Un paradis sous les tropiques

Seuls au milieu de nulle part

Votre hydravion s’est posé dans la lagune. Après avoir serpenté le long de ce petit sentier, vous voilà sur les rives de cette baie où une cabane d’apparence rustique vous attend.

Louer cette ile déserte du Pacifique vous a couté une fortune. Mais qu’importe.

Pour ne pas éveiller les doutes d’une épouse soupçonneuse, les frais extravagants de ces quatre jours en amoureux avec votre nouvelle secrétaire ont été payés à partir du compte que vous avez ouvert aux iles Vierges britanniques : toutes ses transactions bénéficient du plus grand secret.

Mais alors que le soleil, l’eau turquoise, les fruits à votre disposition, le vin blanc dans cette glacière si discrètement dissimulée, aiguisent votre appétit et stimulent vos sens, vous êtes loin de vous imaginer le terrible complot en train de se réaliser.

À chaque seconde, une photo de vous — nu, fou d’amour et aveuglé par la passion — est expédiée par courriel à des complices à des milliers de kilomètres. Des complices qui accumulent les preuves irréfutables de votre infidélité conjugale.

Et ces photos ne sont pas prises par des paparazzis cachés dans cette végétation luxuriante, mais par ces beaux yeux gris-vert ensorcelants qui vous font retrouver vos vingt ans tout en vous faisant perdre la tête.

Le piège

C’est le mois dernier que le Bureau américain des brevets et des marques de commerce a accordé à Sony un brevet pour des lentilles cornéennes multifonctionnelles.

Sony avait soumis sa demande deux ans plus tôt.

Bénéficiant des plus récents développements en matière de miniaturisation, ces lentilles cornéennes comprendraient un appareil photo (déclenché par battements de paupières), un moyen de stockage des photos prises par l’appareil, une antenne émettrice, un modem et une source d’alimentation autonome.

Entre cette idée — susceptible de marquer la fin de la vie privée — et le jour où un modèle sera prêt à la vente, de nombreuses années pourraient s’écouler… au grand soulagement des maris infidèles.

Référence : Contact lens and Storage medium

Un paradis sous les tropiques
5 (100%) 2 votes

2 commentaires à Un paradis sous les tropiques

  1. Pierre Pinsonnault dit :

    M. Martel, enfin, on pourra photographier nos rêves !(o:

  2. sandy39 dit :

    POUR L’AMOUR DU RISQUE…

    Un texte qui nous tient en haleine, avec un Paradis au bout des mots dans lequel on se laisse mener jusqu’à y perdre nos sens : Désir, Plaisir…

    Mon Dieu, quel complot !

    Et même si elle a de beaux yeux gris-vert ensorcelants… elle saura très bien vous embobiner jusqu’à vous y prendre dans le piège de l’infidélité… jusqu’à vous y perdre…

    Et Moi, en toute fidélité, je vous dis qu’il y a trop de RISQUES… POUR UN AMOUR !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :