Les OGM au Canada, en 2015

Superficie_OGM
 
C’est plus tôt ce mois-ci que le Réseau canadien d’action sur les biotechnologies a remis son rapport au sujet des OGM (organismes génétiquement modifiés). En voici les grandes lignes.

Il y a quatre grandes cultures GM dans le monde : le maïs, le soja, le coton et le canola. Ensemble, ces quatre cultures représentent 99 % des superficies de cultures GM dans le monde.

Les trois quarts des superficies mondiales consacrées aux OGM le sont aux États-Unis (40% des surfaces), au Brésil (23%) et en Argentine (13%). Dans chacun de ces trois pays, le pourcentage des terres arables utilisées à la culture des GM est de 47% aux États-Unis, 58% au Brésil et 61% en Argentine.

Au Canada, on trouve quatre cultures GM. Elles représentent 6% des surfaces mondiales consacrées aux OGM. Les cultures GM occupent 25% des terres arables du pays. Ces cultures sont le canola, le maïs, le soja et la betterave à sucre. Presque tout le canola et la betterave à sucre cultivés au Canada sont GM, ainsi qu’une grande partie du maïs et moins des deux tiers du soja.

Le gouvernement canadien étudie actuellement la possibilité d’approuver la toute première pomme GM (qui serait le premier fruit GM cultivé au pays) et le premier animal GM destiné à la consommation humaine dans le monde (un saumon GM).

Sur les tablettes de nos épiceries, en plus d’y offrir les OGM produits au Canada (ou les mêmes produits provenant de l’étranger), on trouve quatre autres OGM, tous importés des États-Unis : l’huile de coton, la papaye, les courges et les produits laitiers.

Dans le cas précis du maïs, celui destiné à l’alimentation du bétail et à la production d’huile de cuisson est à plus de 80% GM. Par opposition, les variétés de maïs sucré GM — les épis de maïs pour consommation humaine — ne sont pas très populaires.

En 2014, le Réseau canadien d’action sur les biotechnologies et Vigilance OGM ont testé des échantillons de maïs sucré frais; sur les 137 échantillons provenant de neuf provinces, il n’y avait qu’un seul échantillon GM.

Référence : Mais où sont donc les OGM?

Les OGM au Canada, en 2015
Votre évaluation :

2 commentaires à Les OGM au Canada, en 2015

  1. Denis Giroux dit :

    Allo JP. Le dommage là dedans est que tous ceux qui nous assurent que les OGM sont bons pour nous, refusent de les identifier à l’épicerie. « Faites-nous confiance… » disent-ils.

    Denis Giroux

    http://www.denisgiroux.net

  2. Jacynthe dit :

    Se nourrir devient de plus en plus difficile ! Manger des produits de la mer nous confronte à la pêche qui les met en péril, manger des fruits et légumes nous fait ingérer des pesticides, ingérer de la viande même bio donne des remords et de plus en plus les OGM seront dans notre assiette. Et après, on trouve que le système de santé coûte $$$ ! M. Barrette, vous ne frappez pas sur le bon clou …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :