Le Porte-queue lowi

Introduction

D’une envergure de dix à douze centimètres, le Porte-queue lowi (dont le nom scientifique est Papilio lowi) est originaire des forêts des Philippines, de Bornéo, et d’Indonésie.

Il doit son nom au naturaliste Hugh Low, gouverneur britannique de Malaisie.

Les adultes de ce papillon boivent du nectar de diverses plantes tandis que leurs chenilles se nourrissent essentiellement de feuilles d’agrumes.

À l’évènement Papillons en liberté du Jardin botanique de Montréal, le Porte-queue lowi est un de ceux qu’on rencontre le plus fréquemment.

Indéniable, son abondance est toutefois moindre qu’on le pense en raison de sa similitude avec un autre papillon très populaire, soit le Grand mormon.

Description comparative du mâle

La face dorsale des ailes

Face dorsale du papillon mâle

D’un bleu très foncé, le mâle est décoré d’une pluie d’écailles pâles qui devient plus dense en se dirigeant vers le bord inférieur des ailes.

Les ailes postérieures — lorsqu’elles sont intactes — se terminent toujours par une queue, absente chez le Grand mormon.

Toutefois, il s’agit-là de l’attribut le plus fragile du mâle. Lorsque le bord des ailes est ébréché et qu’on n’a pas accès à la face ventrale de ces deux papillons, la seule manière de les distinguer est que le Porte-queue lowi est beaucoup plus bleuté que son collègue.

Cela est évident au gros soleil ou lorsque ces papillons sont à proximité l’un de l’autre.

La face ventrale des ailes

Le Porte-queue lowi passe une bonne partie de la journée immobile, les ailes déployées. C’est donc à dire qu’on ne peut lui voir la face ventrale des ailes qu’aux moments où il butine.

Papillon mâle, de bais

La décoration des ailes de ce papillon est d’un grand raffinement.

À l’exclusion des épaules orange brûlé, la face ventrale des ailes antérieures est identique à leur face dorsale.

Papillon mâle, de côté

Noires, les ailes postérieures sont décorées de deux rangées d’ocelles ton sur ton révélés par un ample pourtour d’écailles gris pâle.

À l’opposé, le long du bord des ailes postérieures du Grand mormon mâle se trouve un ruban rouge décoré d’ocelles noirs.

Description comparative de la femelle

La face dorsale des ailes

Face dorsale du papillon femelle

Très différente du mâle, la femelle du Porte-queue lowi s’apparente à celle du Grand mormon; leurs ailes antérieures sont identiques. Ce sont leurs ailes postérieures qui permettent de les distinguer.

Beige pâle et noir chez la femelle du Grand mormon, les ailes postérieures du Porte-queue lowi sont beaucoup plus complexes.

Leur partie supérieure est noire (alors qu’elle est beige chez sa consœur).

Entre leurs nervures, le bas des ailes postérieures dessine des ogives beiges — plus ou moins foncées selon les variétés polymorphiques — délicatement mouchetés d’écailles claires et décorés de deux rangées d’ocelles noirs de tailles différentes.

La face ventrale des ailes

Face ventrale du papillon femelle

Sur leur face ventrale, les ailes antérieures miment leur face dorsale.

Papillon femelle en majesté

Les ailes postérieures ressemblent à celles du mâle avec la différence qu’un peu du beige qui coloriait la face dorsale se retrouve souvent sur la face ventrale de la femelle (comme ci-dessus).

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 60 mm F/2,8 (6e photo) et M.Zuiko 40-150 mm F/2,8 + multiplicateur de focale MC-14 (les autres photos)
1re photo : 1/250 sec. — F/4,0 — ISO 2000 — 210 mm
2e  photo : 1/320 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 150 mm
3e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 2500 — 150 mm
4e  photo : 1/320 sec. — F/4,0 — ISO 640 — 150 mm
5e  photo : 1/250 sec. — F/4,0 — ISO 800 — 190 mm
6e  photo : 1/125 sec. — F/8,0 — ISO 800 — 60 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés aux papillons, veuillez cliquer sur ceci

Le Porte-queue lowi
Votre évaluation :

2 commentaires à Le Porte-queue lowi

  1. sandy39 dit :

    Sur la première photo, j’ai pensé immédiatement aux agrumes… sur le fond orangé et sur un Vert beaucoup plus prononcé.

    Devant le Violet flou et perturbateur pour mes yeux, je me demande si ce n’est pas un lilas…

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Sur la cinquième photo, le papillon femelle se dresse sur des fleurs dont la couleur fait penser, en effet, à celle des lilas.

      Toutefois, si ma mémoire est bonne, il s’agirait de rhododendrons, appelés également azalées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :