Les pions du terrorisme

17 juillet 2016

Déséquilibré, lâche, barbare : les qualificatifs négatifs attribués au responsable de l’attentat de Nice ne manquent pas.

Comme beaucoup d’autres avant lui, il ne s’agit pas d’une personne particulièrement religieuse. C’était un adulte possédant des antécédents de petite criminalité, et qui a basculé soudainement dans le terrorisme.

En somme, il s’est converti.

Au moment où ces lignes sont écrites, on n’a pas élucidé comment cette transformation s’est opérée.

Dans des cas antérieurs, c’est toujours le même scénario.

Au départ, c’est un petit vaurien. Il s’agit d’un jeune homme condamné pour des délits mineurs qui possède un trait fondamental : c’est un être asocial.

Il n’a pas d’empathie pour ses victimes et c’est toujours un conjoint dominateur, parfois violent. Son estime de soi est très faible.

Ses condamnations judiciaires successives, au lieu de modifier son comportement, renforcent son sentiment d’être rejeté par la société.

C’est alors qu’il fait la rencontre d’un catalyseur. Souvent imam sunnite autoproclamé, celui-ci va transformer son interlocuteur en petit artisan du terrorisme. Cette transformation peut, au minimum, se faire en quelques semaines.

Le premier contact s’amorce sur un sujet de discussion aussi futile que la météo ou la dernière victoire d’un club sportif.

Le catalyseur est un caméléon. Il possède le même accent, le même vocabulaire, adopte le même langage corporel, répète les mêmes gestes et possède la même attitude que son interlocuteur. Ce mimétisme sert à l’apprivoiser. Inconsciemment, ce dernier découvre alors un alter ego; ils sont faits pour s’entendre.

À cette étape, il n’est pas certain qu’ils se reverront. En fait, le catalyseur est un recruteur qui sème à tout vent dans l’espoir de trouver éventuellement des adeptes.

Puis ils se revoient par la fréquentation des mêmes lieux.

Au fil des rencontres, leur relation s’approfondit, basée sur le respect mutuel. Peu à peu, le catalyseur utilise sa supériorité intellectuelle pour susciter une légère admiration qui servira à assujettir subtilement son interlocuteur sauvage.

Et quand la confiance s’est installée, alors commence le processus de radicalisation.

Abordant les questions religieuses, le message du catalyseur se résume ainsi : « Dieu est grand. C’est Lui qui t’a fait comme tu es. Tous les autres te disent que tu n’es pas normal. C’est faux. Tu es l’œuvre de Dieu. Et cette colère qui t’habite, cette colère qui persiste malgré la désapprobation de tous, elle ne peut s’éteindre parce qu’elle est voulue par Dieu. C’est elle qui te rend unique à Ses Yeux. Il la maintient vivante en toi en dépit de tout. Parce que cette rage est le moteur des grands projets que Dieu a conçus pour toi.»

Vous devinez le reste. Dès que l’interlocuteur devient d’accord avec cette prémisse, il est converti.

Après un attentat, il est normal de dénigrer le terroriste. On pense que ce mépris dissuade ceux qui songent à commettre un geste semblable. Il n’en est rien. Auprès de ceux qui ont déjà commencé à se radicaliser, ces reproches font grandir le statut de martyr du terroriste, incapable parce que mort de se justifier auprès de ses accusateurs.

Il est temps qu’on réalise que les artisans d’un attentat terroriste ne sont que des pions.

Le terrorisme est une bizness. Il l’est parce qu’habituellement il coute cher. Si l’attentat de Nice est économique — le prix minime de la location d’un camion — c’est une exception à cette règle. D’habitude, il faut une équipe de comploteurs, payer leurs loyers, leur armes, leurs déplacements internationaux, et ainsi de suite.

Pensez que les terroristes du 11 septembre 2011 ont suivis des cours de pilotage pendant des mois et ont vécu à la charge de commanditaires qu’on n’a jamais trouvés en raison de l’obstruction systématique et du manque de collaboration de l’Arabie saoudite à l’enquête américaine.

Les révélations de Wikileaks nous ont appris justement que l’Arabie saoudite est la plaque tournante du financement du terrorisme international. Conséquemment, le renversement de la dictature saoudienne résoudrait à la source ce problème.

Les pays occidentaux n’en ont pas l’intention, non seulement en raison des lucratifs contrats militaires que la dictature saoudienne leur accorde, mais parce que l’Arabie saoudite est un élément-clé de la grande géostratégie d’isolement de la Russie.

En effet, ce pays finance, en bonne partie, le renversement des régimes alliés de Moscou. Voilà pourquoi il est intouchable tant que les pays occidentaux poursuivront cette stratégie au Moyen-Orient.

Mais entre l’Arabie saoudite et les pions qui effectuent la sale besogne, il y a une foule d’intermédiaires. Le problème est qu’on ne fait rien contre eux également.

On ne le fait pas parce que ces derniers agissent sous le couvert de la religion.

Or la religion, pour un pays comme les États-Unis, c’est sacré. Ce l’est parce que ce pays est peuplé de millions de descendants d’immigrants ayant fui des persécutions religieuses.

Dans le texte Le prosélytisme de l’Arabie saoudite, nous avons vu comment celle-ci propage son idéologie haineuse.

Il y a deux jours, dans les pages du Figaro, le philosophe Pascal Bruckner en appelle à l’État pour qu’il s’attaque à ceux qui combattent le peuple français sur le territoire de la république; isolement des islamistes, neutralisation préventive des terroristes potentiels, expulsion des imams radicaux, et fermeture des mosquées douteuses.

Je cite cet essayiste non pas parce que je partage toutes ses suggestions mais parce qu’il exprime une opinion très répandue.

Fermer des mosquées jugées douteuses, ouvre la porte à tous les abus. Lorsqu’on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. Sous la pression populaire, les autorités locales s’engageraient dans une croisade antimusulmane alimentée de soupçons qu’on voudra bien répandre.

Ce qu’il faut au Québec, c’est la solution autrichienne.

En février 2015, ce pays a adopté une loi destinée à éviter des dérives radicales en réduisant notamment l’influence étrangère sur les mosquées et sur l’enseignement religieux dans ce pays.

Selon cette loi, les associations musulmanes autrichiennes devront être agréées. Et pour l’être, elles devront véhiculer une approche positive envers la société et l’État.

Cette exigence rejoint la suggestion exprimée par Marc Laroche — détenteur d’un diplôme d’études supérieures en sciences des religions — exprimée dans l’édition de novembre 2015 de L’Action nationale :

Ne délivrer un permis de construction ou de location de tout lieu faisant office de lieu de culte que si les responsables de groupes religieux ou idéologiques s’engagent par écrit à ce qu’aucun passage incitant à la violence grave contenu dans leurs textes référentiels n’y soit professé.

Par la suite, s’il est démontré qu’un tel groupe contrevient à cet engagement, il sera condamné pour terrorisme et dissout. Et ses biens, meubles et immeubles seront confisqués par l’État.

Sans être totalement hostile à cela, je doute que cet accroc à la liberté d’expression soit strictement nécessaire.

Moins controversées sont les autres dispositions autrichiennes selon lesquelles les imams devront être formés en Autriche grâce à un cursus théologique dispensé dans une université du pays. Pour ce faire, il leur faudra maitriser l’allemand. De plus, les frais de construction et de fonctionnement des institutions confessionnelles, y compris les salaires, ne pourront plus être financés depuis l’Étranger.

De nombreux attentats terroristes islamistes ont été commis dans différents pays européens : à ce jour, aucun n’a été commis en Autriche.

Au Québec, afin d’éviter qu’on contourne ces exigences, on devrait interdire en plus le financement par des mécènes canadiens possédant une double citoyenneté ou par des institutions situées dans d’autres provinces canadiennes à moins qu’elles répondent aux exigences québécoises.

En contrepartie, afin d’éviter de condamner des communautés musulmanes à la clandestinité, il serait interdit aux municipalités de s’opposer à la construction de mosquées qui respectent leurs règles d’urbanisme.

Cela ne peut se faire sans invoquer la clause dérogatoire de la Canadian Constitution de 1982. Celle-ci a été écrite à une époque où le radicalisme religieux existait mais n’était pas la menace qu’il est devenu. Voilà pourquoi il est indispensable d’invoquer cette clause, justement prévue, entre autres, pour pallier à l’impondérable.

Le gouvernement québécois actuel s’y refuse pour des raisons idéologiques. Conséquemment, rien de concret n’a été fait ici pour prévenir la radicalisation religieuse. Espérons qu’il agira avant qu’il ne soit trop tard.

Références :
Guerre du Golfe
La France cherche les coupables
L’Autriche adopte une nouvelle loi pour encadrer l’islam
Pascal Bruckner: «Mener la guerre à l’intérieur de façon préventive»
Une « radicalisation très rapide », cela s’appelle une conversion
WikiLeaks cables portray Saudi Arabia as a cash machine for terrorists

Paru depuis :
Pour un nouvel islam de France (2016-08-02)

Les pions du terrorisme
5 (100%) 1 vote

Un commentaire

| Sécurité, Terrorisme | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Intégrisme et radicalisation : de retour à la case départ

26 mai 2016

La ministre de la Justice du Québec, Stéphanie Vallée, a annoncé aujourd’hui l’abandon de la partie 1 du projet de loi 59. Inefficace, cette la partie visait à combattre l’intégrisme et la radicalisation.

Faisant allusion au tollé de protestation qu’elle a suscité, la ministre a déclaré que le Québec n’est pas prêt à encadrer le discours haineux. Ce faisant, la ministre fait diversion.

En dépit de son titre, ce projet de loi n’a jamais eu pour but de s’attaquer au discours haineux (déjà réprimé par le Code civil).

Le projet de loi 59 était la solution du Parti libéral pour lutter contre le fanatisme religieux d’influence saoudienne; il avait été présenté à la suite des propos controversés de deux imams sunnites de Montréal.

Certains ont vu dans ce projet de loi une mesure liberticide. Je n’ai lu ce document que dans le but d’y trouver des mesures de lutte contre la radicalisation. Or à ce sujet — justement dans la partie 1 — il était totalement inefficace, comme je l’ai expliqué dans le texte Le projet de loi 59 est une passoire.

Ceci étant dit, il existe bien un centre de déradicalisation à Montréal. Celui-ci s’attaque à un processus de radicalisation déjà entamé. Mais le projet de loi 59 devait s’attaquer à la cause. En somme, il visait à prévenir la radicalisation.

Implicitement, ce dont il s’agit, c’est de la prédication islamiste radicale puisque de tous les extrémismes religieux, c’est le mieux financé (par des pétrodollars) et le plus meurtrier.

Parallèlement au projet de loi 59, le gouvernement Couillard a commandé un rapport sur la radicalisation au Collège Maisonneuve. Ce rapport a été rendu public plus tôt ce mois-ci. C’est le rapport le plus niais que j’ai lu de ma vie.

La solution est pourtant simple.

Dans l’édition de novembre 2015 de L’Action nationale, Marc Laroche — détenteur d’un diplôme d’études supérieures en sciences des religions — suggère l’encadrement législatif suivant :

Ne délivrer un permis de construction ou de location de tout lieu faisant office de lieu de culte que si les responsables de groupes religieux ou idéologiques s’engagent par écrit à ce qu’aucun passage incitant à la violence grave contenu dans leurs textes référentiels n’y soit professé.

Par la suite, s’il est démontré qu’un tel groupe contrevient à cet engagement, il sera condamné pour terrorisme et dissout. Et ses biens, meubles et immeubles seront confisqués par l’État.

Or voilà, il y a un problème; cela serait anticonstitutionnel.

La Canadian Constitution de 1982 a été rédigée il y a trente ans, à une époque ou le fanatisme religieux existait déjà mais n’était pas le risque sécuritaire majeur qu’il est devenu.

Et plutôt que d’invoquer la clause dérogatoire, le Parti libéral du Québec attache plus d’importance à ne pas heurter l’opinion publique canadienne-anglaise (opposée à toute dérogation constitutionnelle) qu’à protéger ses propres citoyens.

Attend-il qu’un attentat terroriste se produise au cours de la prochaine saison des festivals ?

Depuis le début de 2015, nous savons que de jeunes Québecois se font endoctriner au point de vouloir aller combattre au sein des milices de l’État islamique.

Simplement empêcher ces jeunes de quitter le pays n’est pas suffisant.

En Europe, les citoyens belges ou français impliqués dans des attentats terroristes ont un long passé de petite criminalité. Cette caractéristique les distingue du terroriste étranger et souvent, du simple djihadiste naïvement parti combattre en Syrie.

En somme, les terroristes natifs de Belgique ou de France sont souvent des êtres asociaux qui retournent leur colère contre la société d’accueil de leurs parents.

Puisqu’ils représentent une menace collective, qu’attend le gouvernement Couillard pour prévenir la radicalisation chez nous ? Pourrait-il se grouiller le derrière, SVP ?

Références :
Collège Maisonneuve : Le risque de radicalisation demeure
Le prosélytisme de l’Arabie saoudite
Québec abandonne l’encadrement du discours haineux

Intégrisme et radicalisation : de retour à la case départ
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Sécurité, Terrorisme | Mots-clés : , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le projet de loi 59 est une passoire

2 décembre 2015

Au début de cette année, on apprenait que des étudiants québécois avaient quitté le pays apparemment pour combattre au sein des milices de l’État islamique.

À la même époque, un arrondissement de Montréal avait dû modifier sa règlementation afin d’empêcher l’ouverture d’un centre communautaire par un imam. Précédemment, ce dernier avait été chassé d’une mosquée existante pour ses propos jugés radicaux par les fidèles : ce centre communautaire devait, dans les faits, servir de mosquée lui permettant d’exprimer ses idées.

Les maisons d’enseignements et les villes se sentent mal outillées lorsqu’on leur demande de servir de remparts contre la radicalisation. Ce n’est pas leur rôle.

En contrepartie, elles n’ont habituellement pas la force de s’opposer à l’islamophobie ambiante quand il s’agit de protéger les droits fondamentaux des Musulmans (environ 3% de la population québécoise).

Voilà pourquoi il est du rôle des gouvernements supérieurs d’agir dans ce domaine.

En réponse à cette inquiétude, le gouvernement du Québec avait promis de s’attaquer à la radicalisation islamiste.

Mais désireux d’éviter les ‘amalgames’ — le dernier mot à la mode — le gouvernement Couillard a préféré agir de manière plus vaste en s’attaquant au discours haineux.

En soi, cette intention est louable.

On a donc présenté un projet de loi intitulé : « Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant diverses modifications législatives pour renforcer la protection des personnes ».

Comme son nom bavard l’indique, ce projet de loi contient des dispositions qui n’ont pas de rapport avec la lutte à la haine et qui dépassent donc le cadre de ce texte.

Alors que dit ce projet de loi ?

Tout repose sur son premier article.

Celui-ci établit que cette loi s’applique aux discours haineux et aux discours incitant à la violence concernant les personnes protégées de la discrimination par la Charte québécoise des droits et libertés.

Voyons un exemple concret.

Si un imam québécois prêche qu’un texte est une insulte à l’Islam et que son auteur devrait être puni de la peine de mort, est-ce un discours haineux ou un discours incitant à la violence ? De toute évidence, oui. Mais est-ce contraire au projet de loi 59 ? Malheureusement non.

En effet, le projet de loi n’interdit pas tous les discours haineux, mais seulement ceux qui visent les personnes qui appartiennent à un groupe protégé de la discrimination en vertu de la Charte québécoise des droits et libertés.

Si l’imam précise qu’on devrait assassiner l’auteur peu importe sa race, son sexe, son orientation sexuelle, son état civil, son âge, ses convictions politiques, sa langue, sa religion, etc., il ne commet aucune discrimination. Conséquemment cela n’est pas contraire au projet de loi 59.

Ce qui ne veut pas dire que sa prédication ne serait pas contraire à une disposition actuelle du Code criminel. Mais la loi 59 n’ajouterait rien de plus.

Par peur des ‘amalgames’, cette loi prétend interdire une finalité (la radicalisation) sans rien faire contre chacune des étapes qui conduisent à cette finalité.

Interdirons-nous le financement de mosquées québécoises par l’Arabie saoudite ? Non.

Interdirons-nous la promotion au Québec des interprétations les plus radicales de l’Islam, les interprétations qui font honte à la grande majorité des Musulmans d’ici ? Non.

Interdirons-nous à un professeur de suggérer à ses élèves la lecture d’un texte anodin publié sur l’internet, mais sur lequel apparaissent également des hyperliens vers des discours d’Oussama ben Laden ou des textes de propagande de l’État islamique ? Non.

Et si un professeur impose à ses étudiants un devoir qui consiste à réaliser une affiche de propagande de l’État islamique, est-ce du discours haineux ou violent ? L’affiche réalisée par un élève pourrait l’être mais certainement pas le devoir du professeur.

Les dirigeants d’école, les maires et les officiers d’organismes publics qui espéraient des moyens d’agir sont abandonnés à leur sort par un gouvernement obsédé par son désir de se distinguer de son principal adversaire politique, présenté comme xénophobe et intolérant.

En somme, de la petite politique qui nous protège de rien.


Post scriptum : Dans l’édition de novembre 2015 de L’Action nationale, Marc Laroche — détenteur d’un diplôme d’études supérieures en sciences des religions — suggère l’encadrement législatif suivant :

Ne délivrer un permis de construction ou de location d’un lieu de rassemblement (temple, église, mosquée, synagogue, etc.) — et de tout lieu faisant office de lieu de culte (mon ajout) — que si les responsables de groupes religieux ou idéologiques s’engagent par écrit à ce qu’aucun passage incitant à la violence grave contenu dans leurs textes référentiels n’y soit professé.

S’il est démontré par la suite qu’un tel groupe contrevient à cette règle, il sera condamné pour terrorisme et dissous, et ses biens, meubles et immeubles seront confisqués par l’État.


Références :
De jeunes Québécois soupçonnés d’avoir rejoint des djihadistes en Syrie
Forum musulman canadien : un loup qui crie au loup?
L’imam Hamza Chaoui n’aura pas de permis de la Ville de Montréal
Projet de loi 59 (version originelle)
Un professeur demande à ses élèves de réaliser une affiche de propagande de l’EI


Deuxième post-scriptum (26 mai 2016) : La ministre de la Justice du Québec, Stéphanie Vallée, a annoncé aujourd’hui l’abandon de la partie 1 du projet de loi 59. Inefficace, cette la partie de la loi visait à combattre l’intégrisme et la radicalisation.

Le projet de loi 59 est une passoire
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Sécurité, Terrorisme | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :