Les hémérocalles

Hémérocalle ‘Mt Vernon’
Hémérocalle ‘Gala Greetings’
Vue arrière de l’Hémérocalle ‘Gala Greetings’
Hémérocalle ‘Pink Charm’
Amateur d’hémérocalle
Hémérocalle ‘Skies Ablaze’

Les fleurs en trompette de l’hémérocalle durent rarement plus d’une journée. Elles ressemblent à des fleurs de lis.

Comme elles (et bien d’autres fleurs), celles de l’hémérocalle sont composées de trois pétales et de trois sépales traversés par une nervure centrale. Elles ont six étamines et un pistil.

Si les fleurs d’hémérocalle et de lis se ressemblent, les plantes elles-mêmes sont très différentes.

Aspect d’un plan d’hémérocalle

Linéaire, la feuille de l’hémérocalle pousse arqué vers le sol. Au-dessus du feuillage se dressent les tiges florales qui peuvent atteindre 1,7m de hauteur et porter jusqu’à cinquante fleurs qui s’épanouissent les unes après les autres.

Aspect de plusieurs lis

Par contre, le bulbe du lis donne naissance à une tige unique garnie de feuilles disposées en spirale ou en verticille. Cette tige se termine par une ou plusieurs fleurs groupées en bouquets terminaux.

Les lis orangés qui poussent à l’état sauvage le long de nos routes de campagnes sont en réalité des spécimens d’Hémérocalle fauve (une espèce très envahissante).

On compte plus de 60 000 variétés d’hémérocalle. Ces plantes sont comestibles, des fleurs aux racines. Si vous êtes perdus et affamés sur une route de campagne au Québec, vous savez maintenant quoi manger…

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs Lumix Leica 42,5 mm F/1,2 + filtre Hoya à densité neutre ND8 (les deux dernières photos), M.Zuiko 75 mm F/1,8 (la 3e photo) et M.Zuiko 40-150 mm F/2,8 (les autres photos)
1re photo : 1/200 sec. — F/7,1 — ISO 200 — 70 mm
2e  photo : 1/320 sec. — F/5,0 — ISO 320 — 150 mm
3e  photo : 1/400 sec. — F/1,8 — ISO 200 — 75 mm
4e  photo : 1/800 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 115 mm
5e  photo : 1/640 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 150 mm
6e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 150 mm
7e  photo : 1/2000 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 42,5 mm
8e  photo : 1/500 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 42,5 mm

Les hémérocalles
Votre évaluation :

2 commentaires à Les hémérocalles

  1. Pierre Pinsonnault dit :

    Fleurs étudiées et travaillées hors de l’ordinaire que ces hémérocalles! Ce qui justifie qu’on s’y intéresse un tant soit peu.

    Encore un hasard, M. Martel, que le sujet de votre article coincide avec un article reçu hier de mon côté, un peu triste cependant, annonçant la fermeture des «Jardins d’Emmarocalles» que j’ai fait visiter à deux amis de France qui en ont été ébahis, à dix kilomètres seulement de chez moi, le 7 juillet dernier. Voici l’article:

    Les propriétaires Michel Tardif et Mireille Albert annoncent la fermeture définitive des Jardins d’Emmarocalles, après onze années consacrées à ce projet. « Il est temps pour nous de passer à autre chose, d’avoir du temps pour s’occuper de nous, de la famille et des amis, et d’avoir des activités de loisirs. Nous garderons toujours précieusement le souvenir des belles rencontres que nous avons faites ici. Nous remercions tous ceux et celles qui nous ont appuyés dans cette merveilleuse aventure et nous espérons avoir la chance de vous rencontrer avant la fermeture. »

    Renseignements sur les jardins :

    Michel Tardif et Mireille Albert, autodidactes et passionnés d’horticulture, ont acheté une vieille ferme abandonnée en 2005 dans le but de créer un jardin qui présenterait un grand nombre de vivaces AVEC COMME FLEUR VEDETTE L’HÉMÉROCALLE. Ils ont ouvert la pépinière en 2007 et les jardins publics en 2008. Uniques en Outaouais, Les Jardins d’Emmarocalles ont permis aux visiteurs d’admirer plus de 1500 CULTIVARS D’HÉMÉROCALLES et plus de 1,000 variétés de vivaces et arbustes dans des jardins thématiques. Le jardin est devenu jardin officiel de démonstration de la société américaine des hémérocalles en 2012 (American Hemerocallis Society). En 2013, les jardins ont été lauréats régionaux des Grands Prix du tourisme de l’Outaouais et ont inauguré le Centre d’interprétation de l’hémérocalle. Des milliers de personnes ont visité les jardins, seuls, en couples ou en groupes, notamment des Sociétés d’horticulture québécoises et ontariennes, des groupes de retraités, des membres d’organismes, des visiteurs et excursionnistes de la région de Gatineau-Ottawa, d’ailleurs au Québec et en Ontario ainsi que des touristes de l’étranger. Au fil des ans, les jardins ont exposé des œuvres d’artistes en arts visuels et présenté des spectacles, dont Shawn Phillips et le choeur floral sous la direction de Claire Isabelle Poirier, et chaque année pendant six ans, près d’un millier de personnes sont venues rencontrer les producteurs et artisans locaux dans les jardins lors de la fête champêtre « Hémérocalles en fête ».

    Détails de ces jardins : http://www.jardinsdemmarocalles.com/Page.php?ID=4&Lang=1

  2. sandy39 dit :

    C’était le début d’une jolie série de Couleurs d’Automne : rouge, orange, brique.

    Vous avez eu peur d’être ennuyeux pendant deux semaines !

    C’est moi qui aie eu un peu l’ennui… même si je ne me nourris pas des ces plantes mais, plutôt, de jolis bouquets de mots qu’on emmêle et qu’on démêle.

    Bref, des Couleurs qui m’enveloppent, comme un pull-over et, qui savent accueillir…

    Quel souffle de Vie !

    Pierre sait toujours faire de jolis récits quand il apporte de bonnes précisions, suite à ses recherches.

    Et Moi, avec mon bouquet, je veux bien continuer à apporter ma Fleur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :