Le deuxième débat des candidats à la course à la chefferie du PQ

Introduction

Au lendemain de sa cuisante défaite, le Parti québécois avait hésité à s’engager dans un bilan post-électoral qui aurait été l’occasion de déchirements internes.

Dans ce que disent les candidats à la course actuelle à la chefferie du Parti Québécois (PQ), on note l’apparition d’idées qui rapprochent cette formation politique de l’opinion publique québécoise.

L’option indépendantiste

Ceux qui souhaitent que le PQ abandonne son option indépendantiste doivent comprendre que cela n’arrivera jamais. Ce serait d’ailleurs une grave erreur.

Les Québécois fédéralistes ont déjà le choix entre deux partis fédéralistes. Si ces gens n’aiment pas les Libéraux, ils ont la CAQ comme solution de rechange. Pourquoi le PQ devrait-il se disputer cette clientèle ?

En fait, les fédéralistes peuvent aussi voter pour le PQ puisqu’on ne fait pas au Québec d’élections référendaires; on vote pour un gouvernement et, par la suite, on tient des référendums sur l’indépendance s’il y a lieu.

Déclin de l’appui à l’indépendance du Québec depuis une décennie

L’option indépendantiste est partagée par près de 40% des Québécois. En raison du rejet massif de cette option chez les Anglophones, c’est près de 50% du reste (Francophones et Allophones) qui sont indépendantistes.

Compte tenu des suspicions légitimes des Anglophones au sujet d’une conversion feinte du PQ au fédéralisme, le PQ se partagerait à trois le vote du 50% des Francophones fédéraliste alors qu’il possède actuellement un quasi-monopole de l’autre 50%, celui des Francophones indépendantistes.

C’est clair : le PQ se tirerait dans le pied.

Mais si l’option fondamentale n’est remise en question par personne au sein du PQ, on voit toutefois poindre des suggestions audacieuses qui, il y a peu de temps encore, auraient fait sourciller les gardiens du dogme péquiste.

La défense du français

La Canadian Constitution de 1982 est une loi ethnique votée par le Canada anglais qui vise, entre autres, à étouffer les lois linguistiques dont le Québec s’est doté pour protéger le français.

À maintes reprises sur ce blogue, j’ai exprimé l’avis que le Québec était stupide de se soumettre volontairement à des dispositions constitutionnelles qui menacent sa survie.

À la course précédente à la chefferie, M. Péladeau — qui a finalement été élu — soutenait, au nom du respect de l’État de droit, la soumission au carcan constitutionnel canadien; si le Québec voulait être libre, il n’avait qu’à faire l’indépendance.

Cette approche a du mérite. Toutefois, le déclin démographique des Francophones québécois est inquiétant, notamment à Montréal. Cette situation justifie des correctifs plus immédiats que l’attente d’une accession hypothétique du Québec à l’indépendance.

Or surprise : voilà qu’au cours de ce dernier débat, dimanche dernier, Martine Ouellet proposait le recours à la clause dérogatoire de la Canadian Constitution afin de revenir aux dispositions originelles de la Loi 101 quant à la langue d’affichage.

L’opposition d’Alexande Cloutier à cette suggestion fut huée par la salle. Ce furent les seules huées de la soirée.

Je présume qu’il y a là matière à réflexion de sa part.

La neutralité religieuse de l’État

Mais la bombe de la soirée — qui a peu été rapportée par les quotidiens le lendemain — est la suggestion de Jean-François Lisée d’appuyer le projet de loi libéral relatif à la neutralité religieuse de l’État.

Sur ce blogue, je me suis déjà prononcé à de multiples reprises en faveur d’une telle neutralité.

Indépendamment des motifs invoqués pour M. Lisée pour soutenir sa position, il est clair qu’il entend tourner la page sur le douloureux épisode de la Charte de la laïcité.

Je ne doute pas que cette position courageuse sera l’objet d’interminables discussions au sein du PQ.

Mais c’est la seule qui soit susceptible de rapprocher le PQ de sa base montréalaise (de loin la plus importante) et également des jeunes d’aujourd’hui, beaucoup plus ouverts que les babyboumeurs à l’expression vestimentaire de l’appartenance religieuse.

Références :
La Charte de la laïcité : un mauvais départ
Le projet de loi libéral au sujet de la neutralité de l’État (2e partie : laïcité vs neutralité religieuse)
Le français en péril

Le deuxième débat des candidats à la course à la chefferie du PQ
Votre évaluation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :