Deux accessoires féminins photogéniques

30 avril 2015
Broche « Cocoon » (2007)

La joaillière Barbara Cohen est née à Montréal à 1951.

Exposée au Musée des Beaux-Arts de Montréal, sa broche est faite d’or, de cocons de ver à soie peints, de fourrure de castor et d’aimants.

Souliers « Izabella Onynx Bouquet » (2015)

À proximité du musée, les vitrines d’Holt Renfrew proposaient aux passantes ces souliers italiens de marque Ron White, au prix de 475$.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
1re photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 500 — 19 mm
2e  photo : 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 25 mm

Deux accessoires féminins photogéniques
Votre évaluation :

Un commentaire

| Bijouterie | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le Muscari

28 avril 2015
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Originaires de la région méditerranéenne et d’Asie Mineure, les muscaris sont des plantes qui forment au printemps des grappes à clochettes.

Ces grappes atteignent une hauteur de 10 cm à 60 cm. Leurs clochettes ovoïdes ont une ouverture dentelée et généralement étroite.

Selon l’une ou l’autre de leur trentaine d’espèces, leurs fleurs peuvent être bleu vif, bleu pâle, jaune pâle ou blanches. Certaines sont parfumées d’une odeur musquée, d’où leur nom.

Vivaces, ces plantes sont non-toxiques; en Italie, leur bulbe est consommé.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 60mm Macro F/2,8
1re photo : 1/160 sec. — F/5,0 — ISO 640 — 60 mm
2e  photo : 1/125 sec. — F/5,0 — ISO 800 — 60 mm

Le Muscari
Votre évaluation :

Un commentaire

| Botanique, Fleurs | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les chauvesouris et la démangeaison mortelle

27 avril 2015

Selon une étude réalisée en 1998 par l’université de Floride, une chauvesouris peut consommer 850 insectes durant ses quatre heures d’activité quotidienne, le soir ou la nuit.

Même s’ils volent, les chauvesouris ne sont pas des oiseaux; ce sont des mammifères.

Si les chauvesouris ne sont actives que le soir ou la nuit, c’est que leur vol — d’une grande vivacité — provoque une très forte dépense énergétique. Leur corps étant poilu, seules leurs ailes peuvent dissiper efficacement cette chaleur. Mais le jour, ce mécanisme est contré par le fait que ces ailes, étant sombres, absorbent facilement la chaleur du soleil, provoquant une surchauffe calorique.

Après les rongeurs, les chauvesouris sont les mammifères qui comptent le plus d’espèces; on en compte près d’un millier de sortes à travers le monde.

Cuba en possède plus d’espèces que tout le reste du continent américain. Le Québec n’en a que huit :
• la Chauvesouris rousse (Lasiurus borealis)
• la Chauvesouris cendrée (Lasiurus cinereus)
• la Chauvesouris argentée (Lasionycteris noctivagans)
• la Chauvesouris pygmée (Myotis leibii)
• la Grande chauvesouris brune (Eptesicus fuscus)
• la Petite chauvesouris brune (Myotis lucifugus)
• la Chauvesouris nordique (Myotis septentrionalis)
• la Pisterelle de l’Est (Perimyotis subflavus)

Les trois premières migrent l’hiver vers le Sud alors que les cinq autres hibernent chez nous.

Celles qui hibernent le font dans leur gîte d’hiver, souvent différent de leur gîte d’été. Ce gîte d’hiver est une cavité sombre sans courant d’air afin de maintenir l’humidité et la température stable. Ce sont des grottes et des mines abandonnées.

La pulsation cardiaque descend alors à moins d’un battement par minute. Leur température corporelle s’abaisse entre 3 et 6 degrés Celsius. Soumis à des courants d’air, les chauvesouris mourraient alors d’hyperthermie.

Depuis quelques années, un nouveau péril les guette : le syndrome du museau blanc. Depuis 2006, cette infection fongique a tué plus de six millions de chauvesouris en Amérique du Nord.

Cette infection est causée par un champignon microscopique dont la prolifération est favorisée par l’humidité qui règne dans les sites d’hibernation des chauvesouris.

Elle s’attaque à la partie nue de leur corps, soit le museau, les pattes et les ailes. La démangeaison qu’elle provoque réveille l’animal qui doit alors faire grimper sa température corporelle de 3 à 32 degrés afin de se gratter. Ces réveils successifs épuisent les réserves caloriques sur lesquels il comptait pour traverser les 200 jours d’hibernation et se rendre jusqu’au printemps.

Les trois dernières espèces de la liste ci-dessus en sont le plus affectées. Leur nombre a diminué de plus de 94%.

La Grande chauvesouris brune, de constitution plus robuste, est décimée dans l’ordre de seulement 30 à 40%.

On estime cette maladie a coûté d’importantes pertes économiques aux producteurs américains de maïs et de coton, obligés d’utiliser plus d’insecticides en raison de la diminution du nombre de chauvesouris.

Références :
Chauves-souris menacées
Chiroptera
La chauve-souris, une ressource mal aimée
Syndrome du nez blanc

Paru depuis : La chauve-souris se meurt au Québec (2015-07-27)


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés au règne animal, veuillez cliquer sur ceci

Les chauvesouris et la démangeaison mortelle
Votre évaluation :

Un commentaire

| Animaux | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le papillon Cobra

25 avril 2015
Face dorsale du papillon
Face ventrale du papillon

D’une envergure de 25 à 30 cm, le papillon Cobra (ou Attacus atlas) est le plus grand papillon de nuit au monde. On l’appelle Cobra parce que le bout pendant de ses ailes antérieures fait penser à la tête d’un serpent, vue de profil.

Sur ses ailes, les taches triangulaires qui semblent être grises sur les photos ci-dessus sont en réalité semi-transparentes.

Les mâles sont moins grands et plus colorés que les femelles.

Antennes du mâle
Antennes de la femelle

Comme c’est habituellement le cas chez les papillons de nuit, les antennes en râteau de ce papillon ont des dents beaucoup plus longues chez le mâle que chez la femelle.

Dans les forêts du Sud-Est asiatique où il habite, on ne voit jamais ce papillon butiner. Cela s’explique par le fait qu’il est incapable de s’alimenter en raison de l’atrophie de son appareil buccal.

Jeûnant depuis la transformation de sa chenille en chrysalide, ce papillon ne connait qu’une brève existence; les mâles vivent environ quatre jours et les femelles, une semaine.

Sa seule activité nocturne est de s’accoupler.

Deux semaines après leur ponte, les oeufs éclosent.

Chenille du papillon Cobra

Particulièrement jolie, la chenille se nourrit de différentes plantes.

Après avoir vécu 35 à 40 jours, la chenille forme une chrysalide qui donnera naissance au papillon un mois plus tard.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 40-150 mm F/2,8 (1re et 2e photos) et M.Zuiko 60 mm Macro F/2,8 (les autres photos)
1re photo : 1/250 sec. — F/2,8 — ISO 400 — 150 mm
2e  photo : 1/200 sec. — F/4,5 — ISO 800 — 106 mm
3e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 1600 — 60 mm
4e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 1600 — 60 mm
5e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 3200 — 60 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés aux papillons, veuillez cliquer sur ceci

Le papillon Cobra
1.1 (22.35%) 34 votes

3 commentaires

| Entomologie | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les joueurs d’échecs

24 avril 2015
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Je marchais dans le quartier de Centro, à La Havane, lorsque j’ai aperçu ces joueurs d’échecs.

Rendu à leur niveau, sans m’arrêter, j’ai ralenti le pas et pris cette photo.

Quelle pièce le joueur de droite est-il en train de jouer ? Est-ce un coup décisif ? J’en doute. Mais la photo, en immobilisant cet instant précis, suggère le contraire.

En post-traitement, mon but a été de faire en sorte que chaque joueur se distingue de l’arrière-fond devant lequel il se trouve. Ce qui fut un défi pour le joueur du centre.

Cette photo a reçu le premier prix au concours People playing board game in the STREET (sepia) — ce qui signifie Photo sépia de participants sur la rue à un jeu de société — concours organisé par la revue électronique DPReview.

La version couleur de cette photo peut être vue à 3:02 dans le diaporama relatif au Nord-est du quartier de Centro.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm — 1/80 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 26 mm

Les joueurs d’échecs
Votre évaluation :

4 commentaires

| Photos de Cuba, Photos de voyage | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Quand l’État québécois finance un terroriste

23 avril 2015
Funérailles de Denis Blanchette

Le 4 septembre 2012, après avoir tué Denis Blanchette et blessé gravement Dave Courage, un homme d’affaires québécois met le feu à une salle de spectacle — le Métropolis — où s’étaient réunis la première ministre du Québec et deux mille de ses sympathisants.

Incapable de poursuivre son carnage en raison de l’enraiement de son arme principale, le tueur est finalement arrêté.

On apprend aujourd’hui que la ministre de la Justice — en tant que procureure générale du Québec — a décidé d’avancer à l’accusé les sommes qui lui seront nécessaires pour sa défense, sommes que celui-ci s’est engagé à rembourser.

En tant que contribuable, je suis scandalisé de découvrir que mon argent puisse servir à avancer au terroriste du Métropolis les sommes qu’il lui faut.

Qualifié affectueusement d’amoureux du Canada à l’âme troublée par un important quotidien fédéraliste, l’accusé peut compter sur de nombreux sympathisants, tout comme Oussama ben Laden possède, hélas, plusieurs admirateurs.

Il est donc plus que probable qu’un appel à l’aide sur les médias sociaux lui permettrait de recueillir toutes les sommes qui lui sont nécessaires.

Or une telle cagnotte est le seul espoir pour un grand oublié — Dave Courage, handicapé à vie — d’obtenir une compensation financière au-delà de la maigre allocation de 48$ par jour que lui verse la CSST pour nourrir sa famille de trois enfants.

En dépit de la promesse du terroriste de rembourser l’État, si cette cause judiciaire devait le mener à la faillite, celle-ci le libérera de toutes ses obligations financières, dont cet engagement.

Il est donc évident que la ministre de la Justice a fait preuve d’une générosité inconvenante en finançant la défense d’un terroriste.

Références :
Attentat du Métropolis
Attentat au Métropolis — Dave Courage poursuit Québec et Spectra
Richard Bain paiera pour sa défense, mais avec l’aide de l’État
Richard Henry Bain: un amoureux du Canada à l’âme troublée

Quand l’État québécois finance un terroriste
Votre évaluation :

Laissez un commentaire »

| Politique québécoise | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


L’auto-inspection des compagnies alimentaires

21 avril 2015

Selon le rapport 2014-2015 de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIM), le gouvernement Harper compte réduire ses dépenses en salubrité des aliments de 11% en 2016-2017, en éliminant l’équivalent de 192 postes à temps plein.

Le gouvernement Harper avait d’abord réduit les effectifs de l’agence jusqu’en 2008. Mais leur nombre avait augmenté de 19% à la suite de l’éclosion de listériose aux installations de la Maple Leaf Foods.

Mais les choses se sont calmées depuis. Conséquemment, l’agence fédérale a réduit la présence des inspecteurs dans les installations de cinq à trois jours par semaine.

Selon Jaquelin Carrier, inspecteur fédéral depuis 38 ans et vice-président régional de l’Est du Québec du syndicat, le gouvernement Harper modifie la réglementation pour transférer des responsabilités de contrôle qualité et de vérification à l’auto-inspection des compagnies.

« Les inspecteurs fédéraux des viandes ne s’occupent plus de la contamination fécale. C’est laissé à la responsabilité de la compagnie. Si je vois passer de la matière fécale sur un coeur ou un foie, je ne peux rien dire. Je ne peux qu’espérer que quelqu’un de la compagnie le voie. Et j’en vois tous les jours ! »

Après le désastre de la dérèglementation du transport ferroviaire, le gouvernement Harper dérèglement maintenant l’inspection des aliments. La suite est prévisible…

Références :
Le Canada réduit ses inspections sur la viande sauf celle destinée à l’exportation, selon un syndicat
Le virage vers l’auto-inspection inquiète

L’auto-inspection des compagnies alimentaires
Votre évaluation :

Un commentaire

| Insalubrité | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le papillon Flambeau

19 avril 2015
Face dorsale du papillon
Face ventrale des ailes
Flambeau butinant
En majesté
De près

D’une envergure de 8,2 à 9,2 cm, le Flambeau (ou Dryas iulia) est un papillon orange qui habite le sud des États-Unis et l’Amérique latine.

On le rencontre dans les milieux ouverts, en lisière des forêts ou au-dessus de la canopée.

Il se caractérise par ses ailes antérieures très allongées, ses longues pattes (les deux premières sont atrophiées), ses grands yeux gris pâle tachetés de noir, et ses longues antennes bien droites.

La face dorsale des ailes est orange (bordée de noir) alors que leur face ventrale est plutôt beige. Mâles et femelles sont identiques sauf que les femelles sont colorées moins intensément.

Il peut vivre de trois à quatre mois, ce qui est exceptionnellement long pour un papillon se nourrissant exclusivement de nectar.

La femelle pond ses oeufs sur des feuilles de passiflore, l’aliment exclusif des chenilles.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 40-150 mm F/2,8 (3e photo), M.Zuiko 40-150 mm F/2,8 + multiplicateur de focale MC-14 (2e et 4e photo) et M.Zuiko 60 mm Macro F/2,8 (les autres photos)
1re photo : 1/125 sec. — F/5,0 — ISO 250 — 60 mm
2e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 800 — 200 mm
3e  photo : 1/400 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 130 mm
4e  photo : 1/250 sec. — F/4,0 — ISO 250 — 210 mm
5e  photo : 1/160 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 60 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés aux papillons, veuillez cliquer sur ceci

Le papillon Flambeau
5 (100%) 1 vote

Un commentaire

| Entomologie | Mots-clés : , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le comédie-club Le Bordel

18 avril 2015

 

Située à l’emplacement — parait-il — d’une ancienne maison close, la salle de spectacle Le Bordel a ouvert ses portes le 10 avril dernier.

Il s’agit d’une salle de petite dimension pouvant accueillir 120 personnes.

À chaque soir du mercredi au samedi, Le Bordel présente une série de cinq numéros présentés par autant de monologuistes, le tout animé par un sixième humoriste.

La durée du spectacle, sans entracte, est de 90 minutes.

Certains des humoristes sont des néophytes qui viennent y acquérir de l’expérience, alors que des personnalités établies du monde de l’humour viennent tester leur nouveau matériel.

Les spectateurs ne savent pas d’avance qui sera en vedette. Hier soir, les humoristes ci-dessus ont présenté leur numéro d’une quinzaine de minutes.

Remarque : Une bonne partie du matériel présenté hier soir racontait des anecdotes inspirées de la vie conjugale. Pourtant, si on examine attentivement les photos ci-dessus (en cliquant sur l’imagette correspondante), un seul des humoristes portait son anneau de mariage : est-ce là ce bon vieux réflexe des maris à retirer leur alliance avant d’aller au bordel ?

L’animateur Simon Delisle — que je voyais pour la première fois — fut mon préféré. C’est lui qui présenta ses collègues Pierre-Bruno Rivard, Laurent Paquin, Charles Lafortune, Mario Tessier et Martin Perizzolo, tous très bons.

Je me suis donc bien amusé et je n’hésite pas à recommander les spectacles qu’on y présente.

Le coût abordable des billets ($15 + taxes) fait en sorte que ces spectacles sont généralement présentés devant une salle comble.

Vous pourrez réserver vos places sur le site web du Bordel ou bien par téléphone au 514-845-4316.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
1re photo : 1/30 sec. — F/2,8 — ISO 6400 — 12 mm
2e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 500 — 38 mm
3e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 32 mm
4e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 32 mm
5e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 32 mm
6e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1250 — 32 mm

Le comédie-club Le Bordel
Votre évaluation :

4 commentaires

| Culture, Spectacle | Mots-clés : , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le papillon Héliconius-zèbre

16 avril 2015
Face dorsale du papillon
Spécimen avec des points rouges près du thorax
Face ventrale des ailes
En majesté

Rencontré sur tout le continent américain (sauf au Canada), l’Héliconius-zèbre (ou Heliconius charithonia) est un papillon noir zébré horizontalement de jaune très pâle. Depuis 1996, c’est le papillon officiel de l’État de Floride.

D’une envergure de 7 à 10 cm, ce papillon — comme tous les Héliconius — possède des ailes antérieures allongées, de grands yeux, des longues antennes, et quatre hautes pattes (les deux pattes antérieures étant atrophiées).

La face ventrale de ses ailes est marron et jaune pâle, décorée de petites taches rouges près du corps.

Comme tous les papillons du genre Heliconius, celui-ci se nourrit de nectar et de pollen. Il vit donc jusqu’à six mois, alors que les autres papillons — qui ne se nourrissent que de nectar — ne vivent généralement que quelques semaines.

Les femelles pondent leurs oeufs sur des feuilles de passiflore. Et comme les chenilles s’en nourrissent, elles deviennent toxiques. Les papillons héritent de cette toxicité qui les protège des prédateurs.

De plus, ce papillon synthétise des composés cyanogènes, également toxiques, à partir du pollen qu’il consomme.

Les mâles s’accrochent aux chrysalides femelles et s’accouplent avec dès qu’elles commencent à éclore.

Le jour, on rencontre ce papillon en forêt. La nuit venue, il s’assemble en colonies pouvant atteindre une soixantaine de spécimens.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 40-150 mm + multiplicateur de focale M.Zuiko MC-14 (1re, 2e et 4e photos) et M.Zuiko 60 mm Macro F/2,8 (3e photo)
1re photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 320 — 175 mm
2e  photo : 1/400 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 210 mm
3e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 1000 — 60 mm
4e  photo : 1/250 sec. — F/7,1 — ISO 1000 — 170 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés aux papillons, veuillez cliquer sur ceci

Le papillon Héliconius-zèbre
5 (100%) 1 vote

Un commentaire

| Entomologie, Nature | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :