Le ‘pharmachien’, un Bougon scientifique

En cinquante épisodes, la série télévisée Les Bougon, c’est aussi ça la vie se moquait des magouilleurs de la société québécoise.

Dans un style tout aussi percutant, le pharmacien Olivier Bernard — sous le pseudonyme du ‘pharmachien’ — a écrit deux livres et entame depuis peu une série d’émissions de vulgarisation scientifique sur les ondes d’ICI Explora.

Son passage à l’émission Tout le monde en parle a beaucoup fait jaser. Ce qui l’a incité à publier sur son site web la liste des études sur lesquelles il appuie ses dires.

À Tout le monde en parle, M. Bernard a soutenu que l’artichaut est sans effet sur le foie, que les produits bios ne sont pas meilleurs pour la santé, que l’étude associant les vaccins à l’autisme est frauduleuse, que les antioxydants alimentaires sont inefficaces, que l’homéopathie est une insulte à l’intelligence humaine, et qu’un verre de jus d’orange pressé maison est (au point de vue nutritionnel) identique à un verre de Coca-Cola.

M. Bernard est un remarquable vulgarisateur. Je lui reprocherais de tourner parfois les coins ronds (au sujet du jus d’orange, notamment).

C’est donc avec intérêt que j’ai écouté la première émission des Aventures du pharmachien, le 2 décembre dernier, consacrée aux produits destinés à détoxifier ou à nettoyer le foie. Sur la page Facebook, cet épisode a fait l’objet de plus de deux-mille commentaires.

La facture visuelle de cette émission est très moderne, associant le dessin animé, la fiction et l’entrevue. Dans le cas précis de cette émission-là, M. Bernard donne d’abord la parole à une naturopathe, pour ensuite demander l’avis d’un hépatologue réputé.

Même s’il ne commente pas directement l’opinion de sa première invitée, ce qu’on retire de tout cela, c’est que les médicaments en vedette dans cette émission ne valent rien. Ce qui est rigoureusement vrai.

Ce que dit M. Bernard n’est pas nouveau. Une multitude d’experts ont déjà dit la même chose. Mais ils l’ont fait de manière nuancée, avec une multitude de précautions et de réserves qui suscitent l’ennui chez ceux habitués aux opinions exprimées en un maximum de 140 caractères.

Tout bon vulgarisateur doit élaguer les nuances superflues et s’en tenir à l’essentiel. D’où l’impact salutaire de ses propos. Parce qu’il est inutile de prêcher de saines habitudes de vie si personne ne se sent interpolé à remettre en question ses mauvaises habitudes.

Dans ce sens, l’électrochoc du pharmachien a porté fruit. Si certaines personnes choquées ont décidé de ne plus l’écouter, d’autres se sont rendu compte que les moyens de maintenir sa santé passent davantage par l’adoption de nouvelles habitudes de vie que l’ajout d’une potion magique.

Références :
Du jus d’orange naturel… pas si naturel
Le jus n’est pas un fruit
Olivier Bernard fait parler la toile depuis son passage au talk-show dominical de Guy A. Lepage
Pourquoi je défends le «Pharmachiant»

Le ‘pharmachien’, un Bougon scientifique
Votre évaluation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :