Décès de l’archevêque terroriste

2 janvier 2017

Quel enfant n’a pas été terrorisé à l’idée de bruler éternellement en Enfer s’il commettait de graves péchés, notamment ceux qui font le plus plaisir.

Le terrorisme de Monseigneur Capucci allait au-delà de son devoir de nous motiver à résister aux tentations du diable.

Le 18 aout 1974, alors qu’il était archevêque catholique de Jérusalem, Monseigneur Capucci a été arrêté par la police israélienne alors qu’il transportait des armes à feu.

Le prélat utilisait son statut diplomatique pour effectuer la contrebande d’armement pour le compte de l’OLP, une organisation terroriste.

Condamné à douze ans de prison, le prélat catholique revient dans l’actualité deux ans plus tard lors de la prise d’otages d’Entebbe, en Ouganda.

À cette occasion, des pirates aériens affiliés à l’OLP réclamaient sa libération (entre autres) en échange de la libération de leurs otages. Mais l’opération échouera.

Le prélat sera libéré en 1978 grâce à la Miséricorde divine… et des négociations secrètes du Vatican.

Son militantisme en faveur des Palestiniens a fait de lui un héros dans de nombreux pays arabes. Des timbres ont donc été émis à son effigie en Égypte, en Irak, au Koweït, en Libye, au Soudan et dans son pays natal, la Syrie.

C’est finalement hier qu’est décédé à Rome Hilarion Capucci, à l’âge de 94 ans.

Décès de l’archevêque terroriste
Votre évaluation :

2 commentaires

| Fait divers | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :