Éclat et obscurité

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Pour le visiteur qui désire photographier les habitants d’un pays, Cuba a ceci de particulier; les gens y aiment se faire prendre en photo.

Partout ailleurs en Occident, les citoyens sont de plus en plus soucieux de leur image publique. Souvent ils sont les vedettes de leur page Facebook : et comme les idoles de la musique pop, ils veulent contrôler la diffusion des images qu’on prend d’eux.

Pas à Cuba. Coupés jusqu’à tout récemment du reste du monde, les Cubains voyaient dans l’appareil photo du visiteur, le moyen d’accéder à une célébrité relative, possiblement limité à son cercle de parents et d’amis invités à visionner ses photos de voyage ou, qui sait, au monde entier.

C’est ainsi que sur la rue Monserrate de La Havane, cette fillette m’a arrêté afin que je la photographie.

Et comme il m’arrive parfois d’expérimenter différentes choses à l’ordinateur pour rien, simplement pour m’amuser, voici récemment ce que cela a donné.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35mm F/2,8 — 1/80 sec. — F/3,2 — ISO 200 — 25 mm


Voir aussi :
Liste des diaporamas du premier voyage à La Havane
Liste des diaporamas du second voyage à La Havane

Éclat et obscurité
Votre évaluation :

Un commentaire à Éclat et obscurité

  1. sandy39 dit :

    UN JOUR… UNE IMAGE…

    Sur une rue, en un clic, sur un regard, dessine-moi un sourire !

    UN JOUR… UN VISAGE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :