La gratuité scolaire aux sans-papiers ?

En raison de la situation géographique du Québec, il y a peu de sans-papiers chez nous.

Ils ne peuvent arriver par avion parce qu’il est nécessaire d’avoir un passeport pour embarquer sur un vol international. La dangerosité de l’océan Atlantique est un obstacle aux réfugiés de la mer. Et par voie terrestre, on ne peut atteindre le Canada qu’en provenance des États-Unis.

Bref, les seuls sans-papiers chez nous sont des personnes — surtout des Latino-Américains — qui ont réussi à traverser clandestinement l’immense territoire de nos voisins du Sud.

On estime qu’il y aurait entre trois-cents et mille réfugiés clandestins au Québec. C’est peu.

Ils ne peuvent régulariser leur situation puisqu’en vertu de la loi canadienne, toute demande d’immigration doit être adressée de l’Étranger.

Ce qui pose la question du droit à l’éducation des enfants des immigrants clandestins.

La protectrice du citoyen aimerait que tout enfant de 6 à 16 ans puisse fréquenter gratuitement l’école primaire ou secondaire, sans égard à son statut d’immigration ou à celui de ses parents. C’est déjà le cas dans au moins deux autres provinces canadiennes.

Cet avis est partagé par un regroupement d’organismes communautaires appelé Table de concertation des personnes réfugiées et immigrantes.

Le tort causé à l’enfant privé d’instruction est indéniable. Dans le cas des sans-papiers, la question est de savoir qui doit payer pour faire respecter le droit de l’enfant à l’éducation: ses parents (par le biais de l’école privée) ou l’État (par le biais de l’école publique).

Beaucoup de personnes semblent considérer que l’éducation est comme le soleil, l’eau du ruisseau ou l’air que nous respirons : une chose gratuite à laquelle tous devraient avoir accès.

Ajouter un élève de plus dans une classe à moitié vide ne coute rien. Mais dans certains cas, cet ajout provoquera l’embauche d’un enseignant supplémentaire.

En moyenne, on estime que l’instruction publique coute six à sept-mille dollars par élève au primaire.

Dans un pays qui possède une des politiques d’immigration les plus généreuses au monde, doit-on faire un cadeau de six à sept-mille dollars par enfant aux parents qui se trouvent illégalement dans le pays et qui, conséquemment, n’y paient pas un sou d’impôt ?

Et si on ajoute un fardeau financier de plusieurs millions de dollars au réseau scolaire, ne risque-t-on pas de subir davantage de compressions gouvernementales en raison de cette générosité ?

L’État n’a d’obligation qu’à l’égard de ses citoyens. S’il en était autrement, nous aurions avantage à déchirer notre passeport, renoncer à notre citoyenneté, travailler au noir, ne payer aucun impôt et recevoir tous les services de l’État aux frais des contribuables au nom du droit à l’éducation, du droit à la santé, du droit au travail, du droit à ceci ou à cela.

À mon avis, il y a un prix à l’illégalité. Et ce n’est pas aux contribuables de le payer.

Références :
Éducation – Enfants sans papiers: Bolduc a déposé son plan de travail
Enfants sans papiers et sans école
Rapport du Protecteur du citoyen – Accès à l’éducation publique pour les enfants en situation d’immigration précaire

La gratuité scolaire aux sans-papiers ?
5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :