Le Groupe de Beaver Hall (4e partie)

Scénographie de la quatrième salle
Devant Les Immigrantes de Prudence Heward (1928)

Ville la plus populeuse du Canada jusque vers 1960, Montréal est le ‘Paris’ de l’Amérique du Nord dans les années 1920.

L’offre culturelle — cinémas, cabarets, club de jazz, salles de concert — y est extrêmement variée et l’ouverture d’esprit des habitants incitent les impresarios à y présenter des spectacles novateurs et de qualité.

De plus, la prohibition américaine, en vigueur de 1919 à 1933, incite de nombreux Américains fortunés à venir s’amuser dans la métropole.

Au Musée des Beaux-Arts de Montréal, la quatrième salle de l’exposition consacrée au Groupe de Beaver Hall avait pour sujet principal la vie culturelle de Montréal dans les années 1920.

Portrait de Frances Holgate de Lilias Torrance-Newton (vers 1920-5)

Élève puis épouse du directeur de l’Art Association of Montreal, Lilias Torrance-Newton est l’une des dix membres féminines du Groupe de Beaver Hall.

Elle peint ici Frances Holgate, épouse d’Edwin Holgate.

Miss Mary Macintosh de Randolf-Stanley Newton (1924 ou avant)

Époux de Lilias Torrance-Newton, Randolf-Stanley Newton est également membre du Groupe de Beaver Hall.

Il représente ici Mary Mactintosh, une élève de l’Art Association of Montreal qui participera aux expositions du groupe.

Portrait de Jean Chauvin d’Edwin Holgate (1933)

Jean Chauvin était un des plus brillants critiques d’art de la métropole. Ses sympathies modernistes le disposaient favorablement à de nombreux peintres qui avaient été membres du groupe.

Au Théâtre de Prudence Heward (1928)

Cette toile représente de dos deux jeunes femmes assises dans une salle de spectacle qui se détachent sur un arrière-plan formé de spectateurs rendus de façon plus abstraite.

Au premier plan, un châle bleu posé négligemment sur un dossier en velours rouge vient élargir la gamme chromatique de l’ensemble, dominé incontestablement par l’éclat des chairs féminines.

Cette composition vigoureuse, une des plus réussies dans toute l’œuvre de Prudence Heward, a fait l’objet d’un timbre canadien émis en 2010 en 220 000 exemplaires.

Suzy d’Edwin Holgate (1923)

Représentée deux ans plus tôt dans une composition plus conventionnelle, cette Suzie est cette fois-ci cadrée de près, dans une composition en diagonale parfaitement équilibrée en dépit de son asymétrie.

Flapper d’Henri Hébert (1927)
Danseuse au repos d’Henri Hébert (1926)

Frère du seul peintre francophone du Groupe de Beaver Hall, Henri Hébert fut sculpteur, tout comme son père. On doit à ce dernier une bonne partie des sculptures qui ornent la façade du parlement de Québec.

Sans avoir la carrière remarquable de son père dans la sculpture de monuments, Henri Hébert réalisa des œuvres de style Art déco qui révolutionnèrent la sculpture québécoise, jusque là dominée par le régionalisme et l’académisme.

Le Soulier d’André Biéler (1931)

Élève du peintre nabi Maurice Denis à l’académie Ranson, le peinte canadien d’origine suisse Henri Biéler rend ici hommage à son maitre par le choix des teintes pastel.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (1re photo), M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (2e photo), Voigtländer 17,5 mm F/0,95 (8e photo), et PanLeica 25 mm F/1,4 (les autres photos)
 1re photo : 1/50 sec. — F/2,8 — ISO 6400 — 7 mm
 2e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 6400 — 40 mm
 3e  photo : 1/60 sec. — F/1,4 — ISO 1000 — 25 mm
 4e  photo : 1/60 sec. — F/1,4 — ISO 500 — 25 mm
 5e  photo : 1/60 sec. — F/1,4 — ISO 1250 — 25 mm
 6e  photo : 1/60 sec. — F/1,4 — ISO 800 — 25 mm
 7e  photo : 1/60 sec. — F/1,4 — ISO 500 — 25 mm
 8e  photo : 1/100 sec. — F/0,95 — ISO 3200 — 17,5 mm
 9e  photo : 1/60 sec. — F/1,4 — ISO 640 — 25 mm
10e photo : 1/60 sec. — F/1,4 — ISO 500 — 25 mm


Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Groupe de Beaver Hall, veuillez cliquer sur ceci

Le Groupe de Beaver Hall (4e partie)
Votre évaluation :

Un commentaire à Le Groupe de Beaver Hall (4e partie)

  1. sandy39 dit :

    UN ECLAT, UN EQUILIBRE, UNE COMPOSITION, UNE CULTURE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :