Voyage à La Havane — Dix-huitième jour

16 novembre 2012

Aujourd’hui, le temps est gris. Une fine pluie tombera de manière intermittente.


 
La journée commence par une visite du Gran Teatro. Pour y avoir assisté à plusieurs spectacles de ballet, j’en connais déjà la salle principale, relativement sobre, qui contraste avec l’extérieur exubérant de l’édifice.

Essentiellement, la visite guidée permet de voir en plus la grande Salle de bal qui, malgré qu’elle soit un peu défraîchie, a conservé beaucoup de son panache.


 
La rumeur courait déjà mais en me rendant à l’hôtel Saratoga pour acheter un billet, c’est officiel : la Manufacture royale de cigares Partagás a cessé ses opérations pour une période indéfinie.


 
Puis je remonte le Prado afin de visiter un de ses rares édifices ouverts au public, soit le Palacio de los Matrimonios (la Palais des mariages), érigé en 1914.

Récemment restauré, le palais a retrouvé une splendeur originellement partagée par un bon nombre d’édifices construits le long du Prado et qui explique le prestige autrefois attaché à cette promenade.


 
À deux rues, dans le quartier du Centro, je visite ensuite le Musée José Lezama Lima, consacré à cet écrivain, et situé là où il demeura pendant 49 ans.

Le musée permet de visiter un appartement typique de l’époque, avec ses murs blancs et son mobilier d’origine en bois foncé. Mais ce lieu a ceci de particulier : on y a conservé la majorité des œuvres d’art que l’auteur collectionna, offrant ainsi une mini-rétrospective de l’art cubain moderne.

J’en profite pour arpenter deux rues commerciales typiques du quartier du Centro, soit la rue piétonne San Rafael et l’avenue Simon-Bolivar (ou avenue de la Reine).


 
Devant l’Iglesia de Sagrado Corazón de Jesus (ou église du Sacré-Coeur), une foule se presse devant un magasin. Se frayant un chemin, des clientes en sortent avec une ou plusieurs douzaines d’oeufs.


 
La plupart du temps, les taxis que j’empruntais pour revenir des quartiers du Centro et du Vedado passaient sur l’avenue Simon-Bolivar et donc, devant l’église du Sacré-Cœur. Or celle-ci n’est jugée digne d’intérêt par aucun des deux guides de voyages que j’ai amenés avec moi.

Par curiosité, j’y suis allé. Quelle surprise; c’est une des deux plus belles églises que j’ai vues jusqu’ici à La Havane.

Couronnant les colonnes, les chapiteaux décrivent des scènes bibliques taillées dans une pierre noire. Et surtout, cette église possède des vitraux remarquables.


 
Doté d’une maîtrise exceptionnelle du clair-obscur, le créateur des vitraux utilise la couleur pour disposer les personnages sur différents plans : les sujets principaux, toujours au premier plan, sont dotés d’une riche palette de couleurs saturées, alors que les personnages secondaires se perdent derrière eux dans la grisaille.


 
Puis je saute dans un taxi pour me rendre à l’université.
Dans la partie centrale du campus, les pavillons de style néo-classique sont assez près les uns des autres, regroupés autour d’un îlot de verdure. Je ne suis pas certain que ce soit tout à fait une attraction touristique.


 
Au début du quartier de Vedado se trouve le Museo Napoleónico, installé dans une magnifique villa de style florentin construite en 1928. On y présente la collection extraordinaire amassée par Julio Lobo, un magnat du sucre et un fervent admirateur de l’empereur.

Parmi des meubles français et italiens de style empire, on trouve, entre autres, une montre de poche ayant appartenue à Napoléon, une de ses dents, une mèche de cheveux, et l’original de son masque mortuaire.

Dans le cas du masque, le dernier médecin de l’empereur, le Corse Francesco Antommarchi, a pris sa retraite dans la capitale cubaine, emportant dans ses bagages son précieux trésor (qui fut acquis par Lobo quelques années plus tard).

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35mm F/2,8
1re photo : 1/640 sec. — F/8,0 — ISO 200 — 35 mm
2e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 23 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 12 mm
4e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 5000 — 12 mm
5e  photo : 1/320 sec. — F/5.6 — ISO 200 — 25 mm
6e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 2500 — 22 mm
7e  photo : 1/160 sec. — F/4,5 — ISO 200 — 23 mm
8e  photo : 1/200 sec. — F/5,0 — ISO 200 — 20 mm
9e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1250 — 12 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à La Havane, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

9 commentaires

| Récit du voyage à La Havane No 1, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :