La pucelle de Montréal

31 mai 2016

La partie de Montréal que j’habite s’est ouverte au développement à partir du milieu du XIXe siècle.

Comme dans toutes les villes du monde, le nom qu’on donne à une rue rend hommage à un évènement ou à une personnalité admirée au moment de cette attribution.

C’est ainsi que le boulevard Pie-IX est nommé en 1864 en l’honneur du pape qui dirigeait l’Église de Rome de 1846 à 1878.

L’avenue Jeanne-d’Arc rend hommage à cette sainte dont le processus de canonisation s’est étendu de 1874 à 1920.

Deux rues à l’ouest de l’avenue Jeanne-d’Arc, se trouve l’avenue d’Orléans, qui fait référence depuis 1888 au surnom de Jeanne d’Arc, soit pucelle d’Orléans.

Encore plus à l’ouest, la petite avenue Valois aurait pu faire allusion à Charles VII, de la dynastie des Valois, que Jeanne d’Arc mit sur le trône de France en 1429.

Toutefois, elle fut nommée ainsi en 1952 pour honorer Simon Valois (1791-1875), propriétaire de l’ancien domaine d’Hochelaga que traverse cette avenue de nos jours.

Perpendiculairement à ces avenues, la rue de Rouen rappelle depuis 1922 le nom de la ville où Jeanne d’Arc fut brulée vive, le 30 mai 1431.

Les lecteurs attentifs auront remarqué que c’était hier le 585e anniversaire de la mort de Jeanne d’Arc.

Il est paradoxal que l’Église de Rome ait canonisé une sainte guerrière alors que le message de Jésus de Nazareth en est un de non-violence (« Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre. », Matthieu 5,39).

Peut-être doit-on y voir là la confirmation que les Voies du Seigneur sont impénétrables…

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif PanLeica 25mm F/1,4 — 1/60 sec. — F/1,4 — ISO 400 — 25 mm

Référence : Le toponymie des rues de Montréal

La pucelle de Montréal
Votre évaluation :

2 commentaires

| Urbanisme | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le Tamarin-lion doré

30 mai 2016
De près
Mâle observant
Pied et main
Accroché à un tronc
Mâle explorant
Femelle à l’affut

Ce petit primate se caractérise par son pelage doré, orangé, rougeâtre ou chamois.

Son visage sombre est garni de poils relativement courts. Ceux du reste du corps sont longs, particulièrement au niveau de la tête et du cou, formant ainsi une crinière qui lui donne son nom.

Le corps mesure de 20 à 34 cm et sa queue, de 31 à 40 cm. Ses doigts, fins et longs, sont dotés d’ongles crochus et très pointus qui lui permettent de capturer des insectes dans le creux d’écorces.

Il s’agit d’une espèce menacée, non pas en raison de prédateurs, mais à cause de la disparition de son habitat, réduit de nos jours à 104 km2 sur les 43 900 km2 de l’État de Rio de Janeiro, au Brésil.

On estime sa population à environ 1 500 spécimens, dont 650 en liberté.

Le Biodôme de Montréal en possède un couple, de couleur dorée. La femelle est très timide et vit habituellement cachée. Le mâle est plus aventurier mais il est indifférent aux bruits que font les visiteurs pour attirer son attention. Il est fréquent qu’il leur tourne le dos, au grand déplaisir des photographes.

Le mâle du Biodôme de Montréal se distingue par l’extrémité crochue et dégarnie de sa queue.

Dans la nature, on rencontre le Tamarin-lion doré (Leontopithecus rosalia) dans la forêt tropicale côtière d’une toute petite partie du Brésil, et ce du niveau de la mer jusqu’à une altitude de 300 mètres.

Surtout végétarien, il se nourrit de fruits murs, mais aussi d’insectes, d’araignées, de vers de terre, d’œufs, d’escargots, de grenouilles arboricoles et de petits reptiles.

Il aime les habitats riches en broméliacées car ceux-ci servent d’abreuvoirs et de réserves d’insectes.

Même si le tamarin ne met que quinze à vingt mois pour atteindre sa maturité sexuelle, il ne se reproduit pas avant l’âge de deux ans et demi. Mâles et femelles sont rarement monogames. La gestation dure quatre mois et donne naissance à un ou deux petits.

Celui-ci est totalement dépendant de sa mère durant le premier mois de son existence, à la fois pour sa nourriture et ses déplacements (agrippé à celle-ci).

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 40-150 mm F/2,8 (2e photo) et M.Zuiko 75 mm F/1,8 (les autres photos)
1re photo : 1/200 sec. — F/1,8 — ISO 200 — 75 mm
2e  photo : 1/160 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 150 mm
3e  photo : 1/160 sec. — F/1,8 — ISO 250 — 75 mm
4e  photo : 1/160 sec. — F/1,8 — ISO 640 — 75 mm
5e  photo : 1/160 sec. — F/1,8 — ISO 250 — 75 mm
6e  photo : 1/160 sec. — F/1,8 — ISO 500 — 75 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés au règne animal, veuillez cliquer sur ceci

Le Tamarin-lion doré
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Animaux, Nature | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Dernières photos de magnolias… d’ici l’an prochain

29 mai 2016
Magnolia ‘Pinkie’
Magnolia ‘Limelight’
Magnolia de Kobus
Magnolia ‘Rose Marie’
Magnolia ‘Sunburst’

En dépit de tous les efforts humains pour le dérégler, le cycle de la nature nous offre un merveilleux voyage dont on ne se lasse jamais.

<Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 40-150mm F/2,8 + multiplicateur de focale M.Zuiko MC-14
1re photo : 1/1600 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 210 mm
2e  photo : 1/1250 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 140 mm
3e  photo : 1/1000 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 210 mm
4e  photo : 1/1000 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 140 mm
5e  photo : 1/1250 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 210 mm

Dernières photos de magnolias… d’ici l’an prochain
Votre évaluation :

Un commentaire

| Botanique, Fleurs, Nature | Mots-clés : , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Quatre autres magnolias

28 mai 2016
Magnolia de Soulange
Magnolia ‘Ricki’
Magnolia ‘Maxine Merrill’
Magnolia ‘Rose Marie’

Ce qu’il y a de fascinant chez les magnolias, c’est qu’au printemps, leurs branches nues donnent naissance à une multitude d’énormes fleurs, souvent en l’absence totale ou presque totale de feuillage.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix Leica 42,5mm F/1,2 + filtre Hoya à densité neutre ND8
1re photo : 1/1600 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 42,5 mm
2e  photo : 1/1600 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 42,5 mm
3e  photo : 1/3200 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 42,5 mm
4e  photo : 1/2000 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 42,5 mm

Quatre autres magnolias
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Botanique, Fleurs, Nature | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Lancement de la course 2016 à la chefferie du PQ

27 mai 2016
Jean-François Lisée, Martine Ouellet, Véronique Hivon et Alexandre Cloutier

Introduction

Hier soir, de 17h à 19h30, se tenait au Collège Maisonneuve de Montréal, une soirée de financement populaire conjoint des candidats à la chefferie du Parti Québécois (PQ).

Quelques centaines de personnes y étaient présentes.

Selon la coutume au PQ, c’est Carole Poirier, la députée de la circonscription où se déroule l’évènement, qui faisait office de maitre de cérémonie.

Tour à tour, les candidats ont prononcé leur discours, limité à huit minutes.

Le tirage au sort avait déterminé que Jean-François Lisée parlerait le premier.

Jean-François Lisée

M. Lisée est un charmeur : brillant, inventif et toujours là où on ne l’attend pas.

Il a fait porter son allocution sur le rôle de l’État en tant que redistributeur de la richesse collective : hausse du salaire minimal à 15$, plafonnement des salaires des hauts salariés de l’État (essentiellement ceux à la tête des sociétés d’État, des universités, etc.).

Référence : Leadeurship: Pour un Québec riche de son équité

Alexandre Cloutier

Abandonnant le ton de la confidence qu’il avait utilisé à la rencontre du 22 mars 2015 (lors d’une autre course à la chefferie), M. Cloutier a adopté cette fois-ci un ton plus vigoureux.

M. Cloutier se propose de renforcer la Loi 101 — qui protège le français au Québec — en y assujettissant les 1 800 entreprises fédérales opérant chez nous.

Il veut que tout émigrant au Québec ait le droit constitutionnel d’avoir accès à des cours en français.

Références :
Alexandre Cloutier veut améliorer la francisation des immigrants
Une approche à la fois déterminée, positive et ambitieuse pour le français au Québec

Véronique Hivon

Mme Hivon maitrise parfaitement la langue de bois. Toutes ses phrases ont un sujet, un verbe et un complément. Mais à l’issue de son allocution, on se demande : « Veux-tu me dire au juste de quoi elle parlait exactement ? »

Martine Ouellet

Mme Ouellet a parlé de stratégie. À son avis, qu’on le veuille ou non, l’indépendance du Québec sera un des thèmes majeurs de la prochaine campagne électorale québécoise (prévue d’ici deux ans).

Elle a souligné l’importance d’adopter des engagements clairs, notamment au sujet du référendum, afin que, une fois ce sujet est pris pour acquis, le Parti Québécois puisse se consacrer à ce qui est important, soit d’expliquer aux citoyens ce qui justifie l’indépendance du Québec.

Mme Ouellette a illustré son propos au sujet d’une mission commerciale en Extrême-Orient placée sous le patronat du gouvernement canadien. Une rencontre prévue entre le représentant d’un important groupe industriel asiatique et Mme Ouellette (venue promouvoir des technologies québécoises) a été annulée à la dernière minute et sans motif par le représentant fédéral venu plutôt défendre les sables bitumineux de l’Ouest canadien.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix Leica 42,5mm F/1,2 — 1/100 sec. — F/1,2 — ISO 320 — 42,5 mm

Lancement de la course 2016 à la chefferie du PQ
5 (100%) 1 vote

Un commentaire

| Politique | Mots-clés : , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Intégrisme et radicalisation : de retour à la case départ

26 mai 2016

La ministre de la Justice du Québec, Stéphanie Vallée, a annoncé aujourd’hui l’abandon de la partie 1 du projet de loi 59. Inefficace, cette la partie visait à combattre l’intégrisme et la radicalisation.

Faisant allusion au tollé de protestation qu’elle a suscité, la ministre a déclaré que le Québec n’est pas prêt à encadrer le discours haineux. Ce faisant, la ministre fait diversion.

En dépit de son titre, ce projet de loi n’a jamais eu pour but de s’attaquer au discours haineux (déjà réprimé par le Code civil).

Le projet de loi 59 était la solution du Parti libéral pour lutter contre le fanatisme religieux d’influence saoudienne; il avait été présenté à la suite des propos controversés de deux imams sunnites de Montréal.

Certains ont vu dans ce projet de loi une mesure liberticide. Je n’ai lu ce document que dans le but d’y trouver des mesures de lutte contre la radicalisation. Or à ce sujet — justement dans la partie 1 — il était totalement inefficace, comme je l’ai expliqué dans le texte Le projet de loi 59 est une passoire.

Ceci étant dit, il existe bien un centre de déradicalisation à Montréal. Celui-ci s’attaque à un processus de radicalisation déjà entamé. Mais le projet de loi 59 devait s’attaquer à la cause. En somme, il visait à prévenir la radicalisation.

Implicitement, ce dont il s’agit, c’est de la prédication islamiste radicale puisque de tous les extrémismes religieux, c’est le mieux financé (par des pétrodollars) et le plus meurtrier.

Parallèlement au projet de loi 59, le gouvernement Couillard a commandé un rapport sur la radicalisation au Collège Maisonneuve. Ce rapport a été rendu public plus tôt ce mois-ci. C’est le rapport le plus niais que j’ai lu de ma vie.

La solution est pourtant simple.

Dans l’édition de novembre 2015 de L’Action nationale, Marc Laroche — détenteur d’un diplôme d’études supérieures en sciences des religions — suggère l’encadrement législatif suivant :

Ne délivrer un permis de construction ou de location de tout lieu faisant office de lieu de culte que si les responsables de groupes religieux ou idéologiques s’engagent par écrit à ce qu’aucun passage incitant à la violence grave contenu dans leurs textes référentiels n’y soit professé.

Par la suite, s’il est démontré qu’un tel groupe contrevient à cet engagement, il sera condamné pour terrorisme et dissout. Et ses biens, meubles et immeubles seront confisqués par l’État.

Or voilà, il y a un problème; cela serait anticonstitutionnel.

La Canadian Constitution de 1982 a été rédigée il y a trente ans, à une époque ou le fanatisme religieux existait déjà mais n’était pas le risque sécuritaire majeur qu’il est devenu.

Et plutôt que d’invoquer la clause dérogatoire, le Parti libéral du Québec attache plus d’importance à ne pas heurter l’opinion publique canadienne-anglaise (opposée à toute dérogation constitutionnelle) qu’à protéger ses propres citoyens.

Attend-il qu’un attentat terroriste se produise au cours de la prochaine saison des festivals ?

Depuis le début de 2015, nous savons que de jeunes Québecois se font endoctriner au point de vouloir aller combattre au sein des milices de l’État islamique.

Simplement empêcher ces jeunes de quitter le pays n’est pas suffisant.

En Europe, les citoyens belges ou français impliqués dans des attentats terroristes ont un long passé de petite criminalité. Cette caractéristique les distingue du terroriste étranger et souvent, du simple djihadiste naïvement parti combattre en Syrie.

En somme, les terroristes natifs de Belgique ou de France sont souvent des êtres asociaux qui retournent leur colère contre la société d’accueil de leurs parents.

Puisqu’ils représentent une menace collective, qu’attend le gouvernement Couillard pour prévenir la radicalisation chez nous ? Pourrait-il se grouiller le derrière, SVP ?

Références :
Collège Maisonneuve : Le risque de radicalisation demeure
Le prosélytisme de l’Arabie saoudite
Québec abandonne l’encadrement du discours haineux

Intégrisme et radicalisation : de retour à la case départ
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Sécurité, Terrorisme | Mots-clés : , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Une constitution préréférendaire : la charrue avant les bœufs

25 mai 2016
Véronique Hivon

Introduction

Dans l’édition d’aujourd’hui du Devoir, on apprend que Véronique Hivon — candidate à la chefferie du Parti Québécois — souhaite qu’après une victoire électorale de son parti, un organisme représentatif rédige un projet de constitution pour un Québec indépendant.

Puisque cette prise de position a été accueillie dans la plus totale indifférence, j’ai dû aller au compte Facebook de la candidate afin d’obtenir la confirmation de la manchette du Devoir.

La leçon du projet de loi 59

En présentant le projet de loi 59, la ministre libérale n’avait certainement pas prévue être forcée de le retirer presque un an plus tard parce jugé liberticide.

Un texte constitutionnel — qui vise à régir tous les aspects de la société québécoise — sera donc une mine d’or pour tous ceux qui voudront y trouver des puces et faire peur aux Québécois sur les risques et dangers de l’indépendance.

L’éventuelle campagne référendaire court donc un risque considérable de déraper au sujet d’un obscur article adopté par erreur dans un texte constitutionnel hypothétique.

Au cours des deux précédents référendums, personne n’a demandé de voir la future Constitution du Québec avant de voter. Un tel document sera donc un cadeau inespéré pour les stratèges politiques opposés à l’indépendance.

Unifier la Nation au lieu de la diviser

Pensons plus loin. À l’issue d’un vote en faveur de l’indépendance, il est illusoire de penser que tous se rallieront autour du projet de pays à construire.

Les opposants à l’indépendance continueront de penser qu’il s’agit-là d’une erreur. Et c’est seulement après quelques années qu’ils se résigneront à l’idée que cela est irréversible.

Un vote référendaire favorable à l’indépendance n’aura pas pour effet de suspendre l’application de la Canadian Constitution de 1982. Celle-ci continuera donc d’être en vigueur au Québec aux lendemains de la victoire du ‘Oui’.

À mon avis, elle devrait même continuer de s’appliquer quelques années après l’accession du Québec à l’indépendance.

C’est seulement lorsque les ‘revanchards’ se seront généralement ralliés à l’idée d’un Québec souverain qu’ils accepteront de participer à la rédaction d’un nouveau texte constitutionnel.

Or il est souhaitable que la rédaction d’une constitution pour le Québec soit un chantier auquel tous seront invités et que ce chantier devienne un moyen d’unir la Nation derrière un projet commun.

Construire un pays sur des bases démocratiques

La Canadian Constitution de 1982 est une loi ethnique. Elle fut adoptée par une ethnie (le Canada anglais) sur le dos d’une autre ethnie (nous). Et ce, après une ultime séance de négociation à laquelle le Québec n’était même pas invité.

Aux États-Unis, on voit mal les États du Nord adopter une constitution sans les États sudistes. De la même manière, au Royaume-Uni, on imagine mal les lords anglais adopter une constitution sans les Écossais, les Gallois et les habitants de l’Ulster.

Pourtant, le Canada est régi par une constitution portant la tache indélébile de l’illégitimité de sa naissance.

Le Québec peut et doit faire mieux.

Référence : Hivon propose une assemblée constituante

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix Leica 42,5mm F/1,2 — 1/100 sec. — F/1,2 — ISO 500 — 42,5 mm

Une constitution préréférendaire : la charrue avant les bœufs
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Politique | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le Color Me Rad 2016 de Montréal

23 mai 2016

 

 
À l’issue d’une course à pied de 5km, Color Me Rad 5K organise une danse à laquelle sont invités les coureurs et toutes les personnes qui acceptent de se joindre à eux.

Cet évènement est inspiré de la fête de l’équinoxe du printemps en Inde.

Des courses Color Me Rad 5K ont lieu dans toutes les grandes villes occidentales. Le dimanche 22 mai 2016, c’était au tour de Montréal de recevoir cet évènement.

À cette occasion, les coureurs reçoivent des pochettes d’amidon coloré dont ils font jaillir le contenu au signal d’un animateur. Au fur et à mesure de cette matinée dansante, celui-ci lance à l’assistance de nouvelles pochettes.

J’en ai profité pour y prendre quelques photos. Ce qui m’a surpris, c’est l’aisance des gens devant l’appareil photo. Tous ont accepté mon invitation.

Je devais publier ces photos individuellement. Mais je me suis retrouvé avec une trentaine de photos, d’où l’idée de les réunir sous forme de diaporama.

Plus qu’un diaporama, voici un portrait d’une partie de la jeunesse de notre temps… 😉

Note : les personnes intéressées à obtenir une photo sur laquelle elles sont représentées n’ont qu’à en faire la demande en réponse à ce texte. Ne mentionnez pas votre adresse de courriel: il suffit de préciser qu’il s’agit de la photo à X minutes et Y secondes dans le diaporama. Je publierai cette photo à la suite de votre demande.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs PanLeica 42,5 mm F/1,2 (23 photos) et M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (16 photos).

Le Color Me Rad 2016 de Montréal
Votre évaluation :

2 commentaires

| Culture | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Fin de la saison des tulipes

22 mai 2016
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Ces jours-ci au Jardin botanique, les tulipes monochromes se relaient dans les platebandes. Grâce aux soins des jardiniers, les tulipes jaunes et orange ont cédé leur place aux rouges tandis que les mauves atteignent leur apogée.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif Helios 85mm F/1,5 (2e, 3e, 4e et 7e photos), et Helios 85mm F/1,5 + multiplicateur de focale M.Zuiko MC-14 (1re, 5e et 6e photos)
1re photo : 1/1600 sec. — F/2,1 — ISO 200 — 119 mm
2e  photo : 1/4000 sec. — F/1,5 — ISO 160 — 85 mm
3e  photo : 1/4000 sec. — F/1,5 — ISO 200 — 85 mm
4e  photo : 1/4000 sec. — F/1,5 — ISO 200 — 85 mm
5e  photo : 1/1000 sec. — F/2,1 — ISO 200 — 119 mm
6e  photo : 1/4000 sec. — F/2,1 — ISO 200 — 119 mm
7e  photo : 1/3200 sec. — F/1,5 — ISO 200 — 85 mm

Fin de la saison des tulipes
5 (100%) 1 vote

Laissez un commentaire »

| Botanique, Fleurs, Nature | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Quelques tulipes

21 mai 2016
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Sur ce blogue, les photos sont habituellement publiées à l’italienne, c’est-à-dire en format plus large que haut. En anglais, on dirait qu’elles sont ‘en mode paysage’.

Malheureusement, certains sujets tout en hauteur — c’est le cas des tulipes — se prêtent mieux à être photographiées à la française, c’est-à-dire ‘en mode portrait’.

Voilà pourquoi j’aime utiliser l’objectif Helios 85mm. À ouverture maximale, celui-ci crée des distorsions spectaculaires de l’arrière-plan qui permettent de meubler le cadre de la photo en lui donnant beaucoup de caractère.

Il s’agit d’une propriété qui est rarement prisée des photographes professionnels. Raison de plus pour l’utiliser, moi qui ne suis qu’un amateur…

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif Helios 85mm F/1,5 (1re, 2e, 3e et 6e photos), et Helios 85mm F/1,5 + multiplicateur de focale M.Zuiko MC-14 (2e et 5e photos)
1re photo : 1/4000 sec. — F/1,5 — ISO 125 — 85 mm
2e  photo : 1/4000 sec. — F/2,1 — ISO 100 — 119 mm
3e  photo : 1/3200 sec. — F/1,5 — ISO 200 — 85 mm
4e  photo : 1/4000 sec. — F/1,5 — ISO 125 — 85 mm
5e  photo : 1/4000 sec. — F/2,1 — ISO 125 — 119 mm
6e  photo : 1/2500 sec. — F/1,5 — ISO 200 — 85 mm

Quelques tulipes
5 (100%) 1 vote

2 commentaires

| Botanique, Fleurs, Nature | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :