Le Huitième arrondissement de Paris

 

 
Situé sur la rive droite de la Seine, le huitième arrondissement occupe une superficie de 3,9 km² sur laquelle habitent quarante-mille personnes.

Il s’étend du Nord au Sud, du parc Monceau à la Seine puis, d’Ouest en Est, de l’Arc de Triomphe de l’Étoile à l’église de la Madeleine.

Le diaporama qui lui est ici consacré est divisé en trois parties :
• le sud de l’avenue des Champs-Élysées,
• cette avenue d’Ouest en Est en complétant cette promenade d’une remontée vers la Madeleine, et finalement
• la partie de l’arrondissement située au nord de cette avenue.


 
De 0:14 à 0:40, ce sont des images de la cathédrale américaine de Paris.

De style néogothique, ce temple anglican fut construit de 1881 à 1886 sur les plans de l’architecte George Edmund Street. Quant aux vitraux, ils ont été réalisés de 1883 à 1893 par James Bell.

De 1:00 à 1:17, il s’agit du Théâtre des Champs-Élysées.

D’une capacité de 1 905 places, cette salle de spectacle de style Art déco a été inaugurée en 1913.

Le bas-relief au haut de sa façade est d’Antoine Bourdelle tandis que le peintre nabi Maurice Denis a décoré la coupole de la salle principale sur le thème de l’Histoire de la musique.

À 1:32, voici la chapelle Notre-Dame de Consolation. À cet endroit se trouvait autrefois un ensemble de bâtiments en bois où les organismes de bienfaisance présentaient leurs réalisations.

Au Bazar annuel de la Charité de 1897, un incendie se déclara et fit 117 morts (dont la sœur de l’impératrice d’Autriche). Cette chapelle fut édifiée en 1900 en l’honneur de ces victimes.

À deux pas se trouve (à 1:36) la Cathédrale arménienne Saint-Jean-Baptiste, construite de 1902 à 1904 sous les plans de l’architecte Albert Guilbert (à qui on doit la chapelle néobaroque précédente).

À 1:41, il s’agit de l’église écossaise de Paris, qui date de 1957.

De 1:49 à 2:03, nous visitons le Grand Palais (inauguré en 1900). Derrière sa façade couronnée d’allégories exubérantes se cache une immense verrière qui sert de salle d’exposition.

Construit à la même époque, le Petit Palais lui fait face (de 2:04 à 2:20). Œuvre de l’architecte Charles Girault, il abrite de nos jours le Musée des Beaux-Arts de la ville.


 
Il y a plusieurs arcs de triomphe à Paris. Le plus connu est l’Arc de Triomphe de l’Étoile (de 2:25 à 2:53). On l’appelle ainsi parce que c’est à partir de lui que rayonnent douze avenues des Champs-Élysées.

Construit de 1806 à 1836, en respectant les plans de l’architecte Jean-François Chalgrin, ce monument est destiné à immortaliser les victoires et les noms de 660 généraux et maréchaux napoléoniens.

De nos jours, on y trouve également le monument à la mémoire du soldat inconnu (à 2:36).

Les piliers de l’arc sont décorés de quatre hauts-reliefs :
La Paix de 1815 (à 2:28),
La Résistance de 1814 (à 2:30),
Le Triomphe de 1810 (à 2:32) et le plus connu,
Le Départ des volontaires de 1792 (surnommé La Marseillaise, à 2:34).

Du haut de sa plateforme, on a une vue exceptionnelle du quartier.

Fait divers : au défilé de la victoire, le 14 juillet 1919, le commandement militaire avait ordonné aux aviateurs de défiler à Paris à pied, plutôt que d’effectuer des manœuvres aériennes dans le ciel de l’Arc de Triomphe.

Pour protester contre cet affront, l’aviateur Charles Godefroy passa avec son biplan sous la voute de l’arche le 7 aout suivant.

Il fut le premier à réussir cet exploit. Il ne restait que trois mètres de chaque côté des ailes pour permettre à l’avion de passer. Au moindre coup de vent, l’avion se serait écrasé.

Parmi les magasins et restaurants qui bordent l’avenue des Champs-Élysées, se trouve l’hôtel de la Païva (de 3:03 à 3:22)

Cet hôtel particulier est celui de la marquise de la Païva, une courtisane devenue immensément riche.

À 3:28, il s’agit de la statue de Georges Clemenceau, un des hommes politiques les plus populaires de l’histoire de France, qui mena son pays à la victoire lors de la Première Guerre mondiale.

À 3:38, voilà des marrons, c’est-à-dire des fruits comestibles du châtaignier. Quoiqu’illégale, la vente des marrons grillés par de jeunes marchands (principalement dans les quartiers des Tuileries et du Marais) est un des plaisirs automnaux de la capitale française.

Puis nous voici à la Place de la Concorde (de 3:40 à 3:51). C’est la plus grande place de Paris.

Celle-ci est traversée par deux ‘perspectives’. La plus longue, d’Est en Ouest, part du Louvre et se termine, au-delà de l’Arc de Triomphe de l’Étoile, au quartier d’affaires de La Défense. C’est l’axe historique de Paris.

L’autre perspective, du Nord au Sud, part de l’église de la Madeleine au Nord et se termine au Sud par la façade arrière du palais Bourbon qui prend elle aussi l’aspect d’un temple grec.

La photo à 3:40 montre la partie de l’axe historique à l’Ouest de la place de la Concorde. De chaque côté de l’avenue des Champs-Élysées, on peut voir deux des quatre Chevaux de Marly. Ce sont des copies. Les originaux, aujourd’hui au Louvre, furent sculptés par Guillaume Coustou afin de décorer le château de Marly de Louis XIV (d’où leur nom).

Au centre de la place se trouve, depuis 1831, un des deux obélisques qui marquaient auparavant l’entrée du Temple de Louxor à Thèbes. C’est un cadeau du vice-roi d’Égypte à la France.

Le mobilier urbain, dessiné par Jacques-Ignace Hittorff, y est sur le thème de l’eau.

Il comprend deux fontaines; la Fontaine fluviale au Nord et la Fontaine maritime au Sud (de 3:42 à 3:47). Les candélabres sont appelés lampadaires colonne rostrale. Elles représentent des proues de navires portant l’emblème de la ville de Paris (à 3:48).

Aux coins de cette place octogonale, on a placé des statues représentant huit villes françaises (à 3:50).

Nous effectuons ensuite un virage à 90 degrés vers le Nord pour emprunter la rue Royale en direction de l’église de la Madeleine. Sur notre chemin, nous rencontrons une des succursales de la pâtisserie Ladurée (de 4:00 à 4:12).

De 4:18 à 4:37, c’est l’église de la Madeleine. Construit de 1763 à 1842, l’édifice sans fenestration changea plusieurs fois de vocation. Il devint une église en 1845.

C’est la seule église catholique de Paris qui n’est pas surmonté d’un crucifix.

Ses portes illustrent les dix commandements dont le septième (Tu ne tueras point, à 4:20) et le dixième (Tu ne convoiteras ni la femme, ni la maison, ni rien de ce qui appartient à ton prochain, à 4:22).

Le maitre-autel est dominé par la sculpture représentant Marie-Madeleine entourée d’anges (à 4:27).


 
De 4:43 à 4:54, il s’agit de l’église Saint-Philippe-du-Roule, construite de 1772 à 1784. Durant la Deuxième Guerre mondiale, ses cloches furent confisquées par les Allemands et fondues pour faire des obus et des munitions.

De 4:56 à 5:05, nous voyons la salle Gaveau. Suivent le Palais de l’Élysée (construit en 1718, à 5:10) et l’ambassade du Royaume-Uni (à 5:12).

De 5:20 à 5:43, c’est une visite du musée Jacquemart-André, consacré aux arts décoratifs.

Pourquoi ce nom ? Édouard André était un riche banquier qui se fit construire en 1876 un hôtel fastueux qu’il meublera dans un style Louis-XV. Le nom Jacquemart est celui de son épouse.

De 5:50 à 6:00, nous voyons l’église Saint-Augustin, construite de 1860 à 1871. À son achèvement, c’était le plus important édifice parisien à ossature de métal. En dépit de sa hauteur, ce squelette métallique n’a pas besoin d’être solidifié par des contreforts ou des arcboutants.

Érigée par Louis XVIII en 1826, la Chapelle expiatoire (6:06) a été érigée à la mémoire de Louis XVI et de Marie-Antoinette, à l’endroit où leurs corps furent enterrés après leur exécution.

De 6:10 à 6:16, voici la Cathédrale Alexandre-Nevsky. Avant d’être le pseudonyme d’un chanteur populaire québécois (né Alexandre Parent), Alexandre Nevsky était connu pour être un héros national russe et un saint de l’Église orthodoxe.

L’église qui lui est dédiée à Paris a été inaugurée en 1861. Elle est en forme de croix grecque dont chaque branche est surmontée d’une tourelle se terminant par un bulbe doré et une croix orthodoxe russe.

En tenant compte de la flèche centrale, ces cinq bulbes symbolisent le Christ (au centre) et les quatre évangélistes.

Le 12 juillet 1918, le peintre catalan Pablo Picasso y épousa la danseuse russe Olga Khokhlova.

De 6:23 à 6:46, nous visitons le parc Monceau, créé en 1778 mais transformé cinq ans plus tard en parc à l’anglaise.

On y trouve de nombreuses attractions dont un carrousel, quelques manèges, des statues, de fausses ruines, et de vieux arbres dont ce platane d’Orient, planté en 1814. Vieux de trois siècles, ce platane est en vedette à 6:40.

Aux environs de ce parc, on trouve entre autres :
• le siège social français de la firme d’ingénierie montréalaise SNC-Lavalin (à 6:53 et 6:55),
• le musée d’art décoratif Nissim de Camondo (de 6:57 à 7:29). Ce musée abrite une riche collection privée d’Art du XVIIIe siècle. Ses cuisines auraient inspiré les créateurs du film d’animation Ratatouille des studios Walt Disney,
• le musée Cernuschi, consacré à certaines disciplines artistiques de l’Asie (de 7:30 à 7:56). On y trouve essentiellement des bronzes, du grès et des terres cuites,
• l’hôtel du Collectionneur (de 8:01 à 8:11). Conçu par les décorateurs Jacques Garcia et Alexandre Danan, aidés de l’architecte Stanislas Fiszer, cet hôtel-boutique de style Art déco a ouvert ses portes en 2004,
• la Maison Loo (à 8:12). Commandée par un marchand d’art arrivé à Paris en 1902, cette pagode fut dessinée par l’architecte Fernand Bloch et achevée en 1926. Cette construction, qui jurait avec tout le quartier tant par son style que sa couleur, provoqua la controverse. C’est aujourd’hui un musée privé.


Détails techniques : Le diaporama contient 244 photos et un clip vidéo. Deux de ces photos sont à l’infrarouge (à l’aide d’un appareil Lumix GH1 doté d’un objectif Lumix 14-45 mm II). Tout le reste a été fait à l’Olympus OM-D e-m5.

En ordre décroissant d’utilisation, les objectifs furent le M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (200 photos), le M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (17 photos), le PanLeica 25 mm F/1,4 (14 photos), l’hypergone M.Zuiko 8 mm F/1,8 et le M.Zuiko 75 mm F/1,8 (5 photos chacun), et le Lumix 7-14 mm F/4,0 (1 photo).


Liste des diaporamas de Paris :
Le Premier arrondissement de Paris — 1re partie
Le Louvre (ou Premier arrondissement — 2e partie)
Le Premier arrondissement de Paris — 3e partie
Aperçu du deuxième arrondissement de Paris
Aperçu du troisième arrondissement de Paris
Aperçu du quatrième arrondissement de Paris — 1re partie
Aperçu du quatrième arrondissement de Paris — 2e partie
Le Cinquième arrondissement de Paris — 1re partie
Le Cinquième arrondissement de Paris — 2e partie
Le Cinquième arrondissement de Paris — 3e partie
Le Sixième arrondissement de Paris
Le Septième arrondissement de Paris
• Le Huitième arrondissement de Paris (celui-ci)
Le Neuvième arrondissement de Paris
Le Douzième arrondissement de Paris
Le Treizième arrondissement de Paris
Le Quatorzième arrondissement de Paris

Le Huitième arrondissement de Paris
Votre évaluation :

2 commentaires à Le Huitième arrondissement de Paris

  1. sandy39 dit :

    Je commence par quelques paroles de chanson : “Elle habite à paris, elle a des Converses blanches”, de Christophe MAE. La chanson est bien mais je n’aime pas le mec !

    A part ça, J.Pierre, comment avez-vous fait ? Avez-vous rassemblé les 2 années ?

    Entre escaliers, monuments dorés et parés que nous empruntons, nous nous rejoignons à la cuisine et à la salle-de-bains qui donnent toute l’ambiance du dessin animé…

    Si à 0:34, Chacun peut empoigner, impassible, le livre de sa vie, il y a certains Mecs qui lisent comme ils chantent… et, si dans certains bouquins, on nous dit qu’on garde les blessures et les morsures du Temps…, Moi, je dis, que dans la Vie, il faut, savoir, aussi, s’intéresser aux autres !

    A 2:46 : depuis le 56e étage de la Tour Montparnasse, je suppose… où nous dominons le Monde du dessus de ces toits nous offrant leurs terrasses…

    A 2:20 : un insecte posé sur la table, m’intrigue…

    A 2:51 : on peut regrouper les scènes de théâtre sur les vieux bancs abandonnés ou occupés… pour nous sentir les Rois du Monde…

    A 3:36 : sur un appel urgent, ils sont où les oiseaux à écouter ?

    A 3:44 : objectif spécial pour le jet d’eau ? C’est beau comme un confetti.

    A 3:56 : le fil doré ne va pas au micro-ondes…

    A 4:00 : Ladurée : je me souviens du biscuit qui avait le goût du baiser ou de la framboise et peut-être des 2 à la fois…

    A 8:03 : l’Hôtel du Collectionneur a-t’il quelque chose de particulier ? Je n’aime pas les grands espaces où l’on se sent perdu, au milieu de nulle part…

    A 8:18 : mais qu’ont elles, donc, toutes, ces horloges à se moquer de nous ? Et, dire que le Temps joue contre nous (du vieux Pagny).

    En pensant que toutes ces photos doivent occuper les longues soirées d’hiver…

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Avez-vous rassemblé les 2 années ?

      Oui, le diaporama combine des photos prises à Paris en 2014 et 2015.

      A 2:46 : depuis le 56e étage de la Tour Montparnasse, je suppose… où nous dominons le Monde du dessus de ces toits nous offrant leurs terrasses…

      Les photos entre 2:45 et 2:50 sont vues aériennes prises de la plateforme au sommet de l’Arc de Triomphe de l’Étoile.

      A 2:20 : un insecte posé sur la table, m’intrigue…


       
      En effet, c’est étrange. Même sur un agrandissement à 100%, je n’en suis pas certain. Un support à téléphone multifonctionnel, peut-être ?

      A 3:44 : objectif spécial pour le jet d’eau ? C’est beau comme un confetti.


       
      Je me suis servi de mon objectif le plus utilisé en voyage (le M.Zuiko 12-40 mm). La photo a été prise en mode manuel, probablement parce que l’appareil ne savait plus où faire la mise au point. Et à 1/2000e de seconde, toutes les gouttelettes d’eau se transforment effectivement en confettis de lumière (suggestion : cliquer sur la photo pour l’agrandir).

      A 4:00 : Ladurée : je me souviens du biscuit qui avait le goût du baiser ou de la framboise et peut-être des 2 à la fois…

      Vous avez une excellente mémoire, Mme sandy39. Cette information est tirée d’un texte publié il y a deux ans.

      A 8:03 : l’Hôtel du Collectionneur a-t’il quelque chose de particulier ? Je n’aime pas les grands espaces où l’on se sent perdu, au milieu de nulle part…

      À Paris, il est difficile de se trouver au milieu de nulle part…

      À moins de 300 euros de la nuitée, l’Hôtel du Collectionneur est un des plus abordables parmi les hôtels cinq étoiles situés dans un rayon d’un kilomètre de l’Arc de Triomphe de l’Étoile.

      Je n’y ai jamais séjourné mais je présume qu’il doit être très plaisant de prendre le café à la fenêtre d’une chambre qui donne sur sa cour extérieure, complètement isolé des bruits de la ville.

      En pensant que toutes ces photos doivent occuper les longues soirées d’hiver…

      Elles occupent les miennes en tout cas. Chacune des milliers de photos de voyage que je traite en vue de la création d’un nouveau diaporama me fait revivre l’émotion éprouvée au moment où elle a été prise…

      Ceci étant dit, je vous remercie Mme sandy39 pour l’intérêt que vous portez à mes diaporamas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :