Rencontre avec deux candidats à la chefferie du PQ

Dans le cadre de la course à la chefferie du Parti Québécois, cette formation politique organise deux types de rencontres.

Premièrement, il y a des débats contradictoires — qui font salles combles — et qui permettent de comparer les cinq candidats entre eux. Ces face-à-face sont aussi diffusés en temps réel sur l’internet.

Deuxièmement, on organise des rencontres régionales — réunissant quelques dizaines de personnes — qui permettent à chaque candidat de présenter son programme électoral aux sympathisants de l’endroit, et de répondre à leurs questions.

Implicitement, en choisissant un chef, les membres du Parti québécois adopteront les mesures proposées par ce candidat. Certains d’entre eux ont un programme détaillé : chez d’autres, c’est plus sommaire.

J’étais disponible pour deux de ces rencontres.

Prévues pour débuter à 19h, celles-ci commencent avec vingt minutes de retard. Le conférencier fait d’abord un exposé d’une vingtaine de minutes. Suivent des questions préparées par l’exécutif régional du PQ (et qui sont les mêmes posées à chaque aspirant à la chefferie). Des représentants de l’aile jeunesse posent ensuite les leurs et finalement le public est invité à poser les siennes. Le tout se termine vers 21h.

Alexandre Cloutier

La première des rencontres auxquelles j’ai assisté, le 22 mars 2015, mettait en vedette Alexandre Cloutier.

Âgé de 37 ans, ce spécialiste en droit constitutionnel a occupé des fonctions ministérielles sous le bref gouvernement de Pauline Marois, principalement à titre de ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes.

À ses apparitions télévisées, ce ministre m’a toujours semblé superficiel.

Au contraire, la rencontre avec M. Cloutier permet de découvrir un politicien remarquablement compétent. En effet, M. Cloutier semble avoir pris connaissance de tous les rapports et études qui concernent les affaires de l’État.

Le discours qu’il tient est positif, dit d’un ton rassurant. Et le programme qu’il défend est particulièrement bien étoffé. Toutefois, presque toutes les mesures qu’il propose sont réalisables dans le cadre constitutionnel canadien.

Martine Ouellet

Lundi soir dernier, c’était l’occasion d’entendre Martine Ouellet, la seule femme de cette course à la chefferie.

Âgée de 45 ans, Mme Ouellette est ingénieure mécanique et possède une longue expérience au sein d’Hydro-Québec où elle a occupé brillamment différentes fonctions supérieures.

Elle fut ministre des Ressources naturelles dans le bref gouvernement de Pauline Marois. On lui doit la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-II, non rentable, dont la réfection aurait coûté 4,3 milliards$ aux contribuables québécois.

Lundi dernier, le discours de Mme Ouellet soulignait que les investissements structurants du gouvernement canadien s’effectuent presque toujours dans les provinces anglophones du pays.

Contribuant à hauteur de 42 milliards$ des revenus du fédéral, le Québec paie pour ces emplois créés ailleurs et ne reçoit que le prix de consolation qu’est la péréquation canadienne.

Mme Ouellet croit que le PQ doit recentrer son message sur la sociale Démocratie et sur la promotion de l’indépendance.

Avec un PIB par habitant plus élevé qu’en Grande-Bretagne, le Québec est suffisamment riche pour devenir un pays autonome, selon Mme Ouellet.

Se sentant de moins en moins chez elle dans le pétroÉtat militariste canadien, Mme Ouelllet souhaite que dès son premier mandat péquiste, un gouvernement péquiste procède à un référendum sur l’indépendance du Québec.

Conclusion

Lorsque des personnes occupent des fonctions ministérielles, il est presque impossible de les rencontrer sauf lors des soirées de collecte de fonds dont de prix d’entrée est hors de portée du modeste citoyen.

Ces rencontres régionales, gratuites et ouvertes à tous, permettent d’évaluer les qualités personnelles de futurs dirigeants politiques et de leur faire des représentations informelles.

Il existe des personnes remarquables dans tous les partis politiques. Parce qu’ils sont en mode séduction, ceux du PQ sont présentement les plus accessibles. C’est une occasion pour ceux qui, comme moi, s’intéressent aux affaires publiques.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs PanLeica 42,5 mm F/1,2 (1re photo) et M.Zuiko 12-40 mm (2e photo)
1re photo : 1/100 sec. — F/1,2 — ISO 400 — 42,5 mm
2e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 40 mm

Rencontre avec deux candidats à la chefferie du PQ
Votre évaluation :

Un commentaire à Rencontre avec deux candidats à la chefferie du PQ

  1. sandy39 dit :

    Donc, deux Rendez-vous qui vous ont plu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :