La leçon de géopolitique de Juan Branco

27 juin 2017

 

Cliquez pour démarrer

 

La leçon de géopolitique de Juan Branco
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Géopolitique | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le gagnant du conflit entre l’Arabie saoudite et le Qatar

7 juin 2017
© 2010 — Google Maps

Introduction

L’Arabie saoudite, le Bahreïn, l’Égypte, les Émirats arabes unis et le Yémen ont décidé lundi de rompre leurs relations diplomatiques avec le Qatar, une minuscule pétromonarchie voisine de l’Arabie saoudite

Ils accusent ce pays de déstabiliser la région en soutenant des groupes terroristes, dont Al Qaida, l’État islamique et les Frères musulmans.

Les compagnies aériennes de ces pays n’effectuent plus de vols à destination du Qatar et les avions de ce dernier sont interdits de vol au-dessus du territoire saoudien.

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont également décrété un blocus économique envers le Qatar.

Quelles sont les raisons profondes de cette crise ?

Le côté givré du Qatar

Depuis de nombreuses années, le Qatar mène une politique étrangère ambitieuse et distinctive.

L’émir du Qatar est, ce qu’on pourrait appeler, un monarque éclairé.

La Cité de l’éducation qu’il a mise sur pied près de la capitale accueille des pavillons ‘hors campus’ d’universités anglo-saxonnes prestigieuses : l’université Carnegie-Mellon, l’université de Georgetown, l’université Texas A&M, l’université du Commonwealth de Virginie, le collège médical Weill de l’université Cornell, l’University College London, etc.


Aparté : Au Qatar, les diplômés universitaires sont majoritairement des femmes.

L’importance attachée à l’éducation nationale, dont celle des femmes, est partagée par les Émirats arabes unis et par l’Iran.

Mais ce n’est pas le cas en Arabie saoudite où les familles aisées envoient leurs adolescents masculins étudier dans les meilleurs lycées occidentaux. Pourquoi ? Parce que l’école publique saoudienne (aux mains du clergé wahhabite) ne forme que des bons à rien que même les entreprises saoudiennes hésitent à embaucher comme travailleurs qualifiés, d’où le taux de chômage d’environ 40% chez les jeunes.

Ce chômage élevé chez les Saoudiens peu fortunés explique l’importance des mercenaires saoudiens au sein des groupes terroristes sunnites.

 
Au chapitre des réalisations de l’émir du Qatar, mentionnons également la chaine de nouvelles Al Jazeera, propriété de l’État depuis sa création en 1996. Cette chaine de nouvelles est immensément populaire au sein du monde arabe, autrefois captif des médias officiels de leurs pays respectifs.

Le côté conflictuel du Qatar

Le Printemps arabe s’est répandu comme une trainée de poudre grâce à Al Jazeera. Cette chaine n’hésite pas à donner la parole aux groupes d’opposition à certains dictateurs arabes (sauf à l’émir du Qatar lui-même, évidemment).

Et justement pour cela, tous les pays qui ont écrasé chez eux le Printemps arabe en veulent à l’émir qatari d’autoriser une telle liberté de parole qui met en péril leur dictature.

Le Qatar pratique également une diplomatie pansunnite qui l’amène à vouloir des relations harmonieuses avec les organisations sunnites de la région, dont le Hamas en Palestine et les Frères musulmans en Égypte.

Ce qui met le Qatar en conflit avec Israël (cible du Hamas) et le général al-Sissi, l’actuel dictateur d’Égypte.

Finalement, tout comme l’Arabie saoudite et la Turquie, le Qatar est officieusement en guerre avec la Syrie, par milices interposées.

Terrorisme chiite vs terrorisme sunnite

Les pions du terrorisme chiite ne sont impliqués que dans un terrorisme régional, limité au Proche et au Moyen-Orient.

L’Iran (chiite) a déjà financé le terrorisme international — notamment contre la France entre 1974 et 1983 — mais ce pays n’en a plus les moyens.

De nos jours, le terrorisme international est une exclusivité sunnite, financée principalement par l’Arabie saoudite et secondairement par le Qatar.

Ce financement n’est pas effectué directement par des fonds d’État mais généralement par le biais d’une multitude de contributions privées à des organismes à façade caritative ou à des écoles islamistes qui servent de pépinières de terroristes. D’autres fois, ce financement prendra la forme de valises pleines de devises échangées à l’occasion du pèlerinage à la Mecque.

La ‘trahison’ du Qatar

C’est en avril 2017 que des négociations secrètes ont mené finalement à la libération de vingt-six membres de la famille royale qatarie capturés seize mois plus tôt lors d’une embuscade en Irak.

Puisque les ravisseurs étaient des rebelles chiites supportés par l’Iran, le Qatar a été obligé d’obtenir la collaboration de ce pays afin que leur négociation commune réussisse.

La libération des otages s’est faite en contrepartie d’un important déplacement de population en Syrie, soit de 30 000 à 50 000 personnes.

Conséquemment, la somme déboursée par le Qatar (environ un milliard de dollars) fut répartie de la manière suivante :
• la rançon versée aux ravisseurs,
• le soudoiement des différentes milices rebelles et gouvernementales le long du trajet emprunté par les convois de Syriens relocalisés, et
• les honoraires des négociateurs (l’Iran, le Hezbollah, deux milices chiites et une milice d’Al Qaida).

Pour l’Arabie saoudite, le résultat net de cette opération est qu’une somme colossale a été versée à des milices chiites supportées par l’Iran. Ce financement qatari leur permettra de mieux combattre les milices sunnites financées par l’Arabie saoudite. Or au sein de ces milices, le plus important contingent de mercenaires étrangers est habituellement composé de Saoudiens.

Anticipant un nombre accru de ses ressortissants lourdement handicapés revenant du front, l’Arabie saoudite est furieuse.

Donald Trump bénit la guerre

À l’occasion de son premier voyage à l’Étranger, Donald Trump s’est rendu en Arabie saoudite où il a exhorté les pays de la région à participer pleinement au combat contre le terrorisme.

Précisant sa pensée, il les invitait à isoler l’Iran en l’accusant d’attiser les conflits interconfessionnels et le terrorisme (comme s’il s’agissait d’une spécialité iranienne).

L’Arabie saoudite profite donc de la bénédiction de Trump pour obliger le Qatar à rentrer dans le rang.

Depuis des années, la dictature saoudienne achète de l’armement en vue d’une guerre contre l’Iran et ce, avant que l’économie iranienne ne se soit remise de l’embargo dont ce pays a été l’objet.

Or pendant tout le temps au cours duquel le Qatar travaillait de concert avec l’Iran afin d’obtenir la libération de ses otages, le Qatar évitait les discours incendiaires contre son partenaire.

Mais les dirigeants belliqueux de l’Arabie saoudite ne peuvent tolérer de dissidence parmi les pétromonarchies sunnites puisqu’elles doivent toutes se préparer à la guerre qu’elle a décidée. Voilà pourquoi l’Arabie saoudite annonce la fin de la récréation pour le Qatar.

Puisque le Qatar ne peut récupérer la rançon déjà versée, la ‘punition’ que veut lui imposer l’Arabie saoudite est la rupture de ses liens avec le Hamas et les Frères musulmans. Ce qui sous-entend l’harmonisation de leurs politiques étrangères respectives et l’adoption d’une rhétorique haineuse envers l’Iran.

Mais le Qatar est un allié important de la France (qui lui vend des Rafales). Et c’est un allié des États-Unis qui y exploitent une base militaire essentielle, pour l’instant, aux opérations aériennes contre l’État islamique en Syrie. De plus, cette pétromonarchie est sur le point de conclure un contrat d’achat de matériel militaire américain. Finalement, son sous-sol recèle de gigantesques réserves de gaz naturel dont l’Europe aurait bien besoin pour se libérer de sa dépendance énergétique à la Russie.

Comment le Qatar va-t-il s’en sortir ? C’est à suivre…

Du côté de la Syrie

Entretemps, Bachar el-Assad se frotte les mains. Premièrement, la Turquie — plaque tournante opérationnelle des mercenaires œuvrant en Syrie — est courtisée par la Russie. Et deuxièmement, voilà que ses deux pires ennemis — les grands commanditaires de la guerre syrienne que sont l’Arabie saoudite et le Qatar — se chamaillent. Même si ces derniers devaient se réconcilier, il est probable que le cœur n’y sera plus dans la poursuite de cette guerre qui ne mène à rien depuis longtemps.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

D’autant plus que cette guerre ruineuse est née du refus de Bachar el-Assad d’autoriser le passage sur son territoire d’un gazoduc soutenu par le Qatar, l’Arabie saoudite et la Turquie (en rouge sur la carte ci-dessus). Si la traversée de ce gazoduc en Arabie saoudite est compromise là aussi, quel est l’intérêt du Qatar à travailler au renversement du régime de Bachar el-Assad ?

Bref, c’est le dirigeant syrien qui est le bénéficiaire du conflit entre l’Arabie saoudite et le Qatar.

Références :
Al Jazeera
Arabie saoudite : ce que Donald Trump a dit aux pays musulmans
Donald Trump tweets support for blockade imposed on Qatar
L’ABC de la guerre syrienne (2e partie)
L’attentat du 15 avril 2017 à Rachidine, en Syrie
« Les Emirats sont déterminés à mettre le Qatar, d’une manière ou d’une autre, à genoux »
L’étonnant classement des pays où les femmes sont plus diplômées que les hommes
Pentagon loses Turkish airspace access crucial in airstrikes against Isis
Qatar
Qatar ‘willing to work with’ Turkey and Kuwait to calm Gulf dispute
US officials scramble to limit Donald Trump’s diplomatic damage over Qatar tweets

Paru depuis :
La CIA met fin à son soutien aux rebelles syriens (2017-07-20)

Le gagnant du conflit entre l’Arabie saoudite et le Qatar
5 (100%) 1 vote

Laissez un commentaire »

| Géopolitique, Guerre en Syrie | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Doubler les dépenses militaires et la dénaturation du Canada

25 mai 2017

Introduction

Depuis l’élection de Donald Trump, les États-Unis accusent les autres membres de l’OTAN de ne pas faire leur juste part dans la défense du monde occidental en raison de l’insuffisance de leur budget militaire.

En réalité, ce reproche n’est pas nouveau mais le nouveau chef d’État américain s’est fait beaucoup plus instant que son prédécesseur à ce sujet.

Qu’en est-il ?

Les dépenses militaires des membres de l’OTAN

En septembre 2014, les pays membres de l’OTAN se sont entendus pour augmenter leurs budgets militaires de manière à ce qu’en 2024, le niveau de leurs dépenses atteigne un minimum de 2% de leur produit intérieur brut (PIB).

Les motifs d’un tel engagement sont obscurs.

D’une part, il est vrai que depuis plusieurs années, la Russie et la Chine augmentent leurs dépenses militaires.

Si on exclut le cas particulier du nombre d’ogives nucléaires (dont la Russie possède un stock vieillissant mais toujours supérieure à celui des États-Unis), la supériorité américaine est écrasante; on estime que la force militaire américaine est de cinq à dix fois supérieure à celle de la Russie.

Conséquemment, même au taux d’augmentation actuel, ni la Russie ni la Chine ne sont en train de rattraper leur retard sur les États-Unis.


 
En 2016, des 28 membres de l’OTAN, seuls six respectaient déjà l’engagement pris pour 2024 : ce sont Les États-Unis, la Grèce, l’Estonie, le Royaume-Uni et la Pologne.

En montants absolus, leurs budgets militaires ne sont pas nécessairement les plus élevés mais ils sont les plus importants relativement à la taille de leur économie.

À 3,6% du PIB, le budget militaire américain est le plus élevé en raison d’une politique étrangère belliqueuse qui les amène utiliser la force militaire et à déclencher des guerres prédatrices sous n’importe quel prétexte. Par la même occasion, cela leur permet de tester l’efficacité et la fiabilité de leur matériel de pointe.

Pourquoi la Grèce, si endettée, est-elle en deuxième position aec 2,4% ? Parce qu’elle inclut le cout de la défense de ses frontières dans le calcul de ses dépenses militaires. Or la Grèce est à l’avant-scène de la crise migratoire européenne.

Ex-république soviétique et pays voisin de la Russie, l’Estonie vit dans la hantise d’un envahissement russe et de la déstabilisation de son économie par des agitateurs à la solde de Moscou. Son budget militaire (2,2%) en est le reflet.

De la troisième place en 2015, le Royaume-Uni occupe maintenant la quatrième en 2016 (avec 2,2%) puisque ce pays n’a plus les moyens de continuer d’être le fidèle accompagnateur des États-Unis dans leurs entreprises guerrières.

De 1990 à 2013, la Pologne a réduit ses dépenses militaires de 2,4% à 1,8%. Elles ont remonté à 2,0% depuis pour une raison précise; ce pays ambitionne de devenir un exportateur d’armement et, entretemps, subventionne massivement le développement d’un complexe militaro-industriel national.

Le cas canadien

Le Canada n’a que quatre voisins : la Russie, les États-Unis, les iles Saint-Pierre et Miquelon, et le Groenland.

La Russie ne se risquerait pas à envahir le Canada puisque cela mettrait en péril l’approvisionnement des États-Unis en matières premières et provoquerait immédiatement l’entrée de ce pays en guerre.

Si devenir un champ de bataille n’est jamais une perspective intéressante pour aucun pays, il est illusoire de penser que doubler nos dépenses militaires changerait l’issue d’un conflit.

Pour ce qui est des Américains, on voit mal pourquoi ils utiliseraient la force afin de s’emparer de ressources qu’ils obtiennent déjà pacifiquement.

Quant à la menace d’une attaque par les milices de Saint-Pierre et Miquelon ou par les Esquimaux du Groenland, notre budget militaire actuel devrait suffire à nos protéger de cette redoutable menace.

La dénaturation du Canada

Ce dont il est question ici, ce n’est pas de hausser de 1% le budget fédéral consacré aux dépenses militaires mais de consacrer à ce poste budgétaire une somme supplémentaire équivalent à 1% du PIB.

Le PIB du Canada est de 1 551 milliards$. Il s’agit donc de dépenser quinze-milliards$ de plus par année à ce sujet.

C’est l’équivalent de l’important contrat de blindés canadiens achetés par l’Arabie saoudite. Sauf qu’il ne s’agira pas d’une dépense étalée sur plus d’une décennie, mais répétée annuellement par le Canada.

De plus, comme le contrat défunt des chasseurs F-35, il est à prévoir qu’il s’agira en bonne partie pour le Canada d’achats d’armements américains pour lesquels notre pays n’obtiendra que très peu de retombées économiques.

Les différents postes budgétaires de l’État sont des vases communicants. Dans la perspective où les États-Unis s’apprêtent à réduire substantiellement l’impôt des entreprises, où donc l’État canadien trouvera-t-il l’argent supplémentaire pour la Défense nationale sinon en diminuant le filet de protection sociale qui constitue une caractéristique fondamentale du pays ?

En somme, que les Canadiens élisent un gouvernement de gauche ou de droite, il suffit de doubler les dépenses militaires canadiennes pour forcer le gouvernement fédéral à virer à Droite, peu importe la volonté exprimée démocratiquement par les citoyens du pays.

Et toute réduction appréciable du taux d’imposition aux entreprises décrété par Washington rendra encore plus inévitable et dramatique le démantèlement du filet de protection sociale canadien, devenu trop onéreux.

Sur les 250 milliards$ de dépenses fédérales, la majorité de cette somme est incompressible. Pour accroitre les dépenses militaires de quinze-milliards$, le choix de l’État fédéral sera entre hausser de beaucoup la fiscalité des particuliers ou effectuer des coupures draconiennes dans les postes budgétaires autres que celui de la Défense nationale.

Sous les motifs obscurs d’engagements internationaux, ce dont il est question est d’obliger le Canada à revêtir volontairement une camisole de force budgétaire qui le condamne à appauvrir son propre peuple pour engraisser le complexe militaro-industriel américain.

Références :
Le Canada prêt à doubler son budget de défense d’ici 2024
Les dépenses de défense des pays de l’OTAN (2009-2016)
Les pays de l’Otan dépensent toujours moins en matière de défense
Les 25 ans de l’OTAN
Ottawa tente de comptabiliser différemment ses dépenses militaires
Sommet de l’OTAN sous pression pour Justin Trudeau
Trump qualifie l’OTAN d’organisation «obsolète»
Quels pays ont le plus augmenté leur budget militaire? La réponse en carte

Doubler les dépenses militaires et la dénaturation du Canada
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Géopolitique | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


L’attentat du 15 avril 2017 à Rachidine, en Syrie

21 avril 2017

Il y a une semaine, on apprenait qu’un attentat avait fait une centaine de morts au sein d’un convoi de Syriens délocalisés.

Voici le fond de l’histoire.

Au cours d’une partie de chasse au faucon dans le sud de l’Irak en décembre 2015, vingt-six membres de la famille royale qatarie sont tombés dans une embuscade et sont faits prisonniers par un groupe d’une centaine de rebelles chiites supportés par l’Iran.

Depuis seize mois, leur libération est négociée par le Qatar et l’Iran. À cela se sont ajoutés les négociateurs de quatre groupes de rebelles : le Hezbollah et deux milices chiites du côté iranien, et une milice d’Al Qaida du côté qatari.

L’entente intervenue prévoit la libération des otages qataris en contrepartie d’un important échange de population dans le cadre de l’épuration ethnique qui prévaut en Syrie.

L’entente prévoit également le versement d’une colossale rançon aux rebelles. Non seulement à ceux qui détiennent les otages royaux, mais également aux différentes milices rebelles et gouvernementales rencontrées sur le trajet de plus de 300km que doivent effectuer les convois de 30 000 à 50 000 Syriens relocalisés.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

D’une part, cette épuration concerne les Musulmans sunnites de deux villages situés près de la capitale (dans le sud-ouest du pays). Ils doivent retrouver les leurs dans deux villages sunnites situés dans le nord-ouest du pays.

En contrepartie, les Musulmans chiites des deux villages dont on vient de parler doivent être transférés dans les deux villages situés près de la capitale.

Le 14 avril, le premier groupe de Chiites (cinq-mille personnes) fut placé à bord de 45 à 75 autobus. En raison du caprice du réseau routier et des droits de passage négociés vers leur destination finale, le début du trajet prévoit un détour par Rachidine, une localité tenue par les rebelles près d’Alep.

Et c’est dans cette ville qu’eut lieu l’attentat. Un véhicule qui distribuait des sachets de croustilles aux enfants a explosé à proximité des autobus transportant les évacués.

L’attentat fit 126 morts et 300 blessés, mettant en péril l’accord intervenu entre l’Iran et le Qatar.

Depuis samedi dernier à Bagdad (lieu choisi pour l’arrivée de la rançon), un jet privé qatari est immobilisé sur le tarmac de l’aéroport en attente de prendre possession des otages royaux qui doivent être libérés.

Puisque l’attentat a tué non seulement des civils loyalistes au régime de Bachar el-Assad mais également une trentaine de combattants rebelles, on présume que ce serait l’œuvre d’une autre milice exclue de l’entente et qui aurait voulu une part du butin.

En raison de l’importance de la rançon, les évacuations ont repris quelques heures plus tard et se poursuivent depuis.

Références :
Attentat de Rachidine
Attentat en Syrie: les auteurs déguisés en humanitaires
Qatari jet sits on tarmac in Baghdad as royal hostages await release

Parus depuis :
Qatari royals released from captivity as part of Syria population swap deal (2017-04-21)
En Syrie, le grand marchandage de Doha (2017-04-24)

L’attentat du 15 avril 2017 à Rachidine, en Syrie
5 (100%) 1 vote

Laissez un commentaire »

| Guerre en Syrie | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Trump : un président manipulable et impulsif

10 avril 2017


 
Introduction

Lorsque l’aviation canadienne bombarde n’importe quelle région du monde, elle le fait avec l’accord du pays concerné ou à la suite d’une résolution habilitante de l’ONU.

Cela s’appelle respecter le droit international.

Quand les Russes bombardent la Syrie, ils n’ont pas besoin d’une autorisation de l’ONU parce qu’ils ont déjà celle du gouvernement de la Syrie, soit celui de Bachar el-Assad.

Plus tôt cette semaine, le président américain Donald Trump a ordonné le bombardement de la base russe de Shayrat, située en Syrie.

Ce bombardement est la réponse américaine à une attaque chimique survenue deux jours plus tôt dans la ville syrienne de Khan Cheikhoun. Cette attaque chimique a provoqué la mort d’une centaine de civils et fait environ 500 blessés.

Dans cette région s’affrontent l’armée syrienne et les milices de deux organisations terroristes financées par l’Arabie saoudite : Ahrar al-Cham (accusé de crimes de guerre par Amnistie internationale) et Hayat Tahrir al-Cham (classé comme organisation terroriste par les États-Unis le mois dernier).

Le président américain s’est dit ému des images qui lui ont été présentées à ce sujet.

Dans le but évident de nous faire partager l’émotion présidentielle, les télévisions canadiennes nous ont présenté en boucle ces gros plans d’enfants suffoquant ou d’infirmiers essayant désespérément de sauver les personnes affectées par des gaz toxiques.

Selon Newsweek, l’armée américaine a tué mille civils en Irak et en Syrie durant le seul mois de mars 2017. C’est dix fois plus que l’attaque qui a suscité l’indignation de Trump. Or nos médias n’ont pas cru bon nous montrer les gros plans des gens tués ou agonisants sous les frappes américaines.

Il faut être très naïf pour croire que les États-Unis bombardent quoi que ce soit pour des raisons humanitaires.

C’est la paix, et non la guerre, qu’on fait pour le bien d’un peuple. Surtout quand il s’agit de gens qu’on ne veut surtout pas accueillir aux États-Unis.

Sans attendre que la responsabilité de l’aviation syrienne ait été prouvée et sans posséder de résolution habilitante de l’ONU, le président américain a ordonné le bombardement de cette base militaire deux jours plus tard.

Il s’agit de son premier Casus belli, commis moins de cent jours après son entrée en fonction.

Pour les chefs d’État occidentaux et les journalistes qui rapportent leurs propos, la culpabilité de Bachar el-Assad est évidente puisqu’il s’agit ici, croit-on, d’une récidive.

La ligne rouge

Le 20 aout 2012, l’ex-président Obama avait prévenu que l’utilisation d’armes chimiques dans le cadre du conflit syrien constituerait une ligne rouge à ne pas dépasser.

À plusieurs occasions, de telles armes ont été utilisées, causant un petit nombre de victimes.

Toutefois, le 21 aout 2013 — un an plus tard — un bombardement à l’arme chimique eut lieu dans l’oasis de la Ghouta, près de Damas. Ce bombardement fit entre 322 et 1 729 morts. De plus, 3 600 personnes furent atteintes de symptômes neurotoxiques.

À l’époque, ce crime de guerre provoqua une indignation planétaire.

Mais la Maison-Blanche invoqua l’insuffisance de preuve pour ne pas intervenir et sauva la face (plus ou moins) en acceptant l’engagement russe à procéder à la destruction de toutes les armes chimiques encore en possession du régime de Bachar el-Assad.

Quatre ans plus tard, cette nouvelle attaque chimique a provoqué de nombreux commentaires. Toutefois, j’ai été très surpris de lire celui d’un lecteur du Devoir affirmant que l’enquête de l’ONU au sujet du massacre de Ghouta avait innocenté le régime de Bachar el-Assad.

À la lecture du texte sur Wikipédia, on apprend effectivement que l’ONU a produit deux rapports à ce sujet.

Publié le 16 septembre 2013, le premier n’avança aucune responsabilité dans cette attaque puisque cela n’était pas son but.

En décembre 2013, le journaliste d’investigation Seymour Hersh révèle que le gouvernement américain, pour mieux soutenir les accusations contre le régime de Bachar el-Assad, aurait volontairement caché les informations selon lesquelles le groupe djihadiste Front al-Nosra (soutenu par l’Arabie saoudite) disposait de gaz sarin.

Publié en janvier 2014, le deuxième rapport de l’ONU en vint à la conclusion que le régime syrien ne pouvait pas être tenu responsable du massacre. En particulier l’analyse de l’impact au sol des ogives permettait de préciser que l’endroit d’où elles avaient été tirées ne pouvait provenir des positions occupées par le régime au moment de l’attaque.

Évidemment, ce rapport fut aussitôt critiqué par un grand nombre d’experts occidentaux et, à l’opposé, applaudis par ceux des pays alliés de Bachar el-Assad.

Si j’exclus tous les rapports d’organismes ou d’États qui avaient conclu à la culpabilité ou à l’innocence de Bachar el-Assad avant même d’entreprendre leurs travaux, le seul rapport crédible est celui de l’ONU.

Le scénario le plus plausible

En traçant sa ligne rouge, le président Obama commettait une imprudence.

Il suffisait à l’Arabie saoudite d’orchestrer une attaque chimique ayant l’air d’avoir été commise par le régime syrien pour forcer la main d’Obama et l’amener à déclarer la guerre contre Bachar el-Assad.

Cette stratégie ayant échoué, la dictature saoudienne a donc recommencé le même scénario moins de cent jours après l’arrivée au pouvoir de son successeur.

Et voilà ce pauvre Trump qui tombe dans le panneau.

La pire erreur que peut commettre un chef de guerre, c’est de révéler son talon d’Achille.

C’est ce qu’a fait Donald Trump en ordonnant le bombardement de la base russe de Shayrat.

Il aura suffi qu’on lui montre les gros plans de jeunes enfants suffoquant pour qu’il réagisse comme le taureau devant lequel le toréador agite sa muléta.

Mais il y a plus grave encore.

À en juger par la réaction contrariée des Russes aux frappes américaines, il est évident que Trump n’a pas demandé la permission aux Russes avant de bombarder une de leurs bases militaires en Syrie.

Imaginons que les Russes, prévenus de l’attaque, aient décidé de tester l’efficacité des missiles sol-air S-300 qu’ils ont déjà déployés en Syrie.

Si toutes les ogives américaines avaient atteint leur but quand même, cela aurait prouvé la supériorité de la technologie américaine.

Mais si ce coup de poker avait tourné au désastre, on ferait présentement la queue à Moscou pour acheter des armes russes.

Et puisque les missiles S-300 n’auraient causé aucune victime américaine mais n’auraient fait que bloquer des ogives ‘made in USA’ et humilier les États-Unis, Trump aurait été réduit à accuser Poutine d’hypocrisie sans avoir matière à déclarer une troisième guerre mondiale.

Ce qui, dans le cas de Trump, n’est peut-être que partie remise…

Références :
Armes chimiques pendant la guerre civile syrienne
Attaque chimique en Syrie : trop tôt pour tirer des conclusions, disent Moscou et Damas
Massacre de la Ghouta
Obama ne regrette pas l’épisode de la «ligne rouge»
Under Trump, U.S. military has allegedly killed over 1,000 civilians in Iraq, Syria in March
Whose sarin?

Paru simultanément :
Guerre en Syrie et lutte pour le pouvoir aux États-Unis

Parus depuis :
Saudi Arabia stroked Trump’s ego. Now he is doing their bidding with Qatar (2017-06-07)
Trump’s Red Line (2017-06-25)

Trump : un président manipulable et impulsif
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Géopolitique, Guerre en Syrie | Mots-clés : , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les pourparlers à Hambourg au sujet d’Alep

7 décembre 2016

C’est plus tôt aujourd’hui qu’avaient lieu à Hambourg des pourparlers russo-américains en vue d’une nouvelle trêve à Alep, en Syrie.

À au moins deux reprises (les 20 et 21 octobre, puis le 4 novembre), la Russie a décrété unilatéralement des trêves pour permettre aux civils de quitter la ville assiégée.

Mais les mercenaires islamistes soutenus par l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie ont installé des tireurs embusqués le long des couloirs d’évacuation décrétés par Moscou pour empêcher les civils d’en profiter.

Les Américains tentaient donc aujourd’hui de convaincre les Russes d’accorder une trêve supplémentaire.

Le choix de la ville d’Hambourg comme lieu de ces pourparlers est ironique.

Un des livres les plus importants que j’ai lus dans ma vie est « Inferno : The Fiery Destruction of Hambourg – 1943 » de Keith Lowe.

Sans jugement moral, ce livre est la description minutieuse des bombardements anglais d’Hambourg, la ville portuaire où l’Allemagne nazie fabriquait ses sous-marins.

Après avoir bombardé les quartiers industriels de la ville, on s’est rendu compte que le Reich était en mesure de reprendre la production en moins de six mois.

Donc on a changé de stratégie. On a détruit la moitié des quartiers résidentiels de la ville dans le but de priver les usines de main-d’œuvre.

À cette fin, on a créé des murs de feu au sein desquels les civils mourraient asphyxiés par manque d’oxygène, où ceux qui voulaient fuir en étaient empêchés parce que l’asphalte se changeait en goudron sous leurs pieds, etc.

Du strict point de vue humanitaire, les bombardements russes à Alep ne sont rien en comparaison des bombardement alliés à Hambourg, à Dresde et à Hiroshima.

Le fond du problème est que la guerre est une boucherie. Elle l’a toujours été et le sera toujours.

Permettre aujourd’hui aux mercenaires islamistes de fuir la ville, c’est leur donner l’occasion de reprendre leurs forces et les retrouver à combattre ailleurs, de nouveau contre les Russes.

La stratégie occidentale est de rendre dispendieuse et inefficace l’intervention militaire russe en Syrie, comme a été ruineuse l’intervention russe en Afghanistan entre 1979 et 1989.

Le choix de la Russie à Alep est simple : prolonger l’agonie ou donner le coup de grâce.

La Russie a très bien compris la stratégie occidentale. Il est donc peu probable que ces pourparlers aboutissent à quelque chose. Alors pourquoi la Russie se plie-t-elle à cet exercice ?

La politique américaine relative à la Syrie dépend de la qualité des informations reçues par leurs services de renseignements.

À ce sujet, les Américains ont leurs espions et leurs analystes. Ils bénéficient également des informations fournies par les services de renseignements israéliens, turcs, saoudiens et jordaniens.

Mais en matière de politique internationale, on ne sait jamais qui est le manipulateur et qui est le manipulé. Les pays qui fournissent des renseignements dévoilent la partie de la vérité qui leur convient dans le but précis de tenter d’influencer leur interlocuteur.

De par la nature même de ces pourparlers, les États-Unis apprennent certaines des informations secrètes que possèdent les services de renseignements russes.

Or la Russie est au front. Grâce à la présence de ses soldats et grâce aux interrogatoires musclés des mercenaires qu’elle fait prisonniers, elle obtient des renseignements les plus crédibles au sujet de ce qui se passe réellement dans cette ville.

Et les Américains ont la tâche de distinguer entre les faits et la tentative de manipulation.

Or ce que disent les Russes aux Américains, c’est que les rebelles encore retranchés dans Alep sont presque exclusivement des milices islamistes affiliées… à Al-Qaida.

Un nombre croissant de rapports des services secrets américains indiquent, effectivement, que la Russie dit vrai.

Enlisés dans leurs contradictions, les États-Unis se retrouvent dans la situation inconfortable de plaider la pitié pour leurs ennemis jurés. Ils y sont poussés par les efforts diplomatiques de l’Arabie saoudite (membre du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU) qui tente de sauver ses ressortissants encerclés à Alep.

On peut donc présumer de la mollesse des supplications américaines en faveur d’un cessez-le-feu à Alep et des résultats de cette initiative douteuse.

Références :
Al-Qaeda group’s gains in Syria undermine U.S. strategy
Asphyxiés à Alep, les rebelles appellent à un cessez-le-feu
ONU : la Russie perd sa place au Conseil des droits de l’Homme, l’Arabie saoudite réélue

Les pourparlers à Hambourg au sujet d’Alep
5 (100%) 2 votes

Laissez un commentaire »

| Guerre en Syrie | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La guerre au Moyen-Orient : écrans de fumée et propagande au 31 octobre 2016

31 octobre 2016

Des puits de pétrole encore opérationnels

J’écoutais hier soir un reportage de la journaliste Marie-Ève Bédard de Radio-Canada au sujet de la politique de terre brulée pratiquée par l’État islamique.

Essentiellement, on y montrait la vie difficile des habitants de Kayara, en Irak, obligés de vivre dans la fumée toxique dégagée par les puits de pétrole auxquels l’État islamique a mis le feu avant de prendre la fuite.

Mais pour moi, ce reportage est un écran de fumée (si j’ose dire) puisqu’il évite de répondre à la question fondamentale : après plus de dix-mille frappes aériennes américaines, comment se fait-il que l’État islamique dispose toujours de sites pétroliers opérationnels qu’il peut, à sa guise, incendier s’il le juge opportun ?

L’incendie des puits de Kayara est une preuve supplémentaire qu’avant l’automne 2015, les États-Unis ne souhaitaient pas véritablement anéantir l’ÉI.

Leur stratégie était de faire perdurer l’insécurité régionale qui amenait les pays voisins à multiplier les contrats militaires auprès d’eux afin de se protéger.

Car la guerre est une bizness. Ruineuse pour ceux qui la font mais payante pour leurs fournisseurs.

La surenchère

L’intervention éclair de la Russie dans le conflit syrien à l’automne 2015 a marqué un tournant dans cette guerre.

En y consacrant seulement 2% du budget militaire russe, l’aviation de ce pays a effectué 9 000 sorties, détruit 209 sites d’extraction pétrolière ou de points de transit d’hydrocarbures, et libéré 400 agglomérations (sur les 25 000 que compte le pays).

Au cours de l’avancée des forces gouvernementales sous le couvert des bombardements russes, des négociateurs russes et syriens ont conclu des centaines de serments d’allégeance au régime de la part des chefs de villages et seigneurs de la guerre. Par le biais de ces ententes, des milliers de combattants ont fait défection des milices islamistes rebelles.

En quelques semaines, la proportion du territoire syrien contrôlé par le régime de Bachar el-Assad est passée de 16 à 20%, soit un gain de 10 000 km².

Indirectement, ce succès était une gifle aux Américains puisque la stratégie marchande de ces derniers, inavouable publiquement, donne une impression d’impuissance puisque son but est précisément de faire durer la guerre.

D’où la nécessité d’une grande victoire qui redonnerait confiance dans la suprématie militaire américaine. Cette grande victoire sera Mossoul, la deuxième ville d’Irak.

Les boucliers humains de l’ÉI

Afin de ternir les succès qu’obtient la Russie en Syrie, les Occidentaux accusent depuis des mois les Russes ne ne pas faire attention aux pertes civiles lors de leurs bombardements, voire de le faire exprès.

Maintenant que les forces occidentales se préparent elles aussi à reconquérir du territoire aux mains de l’ÉI, elles savent que cela occasionnera des ‘dommages collatéraux’. Car toute guerre cause des pertes civiles.

Pour s’en excuser d’avance, la propagande occidentale accuse maintenant l’ÉI d’amener de force des milliers de personnes à Mossoul afin qu’ils servent de boucliers humains. Comme si l’ÉI ne pouvait pas faire pareil quand il s’agissait des Russes.

En réalité, la ville de Mossoul comptait environ 1,5 million de personnes avant sa capture aux mains de l’ÉI. Elle en compte encore des centaines de milliers. Conséquemment, l’ÉI trouve déjà sur place tous les ‘boucliers humains’ dont il pourrait avoir besoin.

Références :
Bataille pour Mossoul : deux semaines de combats cartographiés jour par jour
Des milliers de civils enlevés par l’EI pour servir de boucliers humains à Mossoul
En difficulté en Irak, l’EI perd ses revenus pétroliers
L’Apocalypse selon l’ÉI en Irak

La guerre au Moyen-Orient : écrans de fumée et propagande au 31 octobre 2016
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Géopolitique | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Résumé de géopolitique mondiale (2e partie et fin)

16 juillet 2016

Introduction

Précédemment, nous avons vu la première stratégie militaire utilisée par l’Occident en vue d’une guerre éventuelle contre la Russie. C’est l’encerclement; il consiste retourner contre elle ses anciennes républiques soviétiques.

Dans ce volet-ci, nous verrons le deuxième moyen utilisé : c’est l’isolement, c’est-à-dire la privation d’alliés parmi les producteurs de pétrole.

Toujours dans la perspective d’un conflit armé avec la Russie, l’Occident veut lui rendre plus difficile l’accès à des hydrocarbures hors de son territoire.

Au Maghreb, au Proche et au Moyen-Orient, la Russie comptait quatre pays alliés — la Libye, la Syrie, l’Irak et l’Iran — tous, à des degrés divers, producteurs de pétrole.

Le premier à tomber fut l’Irak.

L’Irak

Déclenchée officiellement en mars 2003, la guerre en Irak avait pour but de libérer le pétrole irakien de l’embargo international dont il était l’objet, d’inonder les marchés mondiaux afin d’en faire baisser le prix, et ce au profit des économies énergivores comme l’économie américaine.

L’invasion et l’occupation militaire de l’Irak avaient également pour but de priver la Russie d’un de ses alliés.

Cette guerre éclair débute le 20 mars 2003 et se termine le 1er mai suivant. Recherché, Saddam Hussein est arrêté en décembre 2003 et exécuté trois ans plus tard.

Et de un.

La Libye

Après la Tunisie en décembre 2010 et l’Égypte le mois suivant, le Printemps arabe gagne la Libye (le pays entre les deux) en février 2011.

Mais au lieu d’abandonner le pouvoir comme ses homologues de Tunisie et d’Égypte, le dictateur libyen s’accroche et écrase brutalement les révoltes.

Afin d’aider les insurgés, les chasseurs-bombardiers de l’OTAN entrent en action le 19 mars 2011. Ils détruisent les défenses aériennes du pays, des chars d’assaut et des véhicules blindés, de même que des dépôts de munition.

Dans les régions sous le contrôle des rebelles, la France parachute des lance-roquettes, des fusils d’assaut, des mitrailleuses et missiles antichars Milan.

Le dictateur libyen meurt le 20 octobre 2011. Les opérations de l’OTAN cessent dix jours plus tard. Depuis, le pays est livré au chaos et à l’anarchie.

Et de deux.

La Syrie

Après l’échec du Printemps arabe, la guerre en Syrie s’est transformée en guerre par procuration où des mercenaires étrangers — équipés et financées par l’Arabie saoudite, la Turquie et le Qatar — combattent le régime de Bachar el-Assad en vue de le remplacer par un régime islamiste.

Au début, les pays occidentaux se réjouissaient à l’idée de se débarrasser d’un troisième allié russe en si peu de temps.

Mais dès juillet 2012, les services de renseignements informaient les dirigeants américains des véritables enjeux, refroidissant d’autant leurs ardeurs à renverser le dictateur syrien.

Pendant cinq ans, les 10 600 frappes américaines bombarderont l’État islamique de manière à limiter son expansion territoriale sans toutefois chercher à l’anéantir, et ce de manière à faire perdurer l’insécurité qui amène les pays voisins à multiplier les achats d’armements en Occident.

Mais l’intervention russe à la fin de 2015 marque un tournant dans cette guerre. Pour Poutine, il devenait important de stopper la politique d’isolement de la Russie et de démonter — sur le tard il est vrai — que son pays n’abandonne pas ses amis.

D’autre part, aveuglée par son désir de renverser Bachar el-Assad, la Turquie a longtemps été un lieu de transit et un refuge pour les djihadistes qui voulaient combattre en Syrie. Mais à coucher avec des guêpes, on finit toujours par se faire piquer. À la suite de plusieurs attentats terroristes, Erdoğan a soudainement réalisé le risque sécuritaire que ces barbares comportaient pour son propre pays.

S’il est impossible de prévoir le sort de Bachar el-Assad lui-même, il semble bien son régime brutal sortira victorieux de cette guerre, ce qui maintiendra l’alignement du pays avec la Russie.

Pour l’instant, c’est une victoire militaire occidentale mitigée dans la mesure où la Russie — si elle conserve toutes ses bases militaires en Syrie — n’a toutefois pas accès aux champs pétroliers du pays, sous contrôle de l’État islamique.

Et de deux et demi.

L’Iran

Depuis la fin de l’embargo décrété par l’ONU contre l’Iran (en raison de son programme nucléaire), l’Arabie saoudite est furieuse.

Elle veut le déclenchement d’une guerre ‘préventive’ contre ce pays, c’est-à-dire l’attaquer avant qu’il n’ait eu le temps de se remettre des sanctions internationales.

Mais le président Obama a ordonné à l’Arabie saoudite de s’entendre avec ses voisins (ce qui vise spécifiquement l’Iran).

Ce message a été très mal reçu par la dictature saoudienne.

Conséquemment, l’Arabie saoudite a multiplié les rumeurs d’achats d’équipement militaire français, histoire de dire aux Américains : « Voyez l’argent que vous pourriez perdre si vous ne cédez pas à notre volonté.»

Entretemps, la dictature saoudienne ronge son frein dans l’attente du choix du prochain président américain.

En cas de guerre avec l’Iran, il est certain que la Russie sera derrière ce pays. Si les États-Unis se laissent entrainés dans un conflit déclenché en dépit de leur interdiction formelle, concrètement cela veut dire que l’armée américaine se battra contre l’armée russe au Moyen-Orient. En d’autres mots, c’est le déclenchement de la Troisième Guerre mondiale.

D’autre part, l’Iran étant plus peuplé que la Libye, la Syrie et l’Irak réunis, l’Europe acceptera-t-elle d’être entrainée malgré elle dans un conflit qui créera des millions de réfugiés supplémentaires qui frapperont à ses portes ?

Si ce n’est le souhait d’aucun pays occidental, peut-être serait-il sage de cesser de vendre des armes aux pays qui s’y préparent, notamment l’Arabie saoudite, championne mondiale de l’achat d’armements.

Conclusion

La stratégie occidentale qui consiste à priver la Russie de ses alliés se solde par une réussite partielle; c’est l’effondrement de l’État libyen et l’émergence d’un nouvel État irakien.

Le réveil tardif de la Russie sonne toutefois le glas de la poursuite de cet stratégie d’isolement.

L’affaiblissement stratégique de la Russie s’accompagne de l’affaiblissement politique de l’Union européenne, profondément divisée au sujet de l’attitude à adopter face à la plus importante crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Une crise qui résulte directement de la stratégie militaire occidentale au Moyen-Orient.

Références :
Comment la géopolitique du pétrole explique la crise en Irak
Contestation en Arabie saoudite en 2011
Declassified Department of Defense Report (2012-07-30)
Économie de l’Irak
Guerre d’Irak
Intervention militaire de 2011 en Libye
L’Arabie saoudite, championne du monde des achats d’armements
L’éclipse russe de la Syrie
Le Rafale a-t-il réellement une chance en Arabie Saoudite ?
Libye: La France fournit des armes aux insurgés
Printemps arabe
Rafale : le contrat avec le Qatar pour la vente de 24 chasseurs est effectif
Relations entre l’Iran et la Russie
Soulèvement bahreïni
The Obama Doctrine

Résumé de géopolitique mondiale (2e partie et fin)
5 (100%) 1 vote

6 commentaires

| Géopolitique | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Résumé de géopolitique mondiale (1re partie)

14 juillet 2016

Introduction

Le rôle des dirigeants militaires d’un pays est de se préparer au pire. Or le pire, c’est la guerre.

Comparée à celle d’un pays ennemi, la dangerosité de groupements terroristes est insignifiante. Les attentats du 11 septembre 2001 ont fait près de trois-mille victimes : une guerre en ferait des millions.

De tous les pays hostiles à l’Occident, la Russie est de loin celui qui dispose du plus grand arsenal militaire.

Contre elle, l’Occident a utilisé deux stratégies complémentaires;
• aux frontières de la Russie, retourner les anciennes républiques soviétiques contre elle et,
• dans le cas de ses alliés militaires plus distants, susciter des insurrections qui y renverseraient les régimes en place.

L’encerclement européen

Presque toutes les anciennes républiques soviétiques d’Europe sont maintenant membres de l’OTAN.

C’est le cas des pays baltes (Estonie, Lettonie, et Lituanie), de la Pologne, de la République tchèque, de la Slovaquie, de la Hongrie, de la Slovénie, de la Roumanie, de la Bulgarie et de l’Albanie.

Depuis un demi-siècle, ces pays vivaient dans la crainte d’une invasion soviétique. Elles se sont donc empressées de se mettre sous la protection de l’OTAN dès que cela fut possible.

Cet encerclement n’est pas passé inaperçu.

Les autorités russes prétendent que le président russe Mikhaïl Gorbatchev n’avait consenti à la réunification de l’Allemagne qu’après avoir obtenu l’assurance que l’OTAN ne chercherait pas à s’étendre vers l’Est.

Du côté occidental, cette prétention est démentie; jamais une telle garantie n’a été donnée à la Russie.

La question de savoir qui dit vrai est purement académique. Il est clair que la Russie ne peut pas accepter d’être encerclée de pays voisins qui pointent leurs canons contre elle.

De manière analogue, le président américain John-F. Kennedy ne pouvait pas accepter que l’Union soviétique déploie ses missiles à Cuba. Le blocus militaire américain, lors de la crise des missiles, était donc compréhensible.

Mais les anciennes républiques soviétiques ne sont pas des iles.

En profitant de la faiblesse de la Russie, après l’effondrement du bloc soviétique, pour militariser contre elle ses anciennes républiques satellites, l’OTAN est aujourd’hui en position de force, au prix d’un accroissement de la tension diplomatique entre la Russie et l’Occident.

Plus que jamais, la Russie est déterminée à stopper cet encerclement. Et de toutes les anciennes républiques soviétiques qui n’ont pas encore adhéré à l’OTAN, la plus importante est l’Ukraine.

Le conflit ukrainien

La Russie n’a pas de moyens d’empêcher un pays voisin de rejoindre l’OTAN autrement qu’en cherchant à déstabiliser son économie et en cherchant à faire en sorte qu’il soit dirigé par un gouvernement qui lui soit fidèle.

Voilà pourquoi l’Ukraine est aujourd’hui au bord de la guerre civile.

Les Ukrainiens ‘de souche’ nourrissent un fort ressentiment à l’égard de la Russie.

La collectivisation des terres agricoles prévue par le premier plan quinquennal soviétique (en 1928, sous Staline) a provoqué un exode rural massif, une perte de productivité et conséquemment, des famines en 1931-1933 qui se sont soldées par six à huit-millions de morts, dont plus de 2,6 millions en Ukraine.

En Ukraine, on désigne ces famines sous le nom d’Holodomor, c’est-à-dire d’extermination par la faim.

De plus, les purges staliniennes de 1937-1939 ont fait également des millions de morts parmi les nationalistes ukrainiens, exécutés ou envoyés vers des camps de travail soviétiques.

Par ailleurs, depuis la création du Bloc soviétique, des millions de Russes se sont établis en Ukraine et sont aujourd’hui des citoyens de ce pays. Ceux-ci nourrissent un fort sentiment d’appartenance à leur mère patrie.

Finalement, l’économie ukrainienne est très intégrée à celle de la Russie.

Les importations en provenance de la Russie et des ex républiques soviétiques d’Asie — membres de la Communauté des États indépendants (CÉI)  — représentent environ les quatre dixièmes des importations ukrainiennes. Il s’agit notamment du gaz naturel russe, dont dépend l’économie ukrainienne pour fonctionner.

Les exportations ukrainiennes se répartissent presque également entre la CÉI, l’Europe occidentale, l’Asie (particulièrement la Chine), et le reste du monde.

Donc en dépit du ressentiment d’une partie de son peuple, l’Ukraine est condamnée pour l’instant à demeurer dans le giron russe, que cela lui plaise ou non.

Ce qui n’empêche pas les pays occidentaux de faire miroiter des promesses qu’ils ne peuvent tenir, afin de déstabiliser la Russie.

Références :
Famines soviétiques de 1931-1933
Ukraine
Ukraine, les masques de la révolution

Résumé de géopolitique mondiale (1re partie)
5 (100%) 1 vote

Laissez un commentaire »

| Géopolitique | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le Brexit ou la Grande-Bretagne en mutation

7 juillet 2016

Depuis la décision britannique de quitter l’Union européenne, les Anglais sont en colère.

Au-delà des grenouillages politiques et de leurs rebondissements, la campagne référendaire s’est déroulée exactement comme nous aurions pu l’anticiper, nous du Québec, familiers avec cet exercice démocratique.

D’une part, il y avait cette frustration de nombreux Britanniques de voir leur pays lentement dépossédé de ses pouvoirs au profit de technocrates non élus à Bruxelles. La frustration de voir l’enrichissement découlant du marché commun profiter à une finance mondialisée — représentée par The City, le quartier des affaires de Londres — tandis que concrètement, les ouvriers anglais doivent subir toujours plus d’austérité gouvernementale réclamée par ces nouveaux riches. Et enfin cette peur, partagée par le reste de l’Europe, que des hordes de barbares venus de l’Étranger augmentent les risques sécuritaires et apportent avec eux leur mentalité arriérée et notamment, leur misogynie.

D’autre part, il y avait une multitude de données économiques et d’opinions d’experts qui prouvaient à quel point l’Union européenne avait été profitable à l’économie du Royaume-Uni. Des statistiques selon lesquelles la production de biens et de services exportés vers le continent européen représente des millions d’emplois pour les travailleurs britanniques. Et cette appréhension qu’une sortie de l’Union européenne puisse provoquer une fuite des capitaux, une dévaluation de la monnaie nationale et un important ralentissement économique.

À la veille du vote, tout semblait se diriger vers un résultat où la frustration émotive des uns s’exprimerait avec force, tout en laissant les arguments comptables et rationnels l’emporter.

Mais ce n’est pas ce qui s’est produit.

Lors de la journée grise et pluvieuse du scrutin, les longues files d’attente ont motivé de nombreux jeunes à rester à la maison, présumant de l’issue du vote.

Le taux de participation des moins de 34 ans — généralement favorables au maintien dans l’Union — a été la moitié moindre que celui des gens âgés, majoritairement hostiles à l’Europe. Plus précisément, environ 64% des jeunes de 18 à 24 ans n’ont pas voté alors que le taux de participation générale au scrutin fut, à l’inverse, de 72%.

Dans une population aussi partagée à ce sujet, ce seul facteur explique la victoire-surprise du Brexit.

Au lendemain du vote, les milliers de jeunes protestaient dans les rues de Londres, réclamant un second scrutin. Comme pour dire : « Nous avons compris l’importance de voter. Laissez-nous une deuxième chance.» Mais c’est trop tard. Il faillait le faire quand c’était le temps.

De manière générale, les jeunes Britanniques sont europhiles. Ils sont heureux de soumettre leur candidature à des bourses d’études dans les universités du continent (en dépit de l’excellence des universités anglaises), de passer la fin de semaine à Amsterdam ou un congé scolaire à Paris, à Berlin ou à Barcelone, ou de passer des vacances au soleil sur la côte méditerranéenne, de même que de souhaiter une carrière qui les mènerait aux quatre coins du monde.

Pour eux, le Brexit, c’est un repli sur des iles au climat maussade et la renonciation à un avenir plein de promesses.

Conséquemment, on ne peut imaginer la colère exprimée par les jeunes sur les médias sociaux contre les vieux, les pauvres et les chômeurs, bref contre tous ces êtres jugés bornés qui vivent sur l’assistance publique. Une assistance publique financée par les impôts payés par les jeunes professionnels et, dès leur accession au marché du travail, par ces étudiants europhiles dont les espoirs viennent d’être brisés.

Or ce repli insulaire, c’est celui de vieillards qui, lorsqu’ils étaient encore jeunes, se sont tenus debout contre l’Allemagne nazie alors que tout le reste de l’Europe pliait sous les bottes victorieuses des envahisseurs. C’est une population qui a subi des privations inouïes pour défendre une liberté dont profitent aujourd’hui les bourgeois bohèmes de la jeunesse dorée britannique.

Le mépris des jeunes fut accueilli par les vieux comme l’expression scandaleuse de leur ingratitude.

En réalité, les ‘coupables’ sont ailleurs.

La géographie forme les peuples. Depuis toujours, sur les iles britanniques, la menace vient du large.

C’est la furie des tempêtes qui fait sombrer les bateaux des pêcheurs. Au Moyen-Âge, ce sont les Vikings qui ont régulièrement pillé les ports anglais. Ce sont les armées normandes de Guillaume le Conquérant qui ont finalement pris possession de l’Angleterre, une conquête contre laquelle le folklore national a cultivé un ressentiment séculaire. C’est la Grande Armada espagnole dont l’élan n’a été brisé que par une tempête miraculeuse. Et ce sont les avions nazis qui ont déversé leurs bombes incendiaires sur les villes anglaises.

La méfiance à l’égard du continent européen fait partie de la culture anglaise.

Mais les peuples changent. L’animosité entre Français et Allemands, à la suite des deux guerres mondiales, s’est lentement estompée. Pendant des décennies, leurs dirigeants politiques ont multiplié les gestes d’ouverture et de réconciliation. Pas en Angleterre.

Dans ce pays, une classe politique opportuniste a cultivé le ressentiment à l’égard de l’Europe parce que payant politiquement. Pendant toute sa carrière, David Cameron a déblatéré contre l’Europe tout en se disant europhile quand même.

Afin de faire taire ses députés eurosceptiques, le premier ministre a promis un référendum au sujet de l’appartenance à l’Europe. Et pour augmenter ses chances de l’emporter, il s’est lancé dans une renégociation des conditions de l’adhésion du Royaume-Uni. Et pendant les deux années que dura cette renégociation, il se devait d’afficher un euroscepticisme qui lui donnait un meilleur pouvoir de marchandage.

Pendant ce temps, les promoteurs du Brexit ont presque eu le champ libre. Les seules voix puissantes contre le Brexit furent celles issues du milieu des affaires.

Mais la cupidité de la City, accaparant la très grande majorité des bénéfices économiques de l’appartenance à l’Europe, a sapé son capital de sympathie auprès d’une partie de l’électorat.

Il y a deux ans, dix universités et instituts de recherche britanniques ont effectué une étude au Royaume-Uni révélant que depuis trente ans, le pourcentage de foyers pauvres avait plus que doublé, atteignant le tiers d’entre eux.

En 2012, une personne sur cinq se retrouvait sous le seuil de la pauvreté. Dix-huit-millions de Britanniques — près de trente pour cent de la population — ne pouvaient plus s’offrir des conditions de logement décentes et 1,5 million d’enfants vivaient dans des foyers ne disposant pas des moyens nécessaires pour chauffer leur logement.

Bref, pour une partie importante de l’opinion publique anglaise, les données relatives à la croissance du PIB du pays ne sont de bonnes nouvelles que pour les bénéficiaires d’un certain ordre social. Et le vote en faveur du Brexit était une occasion unique pour ces exclus de punir la haute finance pour son avidité et son instance à toujours appauvrir davantage la classe ouvrière au nom de l’efficacité et de la compétitivité.

De plus, David Cameron s’était assuré que ce référendum soit implicitement un plébiscite sur sa renégociation personnelle des conditions d’adhésion à l’Union européenne, un plébiscite dont il aurait été le seul, en cas de victoire, à jouir des bénéfices politiques. Il ne faut donc pas s’étonner de la tiédeur de l’appui qu’il ait reçu du chef de l’opposition.

Il y a un siècle, l’immense majorité des Anglais (à part les forces armées) n’avaient jamais mis les pieds hors du pays et même de leur région. Aujourd’hui, de nouvelles générations de Britanniques ont vécu des expériences agréables au contact de peuples voisins que leurs parents n’ont jamais véritablement connus. Conséquemment, le sentiment d’appartenance à l’Europe s’est développé.

Ce sentiment ne s’est pas exprimé correctement lors du scrutin pour les raisons qu’on sait. Toutefois, cela ne change en rien l’importance de la mutation des mentalités qui s’est opérée dans ce pays depuis quelques décennies.

Face à ce changement, la position prudente de la chancelière allemande — motivée par le fait que le Royaume-Uni est le deuxième partenaire commercial du pays (après la France) — m’apparait justifié.

David Cameron est un fin politicien. Il a bien des défauts mais il connait son peuple. Il sait que le Brexit provoquera dans l’immédiat le dégonflement d’une bulle spéculative immobilière et conséquemment, une succession de mauvaises nouvelles qui pourraient être sans importance macroéconomique. De plus, il y aura une délocalisation continentale de certaines activités économiques. Mais l’économie anglaise s’en remettra.

Il lui faut donc étirer le temps, limiter la panique des marchés financiers, et compter sur l’érosion du camp du Brexit, sous l’effet de la manipulation des marchés financiers.

Il sait qu’après l’électrochoc du Brexit et les mois de mauvaises nouvelles économiques, les Britanniques seront plus convaincus que jamais de l’importance de l’Union européenne et conséquemment, plus disposés à pardonner aux politiciens qui renieraient leur promesse de donner suite aux résultats du référendum, une chose impensable maintenant mais qui pourrait l’être beaucoup moins dans plusieurs mois.

Imaginez que la personne qui lui succèdera à la tête de son parti, au lieu d’enclencher le processus du retrait de l’Union européenne, décide plutôt de provoquer une ‘élection référendaire’ dont le leitmotiv sera « je vous promets de ne pas donner suite au référendum si vous m’élisez

Qu’est-ce qui sera plus conforme à la Démocratie ? Réaliser l’ancien choix populaire ou le plus récent ?

Références :
Brexit: dur lendemain de veille pour les sondeurs
Brexit mondialisation
How remain failed: the inside story of a doomed campaign
Crise terminale?
Référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne
«Remain or leave»: la pluie pourrait faire basculer le Brexit (vidéo)

Parus depuis :
UK joins Greece at bottom of wage growth league (2016-07-27)
Socially isolated voters more likely to favour Brexit, finds thinktank (2016-12-17)
Poorer voters’ worries on immigration fuelled Brexit vote, study finds (2016-12-19)

Le Brexit ou la Grande-Bretagne en mutation
5 (100%) 1 vote

Laissez un commentaire »

| Géopolitique | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :