Voyage à La Havane — Dixième jour

9 novembre 2012

Aujourd’hui, au lever, deux surprises. Premièrement, il a plu. C’est la première averse depuis mon arrivée à Cuba. Le ciel est gris ce matin mais deviendra ensoleillé cet après-midi.

Deuxièmement, pas de réveil au chant du coq. Je dois avouer que la veille, j’avais demandé à mes hôtes d’acheter le coq du voisin qui me réveillait jusqu’ici très tôt le matin. Évidemment le prix offert comprenait l’engagement de ne pas en racheter un autre d’ici mon départ.

À la blague, j’avais précisé que j’aimerais qu’on en fasse une soupe qui mijoterait très, très longtemps afin d’être absolument certain qu’il est bien mort.

Mais hier après-midi, on m’informait que le voisin avait refusé catégoriquement de vendre son coq, peu importe le prix, insulté par mon offre.

Mais mes hôtes avaient aperçu ce voisin quitter son logis avec une grosse boite sous le bras. Et ce matin, silence. On présume qu’il l’a envoyé en pension ou l’a échangé pour une poule.

Aujourd’hui j’entame ma visite de La Havane hors la Vieille ville. Au cours des deux prochains jours je parcourrai trois rues parallèles situées soit sur la frontière de ce quartier (la rue Monserrate) ou immédiatement à l’ouest de celui-ci, dont le Prado (les Champs Élysées de La Havane au début du XXe siècle).


 
En empruntant un passage voûté sur la rue Monserrate, derrière une grille, j’aperçois une enseigne sur laquelle est écrit : “Kid Chocolate”. C’est le surnom d’un jeune boxeur cubain de race noire qui, après avoir conquis le championnat international dans sa catégorie, est devenu un héros national.

J’ai donc l’idée de tenter d’obtenir des billets pour un combat de boxe à cet endroit, histoire de me changer des ballerines en tutu. Après bien des palabres, je finis par tomber sur quelqu’un qui m’invite à revenir pour un combat à 17h30.

Entretemps, je poursuis ma visite vers le nord. J’arrive au pavillon du Musée des Beaux-Arts consacré à l’art cubain.


 
Dans un pays qui manque de tout, on comprendra que la restauration des œuvres anciennes ne soit pas une priorité. Conséquemment, toutes les toiles antérieures à environ 1850 sont noircies par la suie des bougies (dans le cas des œuvres religieuses) ou des lampes à l’huile ou des cigares (dans le cas des portraits), ou par le vieillissement des vernis utilisés.

Quant aux œuvres profanes, tous les courants de l’art occidental y sont représentés mais semblent avoir atteint les rives cubaines avec quelques années de retard.

Évidemment, on y trouve aussi des sculptures et des installations modernes.

Là où les artistes cubains semblent s’exprimer avec le plus de vigueur, c’est lorsqu’ils sont stimulés par les idées révolutionnaires et les remises en question qui l’accompagnent.


 
Et puisqu’il en est question, deux rues plus loin se trouve le Musée de la révolution. On y explique dans les menus détails, comment s’est fait le combat qui a conduit Fidel Castro à prendre le pouvoir.


 
Entre le Musée des Beaux-Arts et le Musée de la révolution, un parc présente des jeeps — troués de balles — utilisés par Castro, des avions utilisés par les forces gouvernementales contre les révolutionnaires et surtout, dans un édifice vitré qui lui sert d’écrin, le yacht Granma qui transporta Fidel et ses 81 compagnons (dont Che Guevara) du Mexique à Cuba. On accède à ce parc par le biais du Musée de la révolution.

Tous ces objets sont sous la haute surveillance de gardes armés. En effet, plus que des artéfacts, ces objets sont des reliques aux yeux des Cubains.


 
En tournant à droite au bout de la rue Montserrate, on accède à la rue Chacon. C’est sur cette rue que fut construit en 1774 l’austère Séminaire St-Charles et St-Ambroise. Il suffit pourtant de franchir sa lourde porte de bois pour accéder à un des plus charmants patios de la ville. J’ai vraiment hâte de vous montrer les photos infrarouges prises dans ce petit jardin merveilleux déserté par les touristes.


 
J’ai pris le repas du midi au restaurant La Geraldilla, situé au deuxième étage d’un édifice. Ce restaurant tire son nom de celui d’une girouette placée au sommet de la tour de l’espérance du Castillo de la Real Fuerza (le Château de force royale) situé juste en face du restaurant.

Comment ai-je déniché cet endroit ? Par hasard, en acceptant l’invitation à le suivre d’un employé devant l’entrée. J’ai demandé : “Servez-vous des pâtes ?”. Il m’a répondu oui. Ce n’était pas au menu mais on en a fait cuire spécialement pour moi.

À deux rues, plus précisément sur l’impasse Collejon del Chorro, j’entre dans l’Atelier graphique, un lieu d’apprentissage et d’expérimentation pour les graphistes cubains depuis plusieurs décennies. On y voit des presses, des gravures, des eaux-fortes et des sérigraphies (dont certaines en train de sécher), des affiches, etc.

Mais je dois être à 17h30 à l’arène “Kid Chocolate”.

Sur le chemin du retour, je monte sur le toit de l’édifice Art déco Bacardi (sur la rue Monserrate) pour y prendre quelques vues panoramiques. Au moment de sa construction en 1930, c’était l’édifice le plus haut du pays.

À 17h30 pile, je suis au rendez-vous. Mais il n’y a personne. En revenant sur mes pas, on m’appelle. Je me retourne. Le gars de ce matin, accompagné d’une dizaine de jeunes est là.

Il me demande 20 pesos pour assister au spectacle de boxe. Je lui en offre dix. Il baisse son prix à quinze. Je reste ferme à dix. Il finit par accepter et m’invite à le suive non pas dans l’aréna mais quelque part, à plusieurs rues de là. Je crains l’arnaque ou le guette-apens.

Au-delà de cette crainte, je ne veux pas non plus que ces jeunes se tapent dessus sauvagement, quelque part, n’importe où, pour le plaisir sadique d’un touriste. À plusieurs reprises, je lui demande si nous allons vraiment dans une arène de boxe. À chaque fois, il me réitère que oui.

Effectivement, nous arrivons sur la rue St-Martin dans un gymnase de boxe à ciel ouvert, limité sur trois côtés par de grands immeubles locatifs.


 
Je reconnais l’endroit, illustré dans un de mes guides de voyage.

Ce soir-là, parmi des dizaines de jeunes boxeurs amateurs, je serai le seul touriste à assister (et à filmer) plusieurs combats en bonne et due forme (ring surélevé, gants de boxe, arbitre, entraineurs, cloche qui annonce la fin d’un combat, etc.).

J’assiste aux combats de trois des poulains de cet entraineur.

Et la pratique terminée, il me raccompagne au Parc central, plus éclairé, d’où je rentre calmement à la maison.

C’était le premier combat de boxe auquel j’ai assisté de toute ma vie.

Quel voyage !

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35mm F/2,8
1re photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 320 — 12 mm
2e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 12 mm
3e  photo : 1/500 sec. — F/8,0 — ISO 200 — 12 mm
4e  photo : 1/250 sec. — F/5,0 — ISO 200 — 21 mm
5e  photo : 1/400 sec. — F/6,3 — ISO 200 — 12 mm
6e  photo : 1/250 sec. — F/11,0 — ISO 200 — 23 mm
7e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 12 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à La Havane, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

10 commentaires

| Récit du voyage à La Havane No 1, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :