Psychodrame au Bloc

28 mars 2018

La majorité des Québécois ne croient pas qu’il soit dans l’intérêt du Québec de quitter le Canada.

Conséquemment, pour le député fédéraliste à Ottawa, il y a une grande différence entre défendre les intérêts du Québec et défendre l’indépendance du Québec. Pour lui, ce sont même des choses opposées.

Mais pour le député indépendantiste à Ottawa, c’est la même chose. Le Québec paie à Ottawa environ 50 milliards$ de taxes et d’impôt en échange de quoi il ne reçoit à peu près rien sauf 9 à 12 milliards$ de péréquation pour se tenir tranquille.

On comprend donc mal ce qui explique la zizanie qui s’est emparée du Bloc Québécois depuis que la nouvelle chef a décidé que la priorité de son parti serait de faire la promotion explicite de l’indépendance du Québec plutôt que défendre les intérêts du Québec.

À mon avis, c’est bonnet blanc, blanc bonnet.

En politique, on ne sait jamais qui est franc et qui est hypocrite. Mais s’il y a une chose dont je suis absolument certain, c’est du dévouement aveugle et inconditionnel de Mme Ouellet pour le Québec.

Est-ce que son approche est la bonne ? Je ne sais pas. Qui peut en être certain ?

Mais je trouve que ce serait une perte de jeter à la poubelle de l’histoire une personne aussi brillante et aussi dévouée sans lui avoir donné sa chance de prouver si son intransigeance donne de meilleurs résultats que le statuquo.

Revenons en arrière.

Selon Camille Laurin, le père de la Loi 101, l’objectif de sa loi était le suivant : « Nous voulons faire du français la seule langue officielle du Québec. Nous voulons que le français, effectivement, devienne la langue de travail et de communication… en ce sens que nous voulons que ça soit le milieu qui devienne français. Nous voulons que tout le monde sache que le français devient la langue… nécessaire, utile, rentable et qu’en particulier, les immigrants et les groupes ethniques se rendent compte que le Québec est français et que, pour gagner leur vie, la langue de promotion, la langue des avantages professionnels est le français.»

Entre autres, cette loi instaurait l’unilinguisme français au travail par défaut. Aucun poste ne pouvait être bilingue à moins que cela soit strictement nécessaire.

Pourtant, lorsque Camille Laurin présenta sa loi, beaucoup de ses collègues trouvaient qu’il allait trop loin. Au quotidien anglophone montréalais The Gazette, les chroniqueurs se déchainèrent violemment contre Camille Laurin, visé personnellement.

Même le rédacteur en chef du Devoir — à l’époque, le pape de la raisonnabilité — critiqua sévèrement le zèle du ministre.

Au moment du vote, les députés libéraux du Québec votèrent en bloc contre.

Pourtant, cinquante ans plus tard, cette loi fait l’unanimité.

Revenons au Bloc.

D’où vient cette peur d’aller trop loin ? Est-ce que la Droite canadienne (ou québécoise ou américaine) craint d’aller trop loin ? Non, elle fonce et bouscule. Et elle corrige le tir sur de petits détails quand ses mesures provoquent un tollé.

Si l’approche de Mme Ouellet donne des résultats ‘catastrophiques’, c’est quoi la catastrophe ? Que peut faire de catastrophique un parti condamné à ne jamais prendre le pouvoir ?

L’indépendance ne sera pas faite par des politiciens incapables d’affronter l’adversité. Martine Ouellet fait la démonstration qu’elle possède l’étoffe de ceux qui peuvent guider un peuple à traverser le désert pour l’amener à la terre promise, quitte à laisser derrière elle les pissous qui ne voudront pas la suivre.

Référence :
Camille Laurin voulait que la loi 101 soit un choc

Psychodrame au Bloc
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Politique canadienne | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Lancement de la course 2016 à la chefferie du PQ

27 mai 2016
Jean-François Lisée, Martine Ouellet, Véronique Hivon et Alexandre Cloutier

Introduction

Hier soir, de 17h à 19h30, se tenait au Collège Maisonneuve de Montréal, une soirée de financement populaire conjoint des candidats à la chefferie du Parti Québécois (PQ).

Quelques centaines de personnes y étaient présentes.

Selon la coutume au PQ, c’est Carole Poirier, la députée de la circonscription où se déroule l’évènement, qui faisait office de maitre de cérémonie.

Tour à tour, les candidats ont prononcé leur discours, limité à huit minutes.

Le tirage au sort avait déterminé que Jean-François Lisée parlerait le premier.

Jean-François Lisée

M. Lisée est un charmeur : brillant, inventif et toujours là où on ne l’attend pas.

Il a fait porter son allocution sur le rôle de l’État en tant que redistributeur de la richesse collective : hausse du salaire minimal à 15$, plafonnement des salaires des hauts salariés de l’État (essentiellement ceux à la tête des sociétés d’État, des universités, etc.).

Référence : Leadeurship: Pour un Québec riche de son équité

Alexandre Cloutier

Abandonnant le ton de la confidence qu’il avait utilisé à la rencontre du 22 mars 2015 (lors d’une autre course à la chefferie), M. Cloutier a adopté cette fois-ci un ton plus vigoureux.

M. Cloutier se propose de renforcer la Loi 101 — qui protège le français au Québec — en y assujettissant les 1 800 entreprises fédérales opérant chez nous.

Il veut que tout émigrant au Québec ait le droit constitutionnel d’avoir accès à des cours en français.

Références :
Alexandre Cloutier veut améliorer la francisation des immigrants
Une approche à la fois déterminée, positive et ambitieuse pour le français au Québec

Véronique Hivon

Mme Hivon maitrise parfaitement la langue de bois. Toutes ses phrases ont un sujet, un verbe et un complément. Mais à l’issue de son allocution, on se demande : « Veux-tu me dire au juste de quoi elle parlait exactement ? »

Martine Ouellet

Mme Ouellet a parlé de stratégie. À son avis, qu’on le veuille ou non, l’indépendance du Québec sera un des thèmes majeurs de la prochaine campagne électorale québécoise (prévue d’ici deux ans).

Elle a souligné l’importance d’adopter des engagements clairs, notamment au sujet du référendum, afin que, une fois ce sujet est pris pour acquis, le Parti Québécois puisse se consacrer à ce qui est important, soit d’expliquer aux citoyens ce qui justifie l’indépendance du Québec.

Mme Ouellette a illustré son propos au sujet d’une mission commerciale en Extrême-Orient placée sous le patronat du gouvernement canadien. Une rencontre prévue entre le représentant d’un important groupe industriel asiatique et Mme Ouellette (venue promouvoir des technologies québécoises) a été annulée à la dernière minute et sans motif par le représentant fédéral venu plutôt défendre les sables bitumineux de l’Ouest canadien.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix Leica 42,5mm F/1,2 — 1/100 sec. — F/1,2 — ISO 320 — 42,5 mm

Lancement de la course 2016 à la chefferie du PQ
5 (100%) 1 vote

Un commentaire

| Politique québécoise | Mots-clés : , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Rencontre avec deux candidats à la chefferie du PQ

8 avril 2015

Dans le cadre de la course à la chefferie du Parti Québécois, cette formation politique organise deux types de rencontres.

Premièrement, il y a des débats contradictoires — qui font salles combles — et qui permettent de comparer les cinq candidats entre eux. Ces face-à-face sont aussi diffusés en temps réel sur l’internet.

Deuxièmement, on organise des rencontres régionales — réunissant quelques dizaines de personnes — qui permettent à chaque candidat de présenter son programme électoral aux sympathisants de l’endroit, et de répondre à leurs questions.

Implicitement, en choisissant un chef, les membres du Parti québécois adopteront les mesures proposées par ce candidat. Certains d’entre eux ont un programme détaillé : chez d’autres, c’est plus sommaire.

J’étais disponible pour deux de ces rencontres.

Prévues pour débuter à 19h, celles-ci commencent avec vingt minutes de retard. Le conférencier fait d’abord un exposé d’une vingtaine de minutes. Suivent des questions préparées par l’exécutif régional du PQ (et qui sont les mêmes posées à chaque aspirant à la chefferie). Des représentants de l’aile jeunesse posent ensuite les leurs et finalement le public est invité à poser les siennes. Le tout se termine vers 21h.

Alexandre Cloutier

La première des rencontres auxquelles j’ai assisté, le 22 mars 2015, mettait en vedette Alexandre Cloutier.

Âgé de 37 ans, ce spécialiste en droit constitutionnel a occupé des fonctions ministérielles sous le bref gouvernement de Pauline Marois, principalement à titre de ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes.

À ses apparitions télévisées, ce ministre m’a toujours semblé superficiel.

Au contraire, la rencontre avec M. Cloutier permet de découvrir un politicien remarquablement compétent. En effet, M. Cloutier semble avoir pris connaissance de tous les rapports et études qui concernent les affaires de l’État.

Le discours qu’il tient est positif, dit d’un ton rassurant. Et le programme qu’il défend est particulièrement bien étoffé. Toutefois, presque toutes les mesures qu’il propose sont réalisables dans le cadre constitutionnel canadien.

Martine Ouellet

Lundi soir dernier, c’était l’occasion d’entendre Martine Ouellet, la seule femme de cette course à la chefferie.

Âgée de 45 ans, Mme Ouellette est ingénieure mécanique et possède une longue expérience au sein d’Hydro-Québec où elle a occupé brillamment différentes fonctions supérieures.

Elle fut ministre des Ressources naturelles dans le bref gouvernement de Pauline Marois. On lui doit la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-II, non rentable, dont la réfection aurait coûté 4,3 milliards$ aux contribuables québécois.

Lundi dernier, le discours de Mme Ouellet soulignait que les investissements structurants du gouvernement canadien s’effectuent presque toujours dans les provinces anglophones du pays.

Contribuant à hauteur de 42 milliards$ des revenus du fédéral, le Québec paie pour ces emplois créés ailleurs et ne reçoit que le prix de consolation qu’est la péréquation canadienne.

Mme Ouellet croit que le PQ doit recentrer son message sur la sociale Démocratie et sur la promotion de l’indépendance.

Avec un PIB par habitant plus élevé qu’en Grande-Bretagne, le Québec est suffisamment riche pour devenir un pays autonome, selon Mme Ouellet.

Se sentant de moins en moins chez elle dans le pétroÉtat militariste canadien, Mme Ouelllet souhaite que dès son premier mandat péquiste, un gouvernement péquiste procède à un référendum sur l’indépendance du Québec.

Conclusion

Lorsque des personnes occupent des fonctions ministérielles, il est presque impossible de les rencontrer sauf lors des soirées de collecte de fonds dont de prix d’entrée est hors de portée du modeste citoyen.

Ces rencontres régionales, gratuites et ouvertes à tous, permettent d’évaluer les qualités personnelles de futurs dirigeants politiques et de leur faire des représentations informelles.

Il existe des personnes remarquables dans tous les partis politiques. Parce qu’ils sont en mode séduction, ceux du PQ sont présentement les plus accessibles. C’est une occasion pour ceux qui, comme moi, s’intéressent aux affaires publiques.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs PanLeica 42,5 mm F/1,2 (1re photo) et M.Zuiko 12-40 mm (2e photo)
1re photo : 1/100 sec. — F/1,2 — ISO 400 — 42,5 mm
2e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 40 mm

Rencontre avec deux candidats à la chefferie du PQ
Votre évaluation :

Un commentaire

| Politique québécoise | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :