L’opéra « La tragédie du Prince Zidan »

2 mars 2014
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Du 15 février au 1er mars 2014, la Place des Arts de Montréal présentait le festival « Spectaculairement Chine ». Son point culminant était la présentation de l’opéra La tragédie du Prince Zidan, inspiré du Hamlet de Shakespeare.

Cet opéra est une composition récente de la Compagnie de Jingju de Shanghai, basée au Théâtre Yifu de cette ville. L’œuvre est écrite à la manière d’un opéra de Pékin. Sans vraiment renouveler le genre, ce spectacle est fidèle à la tradition.

On y trouve donc ce mélange caractéristique de théâtre, de chant, de danse et d’arts martiaux. Comme toujours pour un opéra de Pékin, la musique n’est pas mélodieuse et fait une large place à la percussion. Les décors se limitent à quelques chaises et à des paravents. En contrepartie, les costumes sont magnifiques.

Hors de Chine, la présentation d’un opéra de Pékin est toujours un événement. Après Édimbourg, Montréal est devenue la deuxième ville occidentale à accueillir cette production, dont les photos ci-dessus donnent un aperçu de la splendeur.

Compléments de lecture :
Brief introduction about Shanghai Jingju Company
Un opéra mélodramatique chinois : « Décapiter mon père »

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
1re photo : 1/125 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
2e  photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
3e  photo : 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
4e  photo : 1/125 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
5e  photo : 1/800 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm

L’opéra « La tragédie du Prince Zidan »
Votre évaluation :

Un commentaire

| Culture, Opéra | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Chine — Troisième journée à Beijing

8 juin 2010

 

 
Cette journée commence dans le smog par une brève visite au parc entourant le Stade olympique. Surnommé « Nid d’oiseau », ce stade de 91 000 places est enrubanné de 36 km de poutres d’acier.

Puis l’autobus nous amène à un magasin de perles d’eau douce. Contrairement aux huîtres de mer, les huîtres d’eau douce peuvent produire des dizaines de perles à la fois. De plus, elles se distinguent par leur forme triangulaire et leur taille plus importante.

L’après-midi se passe au Palais d’été. Situé à quelques kilomètres de Beijing, le Palais d’été est en réalité un parc de 2,9 km², dont trois quarts sont occupés par un plan d’eau.

Décorée de plus de 14,000 peintures, la Galerie couverte permet de se promener le long de ce lac, protégé du soleil et des intempéries. Avec ses 0,7 km, cette galerie en bois est la plus longue au Monde. Chacune de ses poutres représente une scène différente.

Après avoir pris le repas du soir à l’hôtel, nous passons la soirée au Théâtre Liyuan pour y assister à des extraits d’opéras de Pékin.

Dans l’opéra traditionnel chinois, tous les rôles (y compris les rôles féminins) sont tenus par des hommes. Dans ce théâtre, les spectateurs pénètrent dans la salle de spectacle par des entrées situées à gauche d’un couloir, tandis qu’à droite de ce couloir, derrière une longue table, les chanteurs se maquillent à la vue de tous.

Le premier des deux extraits est tiré de l’opéra « La Rivière d’automne ». Il raconte l’histoire d’une nonne taoïste qui s’est enfuie de son couvent afin de rejoindre son amoureux. Elle doit néanmoins traverser une rivière, aidée d’un vieux batelier qui, grâce au Ciel, est nul autre que son oncle.

Personnellement, je trouve cet extrait absolument génial. Toutefois, si vous ne partagez pas mon enthousiasme, sentez-vous libre de quitter cette vidéo quand vous en aurez assez.


Voir aussi : Liste des diaporamas de Chine

Chine — Troisième journée à Beijing
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Photos de Beijing — 北京, Photos de Chine — 中国, Photos de voyage, Vidéos | Mots-clés : , , , , , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :