Voyage à Porto : jour 13

Depuis des années, j’apporte toujours en voyage deux appareils photo : un pour la photographie en couleurs et l’autre pour la photographie infrarouge.

Et dès que je me propose de découvrir un parc, j’apporte l’appareil infrarouge.

Les quartiers que j’ai visités jusqu’ici à Porto sont très peu végétalisés.

J’ai bien traversé de nombreuses places. Mais une place n’est pas un parc.

Beaucoup d’espaces représentés en vert sous Google Maps ne sont pas réellement non plus des parcs. C’est ainsi que tous les cimetières de Porto y sont représentés comme des espaces verts. Nombreux sont les gens qui hésiteraient à y piqueniquer.

Et les rares vrais parcs que j’ai vus ne m’ont pas inspiré.

Mais il y a des exceptions.

Au Parque da Cidade de Matosinhos
Au Parque da Cidade de Matosinhos

La municipalité de Matosinhos n’est pas seulement une station balnéaire. Elle possède également un parc de 0,83 km² qui est le plus grand parc urbain du Portugal.

Il suffit de traverser une rue pour passer de la plage au parc.

Au Jardim do Palácio de Cristal de Porto

Par ailleurs, l’ancien Palais de cristal de Porto (devenu librairie de livres à prix réduit) est entouré d’un parc qui, sans donner directement sur le Douro, est situé sur un promontoire qui offre une vue magnifique sur le fleuve.

Et c’est dans ce parc plaisant que l’appareil infrarouge que j’utilise depuis 2013 a rendu l’âme en ce 13e jour de ce voyage…

Détails techniques : Panasonic GH1 transformé en appareil infrarouge de 720nm, objectif Lumix 12-42mm II
1re photo : 1/320 sec. — F/6,3 — ISO 100 — 21 mm
2e  photo : 1/400 sec. — F/5,6 — ISO 100 — 21 mm
3e  photo : 1/200 sec. — F/6,3 — ISO 100 — 19 mm


Pour lire tous les comptes-rendus du voyage à Porto, veuillez cliquer sur ceci.

Voyage à Porto : jour 13
5 (100%) 1 vote

10 commentaires à Voyage à Porto : jour 13

  1. sandy39 dit :

    DROLE D’UNIVERS…

    Vous nous offrirez, donc, que 3 photos… pour 3 appareils grillés, cette année… Parmi celles-ci, je préfère la 3e où deux personnes sont assises sur un banc, loin du Temps, loin du Monde !

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Dans l’ombre, la statue semble s’approcher pour couronner ces deux vieillards des lauriers de la gloire, après une vie bien remplie…

  2. sandy39 dit :

    C’est vrai : nous pouvons le voir de cette façon-là aussi. Et si, au fond, nous avions besoin de quelqu’un qui veillerait sur Nous, jusqu’à la fin de nos jours… parce que de tout temps, ce qui reste fondamental, c’est que nous avons toujours besoin d’un plus grand que Soi..

    Enfin, elle me laisse songeuse, cette statue !

  3. sandy39 dit :

    Votre réponse m’inquiète !

    OBSESSION ?… SUR UN CAS ?…

    J.Pierre, je sens votre phrase remplie de sous-entendu. Alors, aurais-je tort de penser que ces points de suspension accompagnés d’un clin d’œil, attendent une réponse de ma part ?

    Comment ça c’est bon signe… tout ce qui nous hante ?… Attendriez-vous que je vous écrive le scénario d’une pièce de théâtre… même si, depuis 2011, je tiens toujours le même discours, quoiqu’il arrive… même si, je continue à en faire cas… jusqu’au bout de ma Vie ! Parce que les Femmes… elles sont redoutables !

    Et, face à tous ces cas, devant cette photo, je commence à comprendre le sens de votre phrase : « C’est bon signe…» car, finalement, sur ce qui nous hante (sur ce qui nous dépasse ?), nous finissons toujours (ce n’est pas le cas de tout le monde) par donner le meilleur de nous-même… Donc ne serait-ce pas un moyen de l’atteindre… le BONHEUR ?

    … SUR UN SEUL ETRE OU SUR UNE PHOTO ?

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Le mystère

      Je suis désolé si ma réponse vous a inquiété.

      Permettez-moi donc de préciser ma pensée.

      Comme le sont la majorité des biens de consommation, beaucoup de produits culturels sont ‘jetables’; dès qu’on n’y est plus exposé, on les oublie.

      Au contraire, certains films, notamment, frappent notre imagination et nous collent à l’esprit. Pendant les jours qui suivent la projection, on s’interrogera sur la finale, sur le sens ou le ‘message’ du film.

      En musique, le même phénomène s’applique aux vers d’oreille.

      La photo dont nous parlons est, au premier degré, une simple image représentant deux vieillards assis dans un parc.

      Mais ceux-ci sont décentrés à gauche. Pourquoi ?

      L’équilibre de la composition de l’image repose sur la présence à droite de cette statue, liée aux vieillards par la diagonale du bord du gazon. De plus, la surface pâle du gazon et celle plus foncée du gravier indiquent que cette statue et ces vieillards appartiennent à deux mondes différents.

      Pourquoi avoir composé cette image ainsi ? Pourquoi avoir donné à cette statue autant d’importance ?

      En réalité, cette statue et ces vieillards n’ont de rapport qu’en vertu de leur présence commune au même endroit et au fait qu’ils possèdent une forme humaine (debout pour la statue et assise pour les vieillards).

      Explication

      Dans toute photo, le meilleur indice de la volonté du photographe, c’est la composition de l’image. Or ici, la composition de cette image vise à créer artificiellement un rapport entre deux choses complètement indépendantes.

      C’est que je voulais détourner cette sculpture de son caractère purement décoratif et l’impliquer dans une mise en scène où elle deviendrait une allégorie de la Gloire — comme à l’époque baroque — décorant non pas un roi ou un chef militaire, mais deux humbles vieillards, récompensés pour une existence consacrée à perpétuer la vie et à accomplir le bien autour d’eux.

      Conclusion

      Je ne prétends pas que cette photo soit digne d’un prix d’excellence. Mais la discussion que nous avons à son sujet prouve l’importance de la culture; celle-ci nous incite à nous élever au-dessus de notre quotidien et à nous interroger sur le sens des choses. Dans ce cas-ci, comme vous le faites sandy39, sur le sens du bonheur.

  4. sandy39 dit :

    SUR UN ART…

    C’est donc la statue qui nous mène aux vieillards grâce à la diagonale. Cette statue fait et donne toute l’importance à la photo.

    J’avais bien compris qu’il y avait une mise en scène entre Humains et Statue. Je voyais les femmes et les hommes réunis autour d’un scénario… où quelque chose de plus léger, de plus pur, de plus noble planerait sur l’existence humaine… sur quelque chose qui nous guiderait et nous conduirait tous vers la même chose : la statue muette et pourtant si présente.

    Votre réponse m’a interrogée pendant 15 jours… tout comme votre photo m’a élevée au-delà de mon quotidien… tout comme l’ensemble de votre Blogue, sur le SENS (attention à votre faute, J.Pierre) des choses comme sur celui du Bonheur.

    Merci de vos explications.

    … UN BONHEUR SE PARTAGE !

  5. sandy39 dit :

    Je n’aurais pas dû vous dire ça comme ça : « inquiétée », je dirais plutôt que votre photo m’a inspirée. Et, je me demande si —après une belle discussion—, vous allez la présenter à un concours de photos… parce que si ma mémoire est bonne, vous n’aviez pas gagné un prix sur une photo de La Havane ?

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Oui, en effet, un premier et un deuxième prix.

      Mais si la revue électronique qui organisait de tels concours respectait respectueusement les droits d’auteurs, les photos qui y étaient publiées étaient piratées contre son gré.

      Après avoir découvert qu’un site russe offrait en vente des affiches murales qui étaient des agrandissements de mes meilleures photos de papillons, j’ai cessé de participer à de tels concours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :