Pétales et sépales ou tépales

Fleurs aux pétales et sépales distinctifs

À l’origine, un bourgeon n’est qu’un petit amas de cellules végétales indifférenciées.

Durant sa maturation, il donne habituellement naissance à deux enveloppes emboitées. L’une et l’autre sont destinées à protéger ses organes reproducteurs.

Hélianthe ‘Sunfinity’
Bourrache officinale

L’enveloppe florale externe s’appelle le calice : il est formé des sépales, ici verts. En plus de leur rôle protecteur, il arrive donc que les sépales aient une fonction chlorophyllienne.

L’enveloppe interne porte le nom de corole : ce sont les pétales (jaunes dans le premier exemple, bleus et roses dans le second).

Fréquemment, les pétales poursuivent leur croissance après l’éclosion au point de devenir les éléments les plus visibles et les plus distinctifs de la fleur.

Dans de nombreux cas, les pétales émettent un rayonnement infrarouge plus intense vers le centre de la fleur et dont le rôle est de guider les insectes butineurs vers les organes reproducteurs de la plante.

Iris de Virginie ‘Lilac Dream’

Contrairement aux plantes précédentes, les sépales retombants dominent ici la physionomie de cet iris à crête alors que ses petits pétales se dressent comme des pointes de flèche.

Fleurs aux pétales et sépales identiques

L’angle de la prise de vue nous permet de distinguer ci-dessous les trois sépales externes des trois pétales internes de ce lis. Autrement, rien ne les distingue.

Lorsque pétales et sépales sont identiques, on leur donne le nom de tépales.

Lis asiatique ‘Honey Creme’
Tulipe hybride de Darwin ‘World’s Favourite’

Dans le cas des tulipes, sépales et pétales se touchent. C’est seulement leur agencement qui permet de les distinguer.

Pour ne pas avoir à le faire, il est plus commode d’utiliser tépales pour les désigner en commun.

Pour terminer, précisons que sépale, pétale et tépale sont de genre masculin.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs Lumix Leica 42,5 mm F/1,2 + filtre Hoya à densité neutre ND8 (5e photo) et M.Zuiko 40-150 mm F/2,8 + multiplicateur de focale M.Zuiko MC-14 (les autres photos)
1re photo : 1/1250 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 155 mm
2e  photo : 1/200 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 56 mm
3e  photo : 1/800 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 100 mm
4e  photo : 1/1600 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 210 mm
5e  photo : 1/800 sec. — F/3,2 — ISO 200 — 42,5 mm

Pétales et sépales ou tépales
Votre évaluation :

2 commentaires à Pétales et sépales ou tépales

  1. sandy39 dit :

    UNE FLEUR A OFFRIR…

    J’ai immédiatement pensé que le texte était pour Moi avant d’avoir pu lire votre commentaire sur “la Tulipe Canada 150”, peut-être dû à un petit incident de votre côté…

    Je croyais avoir trouvé la faute d’orthographe… Finalement, j’ai bien fait de ne pas avoir consulté mon dictionnaire avant de vous le dire !

    Sinon, si je ne maîtrise pas tout le langage des fleurs, j’apprécie tout autant lorsqu’un homme m’offre tout son langage…

    Même si je me retrouve complètement séduite, l’Iris a l’air moqueur tandis que la Tulipe m’attire davantage avec son Rouge, sa Majesté ! Parce que Sépales et Pétales se touchent !

    … OU UN LANGAGE ?

    Petit détail : si je tenais tellement à une faute d’orthographe, aux “plantes précédantes”, j’écrirais “précédentes”…

    • Jean-Pierre Martel dit :

      ‘Tépale’ fait partie du langage technique de botanique. Ce n’est pas honteux de ne pas le connaitre.

      Votre remarque m’a donné l’occasion de définir ce mot. Merci donc pour votre intervention.

      Pour terminer, merci également d’avoir signalé la faute à ‘précédantes’. C’est corrigé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :