Deuxième voyage à Paris : jour 24

En dépit de toute la préparation en vue de ce voyage, le choix que je fais le matin — ici même à Paris — de l’arrondissement à visiter au cours de la journée dépend de critères souvent très subjectifs.

Aujourd’hui, il fait beau. Le temps était ensoleillé au début de mon séjour mais depuis plus de dix jours, c’est du temps gris.

Donc je choisis de visiter le Bois de Boulogne. Je n’y suis jamais allé et j’ai envie de le visiter depuis des jours.

Oui, je sais, c’est un parc de 856 hectares, mais je marche vite et je devrais trouver moyen d’aller à l’essentiel.

De plus, comme c’est un parc, au lieu de transporter tous mes objectifs photographiques dans les poches d’une veste, je peux enfin utiliser le sac à dos que j’ai expressément acheté à cette fin et que j’ai sous-utilisé jusqu’ici en raison des mesures de sécurité appliquées partout.

Au sortir de l’hôtel, je me prends un Sub15 chez Subway que je mange en route.

Après avoir pris le métro jusqu’à la station Porte Maillot, je traverse le Square Alexandre-et-René-Parodie où les citoyens parisiens ont accès à l’internet par Wi-Fi gratuitement.

Devant les miroirs déformants à l’entrée du Jardin de l’acclimatation

Au nord-est du Bois de Boulogne, je rencontre le Jardin de l’acclimatation.

Dans le guide Paris, le routard, on est censé rencontrer d’abord la Fondation Louis-Vuitton pour l’Art contemporain, que je cherche en vain.

Au guichet du Jardin de l’acclimatation, on m’apprend que c’est l’inverse; le musée est situé un peu plus loin sur l’avenue du Mahatma-Gandhi. De plus, il est préférable de débuter la visite par le musée puisque son prix d’entrée (14 euros ou 21$) donne droit également à la visite du Jardin de l’acclimatation.

Une petite marche de dix minutes permet d’arriver à l’édifice de la fondation.

Quel choc !

Fondation Louis-Vuitton pour l’Art contemporain

Ce musée d’Art contemporain est tout simplement extraordinaire. Créé par l’américain d’origine canadienne Frank Gehry — un des plus importants architectes actuels — l’édifice est une splendeur.

Sur les terrasses

Durant la saison froide, on évitera de laisser ses vêtements chauds au vestiaire puisque la vue des terrasses extérieures des 3e et 4e étages est un des moments forts de la visite. On s’y voit entouré du Bois de Boulogne. On se croirait ailleurs, à bord d’un grand voilier qui navigue sur un océan de verdure.

Ce musée abrite une collection d’installations et de vidéos. Les 90 minutes que j’y ai passées ont été un enchantement.

Puis je visite le Jardin de l’acclimatation d’ouest en est. Créé en 1860, il s’agit d’un parc d’attractions et d’un jardin zoologique (hébergeant 130 mammifères et 200 oiseaux). Il fut le premier parc de loisirs créé en France.

Plaisir familial
Plaisir familial

Il offre tout pour émerveiller les enfants.

Pensionnaires du Jardin de l’acclimatation
Grue couronnée grise (Balearica pavonina)

De retour dans mon arrondissement, je prends le repas du soir dans un restaurant asiatique (Sushi Wasabi situé au 93 Sébastopol) où je commande (pour 9,3 euros ou 14$) une soupe-repas avec raviolis et crevettes, précédée de trois raviolis cuits à la vapeur et suivie d’une salade de fruits.

Devant Les Têtes brûlées

Sur mon chemin vers l’hôtel, je passe devant le restaurant Les Têtes brûlées où la retransmission du match de rugby opposant l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande suscite beaucoup d’intérêt.

Finalement, je rentre à l’hôtel pour la nuit. Et dire que je croyais visiter tout le Bois de Boulogne en un jour…

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, hypergone 8 mm F/1,8 (2e photo), objectifs M.Zuiko 75 mm F/1,8 (4e photo) et M.Zuiko 12-40 mm (les autres photos)
1re photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 20 mm
2e  photo : 1/4000 sec. — F/1,8 — ISO 100 — 8 mm
3e  photo : 1/4000 sec. — F/2,8 — ISO 100 — 12 mm
4e  photo : 1/2000 sec. — F/1,8 — ISO 200 — 75 mm
5e  photo : 1/200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 35 mm
6e  photo : 1/200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
7e  photo : 1/125 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
8e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 320 — 12 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à Paris, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Deuxième voyage à Paris : jour 24
Votre évaluation :

Un commentaire à Deuxième voyage à Paris : jour 24

  1. sandy39 dit :

    POUR UNE VIREE AU PARC AVEC SAC A DOS…

    Le guide du Routard : il ne faut pas s’y fier ! Enfin, faut pas tout programmer, il faut laisser place, aussi, aux imprévus de la Vie… et, en plus, vous marchez vite…

    A la Fondation Louis Vuitton, vous avez mis le pied dans l’Extraordinaire… sans Moi, en plus ! Waouh !

    Qui dit grand voilier dit Liberté !

    Au Jardin, on visite, aussi, le Zoo, avant de souper asiatique, sans vous préoccuper du match…

    Enfin, une bonne nuit de sommeil s’annonçait : il est si grand…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :