Les FrancoFolies de Montréal — le 11 juin 2017

Paul Kunigis

À mon arrivée sur le site vers 18h30, le spectacle de Paul Kunigis avait été déplacé de la scène Bell à l’esplanade de la Place des Arts en raison de problèmes techniques.

M. Kunigis et ses musiciens déclinent des sonorités et des rythmes entrainants glanés notamment en Europe de l’Est et au Proche Orient.

Galant, Tu perds ton temps

À 19h, sur la scène de la Zone Coors Light, le quintette féminin Galant, Tu perds ton temps présentait son répertoire de chant à capella.

À 20h, les FrancoFolies proposaient un spectacle-surprise sur la scène Ford et celui de Maritza sur la scène SiriusXM.

Julien Doré

Cet invité surprise s’avéra être le chouchou des dames Julien Doré, très en forme, maniant le charme et l’autodérision.

Maritza

Je me suis esquivé vers la fin du spectacle de Julien Doré pour entrevoir Maritza sur la scène SiriusXM.

D’après le peu que j’ai entendu, j’ai été agréablement surpris de l’assurance et de la maturité que cette artiste a acquise depuis l’an dernier.

Sarahmé

À 21h, à quelques pas de là débutait le spectacle hip-hop, pop et électro de Sarahmé sur la scène Urbaine.

Hommage à Richard Desjardins

Pendant ce temps, le grand spectacle de la soirée était un hommage au compositeur Richard Desjardins rendu par une longue liste de vedettes québécoises.

Mat Vezio

Alors que l’hommage à Desjardins n’est pas terminé, je décide de rentrer à la maison. Sur mon chemin, je croise Mat Vezio sur la scène SiriusXM.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 40-150mm F/2,8 + multiplicateur de focale M.Zuiko MC-14
1re photo : 1/320 sec. — F/4,0 — ISO 800 — 210 mm
2e  photo : 1/125 sec. — F/4,0 — ISO 2500 — 56 mm
3e  photo : 1/250 sec. — F/4,0 — ISO 640 — 115 mm
4e  photo : 1/125 sec. — F/4,0 — ISO 6400 — 130 mm
5e  photo : 1/200 sec. — F/4,0 — ISO 6400 — 210 mm
6e  photo : 1/250 sec. — F/4,0 — ISO 2000 — 120 mm
7e  photo : 1/125 sec. — F/4,0 — ISO 4000 — 56 mm

Les FrancoFolies de Montréal — le 11 juin 2017
Votre évaluation :

3 commentaires à Les FrancoFolies de Montréal — le 11 juin 2017

  1. sandy39 dit :

    AUX DOUCES SOIREES…

    J’ai eu un pressentiment, ce Printemps, en écoutant la nouvelle de Julien DORE “Coco Câline”, à la radio, tout en me disant : “Je te parie qu’il sera aux Francofolies de Montréal”. Ben, oui, bien présent…

    Alors, celle-là — la photo — m’a rendue heureuse. Mais, comment suis-je, donc, faite, pour ressentir ce genre de choses ?

    J.Pierre : vous dites toujours : “le Chouchou des Dames”. Nous avons toutes nos Chouchous, nos Protégés, nos Préférés… Ceux qui nous collent à la peau… Enfin, nous avons toutes nos Amours qui nous émeuvent… jusqu’au bord des larmes…

    Il faut dire qu’il est mignon ce Julien où si c’est l’Individu qui fait la photo qui le rendrait beau ?

    Les filles vêtues de Noir ne sont pas mal non plus, de la plus petite, menue, à la plus grande, plus ronde.

    Même si je perds mon temps, cette année, à donner des détails ou impressions ; c’est promis, cette année, je suis avec un peu plus d’assiduité que l’an passé…

    Et, pour terminer, je choisis le décor de la scène pour l’hommage à Richard Desjardins qui, au fond, me fait penser, avec son Bleu, à de l’étoffe que l’on déroulerait tout autour du Globe… pour réchauffer le Monde ou nos Cœurs ? Allez, donc, savoir…

    Quelle Idée !

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Cette année, Julien Doré ne figurait officiellement au programme des FrancoFolies qu’à une seule occasion; un spectacle payant en salle.

      Cet autre spectacle, celui-là gratuit, était donc un cadeau-surprise offert aux festivaliers.

      À Montréal, Julien Doré a donné une performance très physique. En plus d’un pantalon noir très ajusté, ce chanteur portait une chemine ouverte sur une camisole blanche — on dit ‘maillot de corps’ chez vous — qui montait qu’il n’avait pas un kilo de poids corporel superflu.

      Tout comme l’an dernier, à une occasion, il a quitté la scène pour se promener dans la foule, au grand plaisir de l’assistance.

      S’il m’arrive quelques fois de ‘parismatcher’ une vedette en lui blanchissant les dents et la conjonctive des yeux (comme le font les couvertures de Paris Match), je n’ai pas eu à le faire dans son cas; mes photos le montrent donc tel qu’il est.

      Sur la cinquantaine de photos que j’ai prises de lui, j’en ai conservé deux dont les couleurs de l’arrière-fond le mettent en valeur.

      Pour terminer, puisque la photo déjà publiée vous a rendue heureuse, voici cette autre photo (alors qu’il invite ici la foule à chanter) en espérant qu’elle vous plaira également.

      Cliquez sur l’image pour l’agrandir
  2. sandy39 dit :

    POUR UN JULIEN…

    Si “maillot de corps” s’employait plus du temps de nos Parents, si “camisole” s’emploie toujours chez Vous, tout en me faisant penser à des romans d’Amour du XIXe siècle ; chez Nous, aujourd’hui, on parle de “marcel”, même si, à la Maison, on parle plus de “débardeur”.

    Mais, bon sang, mais Moi, ça me fait rire toutes ces expressions !

    Je peux vous dire, aussi, que “Little Marcel” est une marque de fringues, assez chère qui tient la route après de nombreux lavages. Ce sont aussi toute une panoplie en maroquinerie.

    Je sais bien que Julien est mince, toujours dans ses pantalons noirs, moulants. En plus, j’avais lu quelque part qu’il est végétarien et il fume ! Alors, comme ça, il n’est pas près de prendre un gramme !

    Enfin, il me paraît bien heureux quand il chante… alors Merci de m’avoir fait rire tout en le mettant en valeur !

    … TEL QU’IL EST !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :