Le Papillon de verre

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Avec son envergure de 5 à 6 cm, le plus petit papillon présenté dans le cadre de l’événement « Papillons en liberté » au Jardin botanique est le Papillon de verre (ou Greta oto).

Depuis plusieurs années, j’espère toujours voir ce papillon les ailes déployées. En vain.

Je me suis donc résigné à publier les meilleures photos que j’ai de lui. Je vous invite à cliquer sur celle-ci afin d’accéder à sa version à haute résolution et apprécier les extraordinaires reflets des ailes lorsqu’elles réfléchissent la lumière.

D’une envergure de 5,6 à 6,1 cm, le Papillon de verre habite les forêts humides du centre de l’Amérique, du Mexique au Panama.

Il tire son nom du fait qu’entre leurs veines, les ailes sont transparentes. Leurs bordures opaques sont brunes, parfois teintées de rouge ou d’orange

Adulte, le papillon se nourrit du nectar de Lanata, de Composées et de Boraginacées. Toutefois c’est sur les feuilles de Jasmin de nuit (ou Cestrum nocturnum) — une plante toxique très répandue — qu’il pond ses oeufs.

Ses chenilles s’en nourrissent et en accumulent les toxines. Cela les rend elles-mêmes toxiques, leur permettant ainsi d’échapper aux prédateurs.

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 60 mm Macro F/2,8 (2e photo) et M.Zuiko 40-150 mm F/2,8 + multiplicateur de focale MC-14 (les autres photos)
1re photo : 1/320 sec. — F/6,3 — ISO 250 — 140 mm
2e  photo : 1/160 sec. — F/5,6 — ISO 1600 — 60 mm
3e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 1000 — 210 mm
4e  photo : 1/250 sec. — F/7,1 — ISO 200 — 210 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés aux papillons, veuillez cliquer sur ceci

Le Papillon de verre
2.3 (45.56%) 18 votes

Un commentaire à Le Papillon de verre

  1. sandy39 dit :

    TOUTE UNE LIBERTE POUR UNE VERSION…

    Où sa structure génétique change lors de sa transformation !

    Quel beau programme pour ce Papillon, d’Amérique Centrale !

    Mais, de verre… si fragile…, je lui briserais les ailes, si je venais à l’attraper car je suis si maladroite…

    Alors, non, je ne le saisirai point. Un point, c’est tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :