La Grande piéride disparate

Face dorsale des ailes
Face ventrale des ailes
De près

Originaire d’Asie, la Grande piéride disparate (Hebomoia glaucippe) est le nom d’un papillon blanc dont le bout des ailes antérieures est orange. C’est pourquoi on l’appelle Great Orange Tip en anglais.

La face ventrale des ailes possède l’aspect d’une feuille blanche qui se serait salie.

Son envergure est de 9 à 10 cm.

Ses antennes sont relativement droites et s’épaississent en s’éloignant du corps : leur extrémité est très pâle.

Si le cou et la tête sont couverts de courts poils beiges, le thorax est recouvert de soyeux poils blancs. L’abdomen nu est blanc.

On trouve ce papillon dans une grande variété d’habitats, de la broussaille des prairies arides de l’Inde aux forêts pluvieuses de Bornéo. Sa distribution comprend une bonne partie du Sud-est asiatique.

Les ailes de ce papillon contiennent un peptide toxique (la glacontryphane-M), ce qui le protège de certains prédateurs. On ignore la provenance de ce poison puisque sa chenille ne se nourrit pas de plantes toxiques, comme c’est le cas d’autres papillons.

Exemple de polymorphisme (ces losanges près du bord des ailes postérieures)

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 40-150 mm F/2,8 + multiplicateur de focale MC-14 (1re photo) et M.Zuiko 60 mm Macro F/2,8 (les autres photos)
1re photo : 1/1250 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 210 mm
2e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 500 — 60 mm
3e  photo : 1/500 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 60 mm
4e  photo : 1/125 sec. — F/7,1 — ISO 400 — 60 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés aux papillons, veuillez cliquer sur ceci

La Grande piéride disparate
Votre évaluation :

2 commentaires à La Grande piéride disparate

  1. sandy39 dit :

    UN PAPILLON… UN POISON…

    Pour une fois que je trouve ennuyeux ces Papillons… peut-être à cause de leurs yeux ? Peut-être à cause du Bleu ?

    Et en plus s’il a l’aspect d’une feuille morte remplie de poison… alors, je renonce à ce Bleu non joyeux !

  2. Francine M. dit :

    Qu’il soit toxique ou non ne change rien à sa beauté, je ne le mangerais certainement pas, hihihi. J’adore votre photo “de près”. J’aimerais avoir votre talent de photographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :