La Nuit blanche 2017

6 mars 2017

 

Cliquez pour démarrer

 
C’est samedi dernier qu’avait lieu la Nuit blanche dans le cadre du festival Montréal en lumière.

Ce festival d’hiver — le plus important au monde — combine gastronomie, théâtre, cirque, danse, et art contemporain.

La nouveauté de sa 18e édition, c’était l’ajout d’un circuit de 3,6km (appelé Illuminart) le long duquel se répartissaient 25 installations lumineuses réalisées par des créateurs d’ici et d’ailleurs.

Si le volet gastronomique mettait en vedette la ville de Lyon, le festival célébrait également le cinquantième anniversaire de l’exposition universelle qui s’est tenue à Montréal en 1967.

Le diaporama ci-dessus présente quelques photos prises au cours de la Nuit blanche. Il comprend trois volets : l’esplanade du stade olympique, le site du festival, et le long du circuit d’Illuminart.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 25 mm F/1,2 et M.Zuiko 75 mm F/1,8.

La Nuit blanche 2017
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Culture, Festivals, Montréal en lumière | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les soirées Off-Igloo

19 février 2017

Igloofest est un festival extérieur de musique électronique, qui se tient l’hiver depuis 2007 à Montréal.

Cette année, celui-ci avait lieu au Vieux-Port du 12 au 19 février 2017.

En raison du 375e anniversaire de Montréal, les organisateurs lui ont greffé cette année des activités gratuites à l’issue du festival proprement dit.

Cela comprenait, le jour, les Jeux Nordik (le lancer du sapin, les courses à obstacles, etc.) et le soir, les Soirées Off-Igloo dont la dernière se tenait hier.

Au premier plan, le Village Nordik

Devant le site, on pouvait visiter Le Village Nordik. Il s’agissait d’un circuit participatif créé par sept firmes montréalaises de design présentant chacune leur vision d’une habitation hivernale temporaire.

Entrée du festival

L’accès au site était protégé par des fouilles corporelles, les premières dignes de ce nom dans un festival montréalais.

Aperçu de la foule
Atmosphère conviviale du festival

Si la température clémente d’hier soir (+3°C) m’a convaincu d’y faire un tour, pour les autres festivaliers, cela n’a peu d’importance. Même à des températures de -30°C, le festival peut attirer jusqu’à 60 000 personnes.

Ponsolo b2b Ledisko à l’œuvre

Hier soir, les DJ en vedette étaient Hatchmatik, Le Matos, puis Ponsolo b2b Ledisko.

Cliquez pour un aperçu de la musique

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 25mm F/1,2
1re photo : 1/60 sec. — F/1,2 — ISO 500 — 25 mm
2e  photo : 1/80 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/1,2 — ISO 400 — 25 mm
4e  photo : 1/60 sec. — F/1,2 — ISO 1000 — 25 mm
5e  photo : 1/100 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm

Les soirées Off-Igloo
Votre évaluation :

3 commentaires

| Culture, Festivals, Igloofest | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Festival Juste pour rire 2016

31 juillet 2016

Depuis mon reportage de 2012, je n’étais pas retourné au festival Juste pour rire. J’y suis allé il y a une semaine, pour la première fois depuis quatre ans.

Sauf quant à prévention d’un attentat par camion-bélier (comme ce fut le cas à Nice), le site était encore moins sécuritaire qu’en 2012.

Par ailleurs, ce festival présentait une programmation extérieure gratuite (du 16 au 30 juillet) et une programmation payante en salle qui se termine ce soir.


 
À l’angle des rues Clark et Sainte-Catherine, le terrain vacant avait été transformé en une aire de restauration. À cela s’ajoutaient des guichets alimentaires le long de la rue Sainte-Catherine jusqu’à la place des Arts.


 
Le boulevard de Maisonneuve était dédié aux jeux de société. Ceux-ci connurent une immense popularité.


 
Le jour, plusieurs manèges occupaient la place des Festivals.


 
Certains soirs, sur la scène Vidéotron, on présentait des spectacles gratuits d’humour. De plus, le long de la place des Festivals, on présenta notamment le spectacle Firebirds ! Expérience immersive (ci-dessus) de la troupe allemande Titanik.


 
Le 24 juillet dernier, en direction du métro pour rentrer chez moi, je croise Mme Essraa Daoui. Cette inconnue m’offre un billet gratuit pour un gala, ce soir-là à la salle Wilfrid-Pelletier.

J’hésite. Mais il faut faire vite; le spectacle débute dans quelques instants. J’accepte donc. Effectivement, nous avons juste le temps de prendre place — dans la première rangée, à gauche — que déjà le spectacle commence.

Sous le thème d’un affrontement politique entre la Gauche et la Droite, Guy Nantel (à l’extrême droite de la photo) et Guillaume Wagner (derrière lui, représentant la Gauche) nous feront passer une excellente soirée.

Ils seront aidés de huit autres humoristes, soit successivement Stéphane Fallu, Adid Alkhalidey, Didier Lambert, Eddy King, Richardson Zéphir, Laurent Paquin, Jean-François Mercier et Julien Tremblay.

À l’issue de la représentation, pour remercier Mme Daoui, je l’invite à prendre un café au restaurant Van Houtte situé près de la sortie de la salle.

Née au Québec, Mme Daoui est de descendance iranienne. Probablement au début de la trentaine, celle-ci est une femme sure d’elle-même, spontanée, voire extravertie.

Nous passons un bon moment (une heure peut-être) à parler notamment de politique, un sujet de discussion inusité entre deux personnes qui se rencontrent pour la première fois. Nous nous quittons à la fermeture du restaurant.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (photos 9 à 13) et M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (les autres photos)
  1re photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 7 mm
  2e  photo : 1/2000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 14 mm
  3e  photo : 1/500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 13 mm
  4e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 14 mm
  5e  photo : 1/2000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 14 mm
  6e  photo : 1/500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 14 mm
  7e  photo : 1/2000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 14 mm
  8e  photo : 1/1000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
  9e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 500 — 15 mm
10e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1250 — 14 mm
11e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 30 mm
12e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 320 — 40 mm
13e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 500 — 40 mm
14e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 400 — 10 mm

Festival Juste pour rire 2016
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Culture, Festivals, Juste pour rire | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La Nuit blanche du festival Montréal en lumière

28 février 2016
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Depuis le 18 février et jusqu’au 5 mars 2016 se tient la 17e édition du festival Montréal en lumière. Il s’agit du plus important festival d’hiver de la métropole.

L’évènement le plus populaire est sa Nuit blanche.

Hier soir, jusqu’à trois heures du matin, les principaux musées de la ville étaient ouverts gratuitement. Plus de 200 activités — concerts, danse, expositions, jeux — se déroulaient dans divers endroits reliés par des circuits que reliaient gratuitement des autobus. Bref, une joie festive s’est emparée de la ville.

Sur la photo ci-dessus, on peut voir en bas à droite une glissade en traineau. À gauche, des comptoirs alimentaires. En haut, à droite, la plus petite des deux scènes extérieures (l’autre est sur la Place des Festivals). Et en haut à droite, la Grande roue dite de Chine puisque cette année, la ville chinoise de Shenzhen est à l’honneur.

À peine visible sur la photo, un festivalier survole la foule à vive allure en tyrolienne.

Dôme Hello Kongzi

Dans ce pavillon, les visiteurs sont invités à créer un spectacle d’ombres chinoises.

Le Monde Hello Kongzi

Sur des marches menant à la Place des Festivals, des dizaines de Kongzi (mascottes de la ville de Shenzhen) forment une installation.

Braséro

À plusieurs endroits sur le site du festival, des visiteurs font griller de la guimauve ou des saucisses enrobées de pâte frite au-dessus de braséros. D’autres festivaliers s’y réchauffent les mains.

Tire d’érable

Une fois durcie sur de la neige, on fait adhérer la tire sur un bâtonnet qu’on fait pivoter sur lui-même pour l’enrouler de cette friandise.

Surf hivernal
Sculpture sur glace
Totem de glace

Quelques divertissements.

Espace dédié au dessein

J’ai profité de la soirée pour jeter un coup d’œil dans différents musées. Le premier fut le musée d’Art contemporain (MAC). Au rez-de-chaussée, des crayons de cire et des pinceaux sont à la disposition des enfants.

Installation vidéo de Ragnar Kjartansson

À l’étage, plusieurs salles sont consacrées à une exposition temporaire de l’artiste islandais Ragnar Kjartansson.

L’œil et l’esprit

L’artiste québécoise Geneviève Cadieux a choisi quelques pièces de la collection permanente du musée pour en créer un aperçu.

Acquisitions récentes du MAC
File d’attente au musée Redpath

Le musée Redpath est un musée d’histoire naturelle inconnu de la grande majorité des Montréalais. J’ai voulu m’y rendre hier soir non seulement parce qu’il était gratuit mais surtout parce j’étais curieux de voir ce qu’avaient l’air ses squelettes sous un éclairage nocturne.

J’ai renoncé à cette idée devant la soudaine popularité du musée devant lequel une file d’attente s’étirait sur 0,2 km.

Je me suis donc dirigé vers le musée McCord, situé tout près.

Buée à l’entrée du musée McCord

À demeurer trop longtemps au froid, qu’arrive-t-il au matériel photographique dès qu’on pénètre dans un lieu chaud et humide ? Il se couvre de buée.

Pour les professionnels, la photo ci-dessus est ratée. Moi j’aime bien.

Chemise brodée nêhithawak ou métisse (1875-1900)

Au rez-de-chaussée, le musée présente l’exposition Porter son identité — La collection Premiers peuples., créée à partir d’items de sa collection permanente.

En plus, le musée présente plusieurs expositions temporaires qui se déroulent concurremment.

Montréal dans l’œil de Vittorio

Vittorio Fiorucci est un des trois plus importants graphistes de l’histoire du Québec. Le musée lui consacre présentement une rétrospective majeure.

Le Cirque de monsieur Lapin

Le Cirque de monsieur Lapin est une exposition temporaire de jouets.

Montréal – Points de vue

À partir de sa collection permanente, le musée présente Montréal – Points de vue. On y présente des objets tirés du quotidien des Montréalais depuis la fondation de la ville.

Ici naquit Montréal

Dernier lieu visité, le musée d’archéologie et d’histoire de Montréal dont la collection permanente était accessible gratuitement lors de cette Nuit blanche.

Voilà donc quelques-unes des activités qui étaient au programme de cette Nuit blanche. Une partie d’entre elles se poursuivent encore jusqu’à la fin de Montréal en lumière, le 5 mars 2016.

Pour terminer, voici une courte vidéo qui done une idée de l’atmosphère qui régnait au cours de la Nuit blanche.
 

Cliquez pour démarrer

 

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, hypergone M.Zuiko 8 mm F/1,8 (9e, 10e, 11e et 12e photos), objectifs PanLeica 25 mm F/1,4 (2e, 4e, 5e, 8e et 15e photos), M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (1re, 16e, 17e, 18e et 19e photos) et M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (les autres photos)
 1re photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 14 mm
 2e  photo : 1/60 sec. — F/1,4 — ISO 500 — 25 mm
 3e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 16 mm
 4e  photo : 1/80 sec. — F/1,4 — ISO 2000 — 25 mm
 5e  photo : 1/100 sec. — F/1,4 — ISO 200 — 25 mm
 6e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 13 mm
 7e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 19 mm
 8e  photo : 1/60 sec. — F/1,4 — ISO 320 — 25 mm
 9e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 8 mm
10e photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 2500 — 8 mm
11e photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 8 mm
12e photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 8 mm
13e photo : 1/40 sec. — F/2,8 — ISO 6400 — 12 mm
14e photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 5000 — 16 mm
15e photo : 1/80 sec. — F/1,4 — ISO 1250 — 25 mm
16e photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 5000 — 7 mm
17e photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 3200 — 12 mm
18e photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 4000 — 7 mm
19e photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 7 mm

La Nuit blanche du festival Montréal en lumière
Votre évaluation :

Un commentaire

| Culture, Festivals, Montréal en lumière | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les Zhuangs en vedette à La Magie des lanternes

17 septembre 2015

Tous les jours jusqu’au 1er novembre 2015, le Jardin botanique de Montréal présente l’événement annuel Jardins de lumière. Ici, le pluriel à Jardins s’explique par le fait qu’il se déroule simultanément au Jardin japonais et au Jardin de Chine.

Au Jardin japonais, il s’agit d’un éclairage paysager qui met en valeur la beauté des lieux.

Au Jardin de Chine, l’événement porte un nom particulier, soit La Magie des lanternes, qui en est à sa 23e édition.

Le thème de cette année, c’est Les Zhuangs. Il s’agit d’un peuple de 17 millions de personnes.

Ils représentent 1,3% de la population chinoise, soit la plus importante minorité ethnique du pays (derrière les Hans qui forment 91,5% de la population).

Ils habitent le sud du pays, dans les provinces de Yunnan, Guangdong et Guizhou. Ils sont renommés, entre autres, pour leur pêche nocturne au cormoran.

Comme c’est le cas depuis des années, les pièces lumineuses ont été conçues à Montréal mais exécutées en Shanghai. Seul le système d’éclairage breveté — totalement à l’épreuve de l’eau et le plus sécuritaire au monde — est fabriqué au Québec.

Voici donc quelques photos que j’en ai rapportées.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, hypergone M.Zuiko 8 mm F/1,8 (les 1re et 2e photos), objectifs Voigtländer 17,5 mm F/0,95 (la 3e photo), M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (la 5e photo), PanLeica 42,5 mm F/1,2 (les 9e, 10e et 11e photos), PanLeica 25 mm F/1,4 (la 12e photo), et M.Zuiko 75 mm (les autres photos)
  1re photo : 1/80 sec. — F/1,8 — ISO 1250 — 8 mm
  2e photo  : 1/60 sec. — F/1,8 — ISO 320 — 8 mm
  3e photo  : 1/160 sec. — F/? — ISO 200 — 17,5 mm
  4e photo  : 1/160 sec. — F/1,8 — ISO 800 — 75 mm
  5e photo  : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 19 mm
  6e photo  : 1/160 sec. — F/1,8 — ISO 320 — 75 mm
  7e photo  : 1/160 sec. — F/1,8 — ISO 250 — 75 mm
  8e photo  : 1/160 sec. — F/1,8 — ISO 320 — 75 mm
  9e photo  : 1/100 sec. — F/1,2 — ISO 250 — 42,5 mm
10e photo  : 1/100 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 42,5 mm
11e photo  : 1/100 sec. — F/1,8 — ISO 500 — 42,5 mm
12e photo  : 1/80 sec. — F/1,4 — ISO 320 — 25 mm

Les Zhuangs en vedette à La Magie des lanternes
Votre évaluation :

3 commentaires

| Culture, Festivals | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Montréal en lumière 2015

2 mars 2015
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Du 19 février au 1er mars 2015 se tenait la seizième édition du festival Montréal en lumière.

Samedi soir dernier, j’ai été y faire un tour. Voici ce que j’en ai rapporté.

Détails techniques des photos : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif Voigtländer 17,5mm F/0,95
1re photo : 1/125 sec. — F/1,8 — ISO 1600 — 17,5 mm
2e  photo : 1/100 sec. — F/1,8 — ISO 1250 — 17,5 mm
3e  photo : 1/125 sec. — F/1,8 — ISO 320 — 17,5 mm
4e  photo : 1/125 sec. — F/1,8 — ISO 500 — 17,5 mm
5e  photo : 1/125 sec. — F/1,8 — ISO 500 — 17,5 mm
6e  photo : 1/125 sec. — F/1,8 — ISO 5000 — 17,5 mm

Montréal en lumière 2015
Votre évaluation :

Un commentaire

| Culture, Festivals, Montréal en lumière | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Festival Art Souterrain 2014

17 mars 2014
Installation « Comme si le temps… de la rue » (1992) de Pierre Granche
Installation « Vois comme c’est beau » de Simon Bilodeau
« Ce qui nous voile » d’Andréanne Pâquet
Installation « Nature légère » (1999-2002) de Claude Cormier
Installation « Chant de monnaie, chant de Monnet » de Sonia Khenfech et Denis Labelle
« Les nouveaux venus » de Baptiste Grison
Entrée du 1000 de la Gauchetière
Aperçu de la galerie marchande de la Place Ville-Marie
Installation « Les piliers de l’aurore » d’Ariane Lavoie et Élizabeth Brouillard

Le festival Art Souterrain vise à promouvoir et diffuser l’art contemporain au sein du réseau souterrain du métro de Montréal.

Son édition 2014 se déroulait du 1er au 16 mars. Il comprenait des photographies, des vidéos, des installations, des œuvres sonores, et des performances, en plus de la mise en valeur d’œuvres qui font partie de manière permanente du paysage urbain de la ville.

Voici les photos rapportées le long du circuit de ce festival.

Détails techniques des photos : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
1re photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 17 mm
2e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 500 — 22 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1250 — 17 mm
4e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 640 — 21 mm
5e  photo : 1/100 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 40 mm
6e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1250 — 21 mm
7e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
8e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 320 — 20 mm
9e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 500 — 15 mm

Festival Art Souterrain 2014
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Art Souterrain 2014, Culture, Festivals | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Montréal en lumière 2014

3 mars 2014

Montréal en lumière est le plus important festival annuel d’hiver à Montréal. Depuis sa naissance en l’an 2000, il se déroulait principalement dans le Vieux-Port et dans le Vieux-Montréal.

Pour son quinzième anniversaire, on a déplacé la majorité de ses activités extérieures au Quartier des festivals.

Samedi soir dernier, en sortant de la représentation de l’opéra chinois La tragédie du Prince Zidan, j’en ai profité pour aller sur le site du festival (adjacent à la Place des Arts).

Tout le quartier était noir de monde, principalement de jeunes adultes.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

À gauche, on peut voir la grande roue Air France. Au centre, c’est l’iglou Provigo — à l’intérieur duquel la 2e photo a été prise — et à droite, la longue glissade urbaine (en vedette au début de la vidéo ci-dessous).

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Voici Nucléus, un grand cube à partir duquel des faisceaux laser étaient projetés sur trois panneaux transparents disposés tout autour.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Sur cette photo, on peut voir la foule réunie sur la Place des Festivals (transformée en piste de danse d’une immense discothèque à ciel ouvert).

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Ici on a un exemple de jeu aménagé pour amuser les enfants.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Prise à la sortie de la station de métro Saint-Laurent, cette photo donne un aperçu de l’exposition La fonte des Tropiques du photographe Matthieu Rytz. Cette installation recourt à des structures de glace comme cadre de diffusion photographique.

La courte vidéo ci-dessous — malheureusement muette — donne une idée de l’ambiance qui régnait à ce festival.
 

Cliquez pour démarrer

 
Détails techniques des photos : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
1re photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 13 mm
2e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 400 — 32 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 4000 — 17 mm
4e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 28 mm
5e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 29 mm
6e  photo : 1/500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 19 mm

Montréal en lumière 2014
Votre évaluation :

4 commentaires

| Culture, Festivals, Montréal en lumière | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les chaises suspendues

29 mai 2012


 
Dans le cadre du Festival TransAmérique, une dizaine de personnes âgées participent à l’installation X-fois gens chaises d’Angie Hiesl.

En voici trois à l’œuvre, samedi dernier, dans le Quartier Latin…

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12mm
1re photo : 1/320 sec. — F/4,5 — ISO 200 — 12 mm
2e photo  : 1/500 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 12 mm
3e photo  : 1/640 sec. — F/6,3 — ISO 200 — 12 mm

Les chaises suspendues
Votre évaluation :

3 commentaires

| Culture, Festivals | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :