Données linguistiques de Montréal selon le recensement de 2016


Mise en garde : Le texte qui suit est devenu caduc depuis que Statistique Canada a constaté une erreur survenue dans la saisie des données de son recensement de 2016.

Pour les données corrigées, datées du 17 aout 2016, voir le texte L’invraisemblance des nouvelles données de Statistique Canada.

C’est le 2 aout dernier que Statistique Canada dévoilait les données linguistiques de son recensement de 2016.

Selon les données du recensement précédent — celui de 2011 — la proportion des Francophones sur l’ile de Montréal et dans l’ensemble de la région métropolitaine a décliné d’environ un pour cent de 2006 à 2011.

Qu’en est-il depuis ?

Qu’est-ce qu’un Francophone ?

La langue maternelle

Traditionnellement, Statistique Canada définit un Francophone comme un citoyen dont la langue maternelle est le français.

La majorité des citoyens canadiens sont adultes. Dans leur cas, leur langue maternelle reflète une appartenance linguistique ancienne.

Par exemple, une personne née voilà longtemps de parents francophones, mais qui, de nos jours, lit principalement des textes en anglais, voit des films en version anglaise, écoute de la musique anglaise et surtout, parle exclusivement anglais à la maison, n’est plus un Francophone.

La première langue officielle apprise

Le Canada possède deux langues officielles : l’anglais et le français.

Pour les répondants de descendance québécoise, la première langue officielle apprise, c’est la langue maternelle.

Chez les néoQuébécois, les données au sujet de la première langue officielle apprise ne tiennent pas compte des transferts linguistiques. C’est ainsi que les personnes qui, par exemple, ont appris un français boiteux dans leurs cours de francisation mais qui ont finalement choisi de s’assimiler à l’anglais seront considérés comme des Francophones si on devait se baser sur ce critère.

La principale langue officielle utilisée à la maison

Parmi toutes les questions du recensement, celle qui permet le mieux d’apprécier l’appartenance linguistique actuelle du répondant, c’est celle qui concerne la langue utilisée dans le contexte intime de la famille.

Et c’est parce que les données obtenues sont les seules significatives, elles sont les seules analysées ici.

Résultats montréalais du recensement de 2016

Le sort du français au Québec se joue dans la région montréalaise.

Il y a plusieurs raisons à cela. La principale est que cette région est la porte d’entrée de l’immigration québécoise.

Le Québec accueille annuellement environ 50 000 néoQuébécois. Cela fait un demi-million de personnes par décennie. Et ce, sans compter les enfants auxquels ils donnent naissance dans les années qui suivent leur installation chez nous. Pour un peuple de huit-millions de citoyens, cet apport est considérable.

La deuxième raison est le fait qu’à Montréal, la présence d’institutions anglaises facilite les transferts linguistiques vers l’anglais.

Qu’en est-il à ce sujet ?


Données linguistiques de 2011 et de 2016 pour l’ile de Montréal
(Note : LNO signifie Langue non officielle)

Langue parlée à la maison Nombre en 2011 % en 2011 Nombre en 2016 % en 2016
         
Français 936 870 50,3 % 944 630 49,3 %
Français + LNO 59 940 3,2 % 77 410 4,0 %
Anglais 435 675 23,4 % 445 575 23,3 %
Anglais + LNO 31 595 1,7 % 38 280 2,0 %
Français et anglais 27 670 1,5 % 34 140 1,8 %
Français + anglais + LNO 18 410 1,0 % 24 810 1,3 %
Langue non officielle 352 040 18,9 % 349 920 18,3 %
Total 1 862 200 100,0 % 1 914 765 100,0 %

Données linguistiques de 2011 et en 2016 pour la région métropolitaine
(Note : LNO signifie Langue non officielle)

Langue parlée à la maison Nombre en 2011 % en 2011 Nombre en 2016 % en 2016
         
Français 2 502 410 66,1 % 2 646 275 65,3 %
Français + LNO 87 330 2,3 % 118 970 2,9 %
Anglais 606 910 16,0 % 643 425 15,9 %
Anglais + LNO 41 050 1,1 % 50 930 1,3 %
Français et anglais 48 610 1,3 % 60 735 1,5 %
Français + anglais + LNO 27 120 0,7 % 38 490 0,9 %
Langue non officielle 472 485 12,5 % 494 535 12,2 %
Total 3 785 915 100,0 % 4 053 360 100,0 %


 
Analyse comparative

Afin de lutter contre le déclin démographique du peuple francoQuébécois, le Québec a choisi de privilégier l’accueil de travailleurs qualifiés en provenance de pays francophones et notamment en provenance du Maghreb. Ce qu’on oublie, c’est que la langue maternelle des citoyens de ces pays est majoritairement le berbère ou l’arabe.

Conséquemment, une des conséquences inéluctables de l’immigration au Québec est de diminuer la proportion des citoyens dont la langue maternelle n’est pas une des langues officielles du pays.

On devra s’y faire. D’autant plus que cela n’est pas important.

Ce qui importe, c’est l’appartenance au peuple francoQuébécois, reflétée par l’usage du français à domicile.

On obtient les données à ce sujet en combinant la proportion des Québécois dont la seule langue utilisée à la maison est le français avec la proportion de ceux qui ont entrepris un transfert linguistique vers le français et qui parlent à la maison deux langues dont une seule officielle, soit le français. Ce sont les deux premiers groupes dans les tableaux ci-dessus.

Sur l’ile de Montréal, de 2006 à 2011, la proportion de ceux-ci a décliné de 54,5% à 53,5%, soit un déclin d’un pour cent. Mais de 2011 à 2016, ce déclin s’est presque arrêté, passant de 53,5% à 53,3%, soit une différence de 0,2%.

De la même manière, dans l’ensemble de la région métropolitaine, cette proportion a décliné de 69,2% à 68,4% de 2006 à 2011. Toutefois, ce déclin a presque complètement été stoppé depuis, passant de 68,4% à 68,2% de 2011 à 2016.

Que s’est-il passé au cours de la dernière décennie ?

Sous le gouvernement Charest, le Québec a considérablement réduit les sommes consacrées à la francisation des immigrants. Il a toutefois augmenté celles destinées aux cours de francisation aux entreprises. Or il ne s’agit ici que de grandes entreprises puisqu’il était hors de question d’instituer des cours pour une petite entreprise dont le personnel compte seulement un ou deux néoQuébécois.

Le résultat a été immédiat, soit une chute des transferts linguistiques vers le français.

Sous le gouvernement Couillard, on a récemment rétabli en partie le budget des cours de francisation. Par contre, dans la région métropolitaine, on a créé des cours d’anglais dans le but d’augmenter l’employabilité des néoQuébécois qui ne connaissent pas suffisamment cette langue.

À Montréal et sa périphérie, le résultat de ces mesures opposées a été neutre.

Afin d’accroitre la francisation des immigrants sans affecter le trésor public, on a favorisé l’installation des immigrants ‘en province’, comptant sur le pouvoir assimilateur naturel de milieux presque totalement francophones.

Cette stratégie ‘passive’ a donné d’excellents résultats parmi la progéniture des immigrants installés en province puisque leurs enfants sont devenus francophones dans une proportion très élevée.

Chez leurs parents — qui représentent entre la moitié et le tiers des membres de ces familles — les résultats sont mitigés.

Des indices — notamment au sein de certaines communautés asiatiques dans la région de Québec — laissent penser qu’on s’est soumis à des cours de francisation pour la forme, avec l’intention réelle de s’assimiler à l’anglais et pour ce faire, de déménager en Ontario à la première occasion.

Voilà peut-être pourquoi on assiste à un déclin de la proportion de Francophones à l’extérieur de la région métropolitaine, déclin auquel il ne faut pas attacher plus d’importance qu’il n’en faut puisqu’il ne compromet pas la survie du français là où il a été constaté.

Précisons qu’il ne s’agit-là que d’une hypothèse. Toutefois, si elle est exacte, on devrait peaufiner nos politiques d’immigration afin d’éviter une immigration de transit qui représente un gaspillage de ressources.

Les correctifs

En dépit de l’analyse comparative ci-dessus, très centrée sur l’immigration, la place du français au Québec dépend de l’ensemble des mesures comprises dans une politique linguistique.

Il est illusoire de penser que le français peut se maintenir au Québec sans des mesures protectionnistes. Rappelons-nous que l’anglais est devenu la langue dominante au Canada grâce à une politique génocidaire à l’égard des premiers habitants de ce pays (les peuples autochtones) et une politique migratoire agressive dans l’ensemble du Canada.

Dans le cas du Québec, si la proportion des Francophones s’est presque maintenue de 2011 à 2016, elle décline depuis des décennies, y compris au cours des dix dernières années.

Ce déclin d’environ 1,2% en dix ans tire son importance de l’effet cumulatif de déclins antérieurs.

C’est nous, collectivement, qui décidons de notre avenir. Jusqu’où sommes-nous prêts à descendre ?

À mon avis, nous devons rétablir la place qu’occupait le français au Québec.

Pour ce faire, notre politique linguistique doit faire en sorte que les Québécois se sentent tout naturellement chez eux au Québec.

On doit pouvoir travailler en français. Cela implique que le supérieur hiérarchique anglophone doit s’adresser aux Francophones dans leur langue et non l’inverse. Comment a-t-on réagi au Canada anglais lorsqu’une minière a voulu imposer la connaissance du mandarin comme critère d’embauche sous le prétexte que les dirigeants de la compagnie étaient chinois ?

Quels que soient les avantages du bilinguisme (auxquels je souscris), il est inacceptable qu’on disqualifie à certains postes les candidats Francophones unilingues alors que la connaissance de l’anglais n’est pas nécessaire. Leur droit au travail doit être respecté. Ce qui signifie qu’on ne doit pas accepter comme définitif le biais interprétatif créé dans une cause récente à Gatineau.

Pour terminer au sujet de la langue au travail, il faut étendre l’obligation d’obtenir un certificat de francisation aux entreprises de 25 à 49 employés. Cette obligation existe déjà pour les entreprises de cinquante employés et plus.

En plus du droit au travail, on doit consacrer le droit d’être servi en français partout sur le territoire québécois. De la même manière, il est inacceptable qu’un tribunal ait rendu récemment un jugement en anglais au Québec dans une cause plaidée exclusivement en français et où l’accusé était unilingue français.

Dans le cas précis de notre politique migratoire, nous devons imiter la Grande-Bretagne. Dans ce pays, la connaissance préalable de la langue nationale par le requérant et son conjoint est un prérequis à l’acceptation d’une demande d’immigration.

Bref, après quinze de laisser-faire libéral, le français n’occupe pas la place qu’il devrait avoir chez nous à titre de langue nationale. Voilà pourquoi un certain nombre de correctifs s’imposent. Correctifs dont la nécessité nous est rappelée par les résultats du dernier recensement.

Conclusion

La grande différence entre les données des recensements de 2011 et de 2016, c’est que dans le premier cas, on pouvait y voir des signes encourageants ou non selon la définition du mot ‘Francophone’.

Avec celui de 2016, tous les voyants lumineux clignotent au rouge.

En analysant chacun de ces deux recensements, nous avons fait ici le choix de nous en tenir à la langue réellement parlée de nos jours par le répondant.

Ce point de vue possède l’avantage de suivre précisément un phénomène de fond, inéluctable depuis longtemps, et d’en tirer une conclusion qui ne surprendra personne; l’importance démographique du français décline inexorablement depuis des années au Québec et la protection de notre langue doit y être renforcée.

Références :
Controversy over Chinese miners in B.C. prompts review
Données linguistiques de Montréal selon le recensement de 2011
Être condamné dans une langue qu’on ne comprend pas
Immigrants’ spouses ‘must speak English before entering UK’
Le droit de travailler en français au Québec menacé
Le français, non merci
Le PQ et la francisation des immigrants
Données du recensement de 2016 : Montréal
Données du recensement de 2016 : région métropolitaine

Données linguistiques de Montréal selon le recensement de 2016
Votre évaluation :

2 commentaires à Données linguistiques de Montréal selon le recensement de 2016

  1. sandy39 dit :

    UNE LANGUE POUR UNE VIE…

    Si le français occupe moins de place, aujourd’hui, je trouve dommage qu’une personne née voilà longtemps de parents francophones, mais qui, de nos jours, lit principalement des textes en anglais… n’est plus un francophone. Parce qu’il parle anglais à la maison !

    Est-ce voulu, les textes en anglais et les films en version anglaise ?

    Alors, pour être francophone, il faut parler uniquement français à la maison. Mais la diffusion des journaux et les films à la télévision sont-ils davantage en anglais, vu que l’on crée des cours d’anglais dans certaines entreprises ?

    Est-elle vraiment voulu cette perte du français ?… En attendant, Moi, je garde le mien, enfin, la mienne de langue !

    … OU UNE VIE ENTRE DEUX LANGUES ?

    • Jean-Pierre Martel dit :

      La plupart des Québécois demeurent fidèles à la langue dans laquelle ils ont été élevés.

      Mais dans un petit nombre de cas — à la suite d’une mariage avec une personne dont la langue maternelle est différente, par exemple — ces personnes opèrent une substitution linguistique. En d’autres mots, ils s’assimilent à un autre groupe linguistique.

      Au Québec, la majorité des substitutions linguistiques se font au profit de l’anglais.

      Dès lors, ils consomment des produits culturels en anglais, lisent des journaux en anglais et finissent de penser comme la minorité anglophone du Québec.

      De plus, Montréal est la porte d’entrée de la grande majorité des immigrants au Québec. Il s’agit d’une agglomération de quatre-millions de citoyens, bi-cultuelle et extrêmement dynamique, où de nombreux néoQuébécois (environ 60%) choisissent de s’assimiler à l’anglais puisque cette langue offre de meilleures chances de réussite pour leur progéniture en Amérique du Nord que le français.

      Cela tendance est bien naturelle. Or justement à cause de cela, les francoQuébecois doivent ériger un ensemble mesures protectionnistes destinées à assurer sa survivance de leur culture, à défaut de quoi notre peuple disparaitra inexorablement.

      Notre problème est que nous vivons dans un pays, le Canada, où une majorité anglophone, assurée de sa propre survie, juge offensant le combat contre notre anglicisation.

      Pour cette majorité anglophone (y compris au Québec), l’anglais est la langue du futur, la langue du progrès. S’opposer à elle, c’est un repli identitaire. En somme, c’est comme adopter une position fœtale, sucer son pouce et refuser d’évoluer.

      Les données du dernier recensement canadien démontrent que la métropole canadienne s’anglicise de manière dangereuse.

      La question fondamentale pour nous est de savoir s’il est possible d’assurer la pérennité de notre culture en demeurant dans le Canada ou si nous devons accéder à l’indépendance.

      Comme dirait Shakespeare, To be or not to be independent, that’s the question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :