque

15 mars 2013
Face dorsale
De biais
Face ventrale des ailes
En majesté
Chrysalide (à droite, la veille de l’éclosion)
Chenille du Monarque
Asclépiade commune (nom scientifique : Asclepias syriaca)

Le Monarque (ou Danaus plexippus) est un papillon migrateur de couleur orange, veiné et bordé de noir, et moucheté de taches blanches en bordure des ailes. On distingue les sexes par cette tache noire supplémentaire que le mâle porte sur chacune de ses ailes postérieures.

Ces papillons parcourent plus de 4 000 km pour passer l’hiver dans l’état du Michoacán, au centre du Mexique, où ils se regroupent dans une infime partie d’une zone montagneuse. L’an dernier, ils en occupaient 0,03 km² : cette année, seulement 0,01 km² (en raison de la chute inexpliquée de 59% de leur nombre). Là où ils s’accumulent, les sapins sont presque entièrement recouverts de papillons.

Pour l’humain, le Monarque possède le grand avantage de ne représenter aucun danger pour les exploitations agricoles. Sa chenille ne consomme qu’une seule plante, l’asclépiade. Placée dans un jardin où on trouverait de tout sauf de l’asclépiade, la chenille du Monarque se laissera mourir de faim.

Pourquoi la chenille du Monarque en fait-elle son aliment exclusif et pourquoi une fois devenu papillon, ce dernier ne pond-il ses œufs que sous les feuilles de cette plante ? C’est que celle-ci est empoisonnée. Sa sève, épaisse et laiteuse à l’état frais et qui noircit en s’oxydant, contient un poison pour beaucoup d’animaux, mais pas pour la chenille du Monarque. En dévorant gloutonnement les feuilles de cette plante, la chenille devient elle-même toxique et échappe ainsi aux prédateurs.

Une fois devenu papillon, le Monarque se nourrit du nectar de n’importe quelle fleur, qu’il aspire par sa longue trompe noire. Celle-ci est normalement enroulée : le papillon la déploie au moment de ses fréquentes collations.

Références :
Chute dramatique du nombre de monarques au Mexique
Monarque (papillon)

Paru depuis : Les monarques en péril

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 + multiplicateur de focale M.Zuiko MC-14 (3e et 5e photos), M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (la 7e photo) et M.Zuiko 60 mm Macro F/2,8 (les autres photos)
1re photo : 1/160 sec. — F/3,2 — ISO 200 — 60 mm
2e  photo : 1/125 sec. — F/7,1 — ISO 500 — 60 mm
3e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 250 — 210 mm
4e  photo : 1/125 sec. — F/7,1 — ISO 1000 — 60 mm
5e  photo, à gauche : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 2000 — 210 mm
5e  photo, à droite : 1/320 sec. — F/5,0 — ISO 2000 — 210 mm
6e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 320 — 60 mm
7e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 38 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés aux papillons, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

3 commentaires

| Entomologie | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :