Benjamin-Constant au MBAM

Pavillon Jean-Noël Desmarais du MBAM
Devant « Intérieur de harem au Maroc » (1878)
Devant « Portrait d’Emma Calvé » (1898)
Aperçu de la deuxième salle de l’exposition
Devant « La Mort de Cléopâtre » (1874) de Jean-André Rixens
Aperçu de la troisième salle de l’exposition
« Les Soldats du pacha » (vers 1880)
« Les Derniers rebelles, scène d’histoire marocaine » (vers 1880)
Devant « Le Lendemain d’une victoire à l’Alhambra » (1882)

Depuis le 31 janvier et ce, jusqu’au 31 mai 2015, le Musée des Beaux-Arts de Montréal (MBAM) présente la première grande exposition canadienne sur l’orientalisme. Celle-ci est centrée sur un ses plus célèbres représentants, soit Jean-Joseph Benjamin-Constant (1845-1902).

Dans le cadre de cette exposition, la production orientaliste de Benjamin-Constant est complétée par quelques portraits et des toiles historiques, d’inspiration byzantine ou biblique.

Cet événement est organisé par le MBAM, de concert avec le Musée des Augustins de Toulouse (une ville où le peintre vécut une vingtaine d’années). Sur la cinquantaine de toiles de Benjamin-Constant, treize viennent de Toulouse et quatre de Montréal.

À Montréal, il était défendu de photographier la toile Les Derniers rebelles, scène d’histoire marocaine (l’avant-dernière photo). L’œuvre fut donc photographiée quelques mois plus tard au Musée d’Orsay, où il est permis de le faire.

En peinture, l’orientalisme n’est pas un mouvement artistique mais plutôt un thème qui, au XIXe siècle, a inspiré plusieurs artistes de styles différents. L’Orient dont il est question dans cette exposition est celui de l’Espagne mauresque, du Maroc et de l’Algérie, principalement.

Ce sont les campagnes napoléoniennes en Égypte en 1798 et la conquête française de l’Algérie en 1830 qui ont déclenché l’intérêt pour l’histoire et la culture des peuples de ces pays.

Les peintres orientalistes ne se sont pas donné le mandat de réaliser une œuvre ethnographique. Ils ont plutôt représenté un Orient fantasmé, lieu de plaisir et de cruauté où, entre autres, les femmes passent leurs journées étendues mi-nues sur des coussins et des étoffes précieuses quand elles ne sont pas entre elles au bain.

Les toiles sont peintes dans les studios des artistes, souvent des années après les croquis qu’ils ont réalisés sur place. Les couleurs sont empruntées aux objets rapportés de leurs séjours. Quant aux femmes, ce sont des Européennes qui ont accepté de poser pour eux.

L’orientalisme a donné un nouveau souffle à l’académisme pictural en lui insufflant de nouveaux thèmes.

Bien des décennies plus tard, les peintres orientalistes ont été accusés d’avoir occulté la violence du colonialisme derrière la splendeur et le pittoresque de leurs représentations.

Ce discrédit a fait en sorte que certaines des toiles de Benjamin-Constant ont été retrouvées enroulées dans des voûtes de musées et sont donc vues pour la première fois depuis des décennies.

Les deux musées organisateurs se sont engagés auprès des prêteurs à restaurer les œuvres qui auraient besoin. Cela permet aux visiteurs de cette exposition de les voir dans leur splendeur originelle. Or Benjamin-Constant est un peintre flamboyant, doté d’une palette éclatante.

Le format de ses toiles indique pour qui ces oeuvres étaient conçues; celles de taille monumentale ont été peintes dans le but d’éclipser leurs rivales à des expositions ou dans l’espoir d’être achetées par des musées ou de décorer les vastes demeures de riches collectionneurs.

En plus de son talent de coloriste, le peintre est un maitre dans la composition de l’image, toujours équilibrée dans l’asymétrie. C’est un peintre décoratif dont l’oeuvre magistrale suscite toutefois peu d’émotion au-delà du caractère spectaculaire de ce qui est représenté.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (les 4 premières photos), Lumix 7-14 mm F/4,0 (la 6e photo), PanLeica 25 mm F/1,4 (8e photo) et Voigtländer 17,5 mm F/0,95 (les autres photos)
1re photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
2e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 23 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 22 mm
4e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 3200 — 12 mm
5e  photo : 1/125 sec. — F/0,95? — ISO 250 — 17,5 mm
6e  photo : 1/80 sec. — F/4,0 — ISO 800 — 7 mm
7e  photo : 1/100 sec. — F/2,8? — ISO 500 — 17,5 mm
8e  photo : 1/80 sec. — F/1,4 — ISO 200 — 25 mm
9e  photo : 1/100 sec. — F/2,8? — ISO 1000 — 17,5 mm

Benjamin-Constant au MBAM
Votre évaluation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :