La rumeur meurtrière

L’affaire Asia Bibi

De religion chrétienne, Asia Bibi est une travailleuse agricole pakistanaise d’une quarantaine d’années.

En juin 2009, en cueillant des baies de phalsa, elle suscita la colère de ses collègues musulmanes qui l’accusèrent d’avoir souillé l’eau potable qui leur était destinée, contaminée parce qu’une infidèle en aurait bu.

Ses collègues ont ensuite porté plainte à l’imam du village, accusant Mme Bibi d’avoir manqué de respect à l’égard du prophète Mahomet au cours de leur dispute (une accusation que l’accusée réfute).

Peu après, des hommes de son village se rendirent dans sa maison dans le but de la battre à mort. Elle échappa au lynchage grâce à l’intervention de la police.

Arrêtée, elle est condamnée à mort en novembre 2010. Au cours des procédures en appel, un clerc musulman a annoncé une récompense équivalente à 10 000$ pour quiconque assassinerait Asia Bibi.

L’imam du village, à l’origine de cette affaire, a déclaré que si Asia Bibi devait être ultimement innocentée ou graciée, ceux qui choisiront de rendre justice eux-mêmes auront raison.

Depuis, les deux ministres pakistanais qui lui ont témoigné de leur appui ont été assassinés respectivement en janvier 2011 et mars de cette année-là.

L’affaire est encore pendante devant les tribunaux.

L’affaire Rimsha Masih

En aout 2012, un imam pakistanais du nom de Hafiz-Mohammed Khalid-Chishti demande à un complice d’intercepter et de lui apporter un sac à ordures que transporte Rimsha Masih, une Pakistanaise chrétienne de 14 ans.

L’imam y ajoute quelques pages du Coran et la dénonce aussitôt aux autorités policières pour blasphème. Deux semaines après de début de l’enquête, un assistant du l’imam cède sous la pression et avoue le complot.

Innocentée en novembre 2012, Rimsha Masih (et sa famille) a immigré l’année suivante au Canada.

De son côté, en aout 2013, l’imam Khalid-Chishti a été libéré des accusations portées contre lui après que six des huit témoins de la poursuite aient modifié leurs versions des faits.

Le cas de Farkhunda

En Afghanistan, une Musulmane de 27 ans a été lynchée le 19 mars dernier après qu’on ait répandu à son sujet la rumeur voulant qu’elle ait brulé un exemplaire du Coran.

Récemment diplômée d’une école coranique, elle s’apprêtait à y entreprendre un poste d’enseignante.

Toutefois, en visite guidée à la mosquée du Roi des deux épées, à Kaboul, elle a déconseillé aux femmes d’y acheter des amulettes et a qualifié leurs vendeurs de parasites.

Pour se venger, ceux-ci ont répandu la rumeur selon laquelle Mme Farkhunda aurait brulé un exemplaire du Coran.

Peu de temps après, une foule presque exclusivement composée de jeunes hommes s’en est pris à elle, la hissant sur le toit incliné d’une maisonnette à un étage de laquelle elle glissa après y avoir reçu des coups. Puis, tombée au sol, elle fut violemment piétinée, rouée de coups de bâtons, lapidée, et trainée sur les berges de la rivière peu profonde qui traverse la capitale afghane où son corps fut brulé.

Le principal enquêteur dans cette affaire, le général Mohammed Zahir, a déclaré qu’il n’y avait pas l’ombre d’une preuve que la victime a détruit un exemplaire du Coran.

La télévision afghane a toutefois diffusé des images de pages brulées du Coran, trouvées à proximité de son domicile, ce qui suggère qu’on ait brulé un exemplaire du Coran afin de justifier les accusations calomnieuses portées contre elle.

Treize personnes ont été arrêtées en marge de cette affaire, dont deux vendeurs d’amulettes. Un certain nombre de policiers ont été suspendus de leurs fonctions pour s’être abstenus d’intervenir alors qu’ils étaient présents sur les lieux du crime.

Références :
Affaire Asia Bibi
Afghan protesters demand justice for woman killed by mob
Afghan woman killed by mob in Kabul was innocent, says investigator
How to commit blasphemy in Pakistan
Pakistani Christian Asia Bibi ‘has price on her head’
Rimsha Masih blasphemy case
Rimsha case: Cleric Khalid Chisti acquitted
Women break with tradition in Afghanistan to help bury ‘completely innocent’ Farkhunda who was beaten to death by Kabul mob

Parus depuis :
Afghanistan: peine de mort annulée pour les meurtriers de la jeune Farkhunda (2015-07-02)
Flawed Justice After a Mob Killed an Afghan Woman (2015-12-26)

La rumeur meurtrière
Votre évaluation :

2 commentaires à La rumeur meurtrière

  1. Pierre Pinsonnault dit :

    Le Mal à l’état pur, rien de moins.

  2. sandy39 dit :

    QUEL SYSTEME POUR UNE CONDITION HUMAINE ?… CELLE DES FEMMES…

    Un système où je ressens de la Vengeance (fondée ou infondée ?), de la part de ces hommes, manipulés, absorbés par leurs Croyances… certainement aveuglés… , n’ayant pas découvert, au cours de leurs Civilisations que la Femme est l’Avenir de l’Homme.

    J.Pierre, je ne viens pas faire du “Féminisme de Pacotille” bien que je défendrais certaines causes ! Je viens, juste, vous dire, qu’il n’y a pas si longtemps, je me suis rendue compte, au bout d’une vingtaine d’années de Vie commune… que psychologiquement, dans un Ménage, c’est la Femme qui apporte la force de vivre à un Homme. Ne vous mettez pas en colère, Messieurs !

    Egalité des sexes : je pense, simplement, à Travail égal, salaire égal ! Mais, il ne faut pas rêver, on ne pourra, jamais, avoir leur force physique, ni même avoir le même Métier !

    L’affaire Asia Bibi : Eau polluée par une Infidèle Chrétienne ! Des Ministres assassinés pour avoir donné du Soutien…, assassinés pour le plus Fondamental de l’Homme…

    L’affaire Rimsha Masih : Destination Canada pour se protéger.

    Le cas Farkhunda : Elle est morte. Les policiers suspendus de leurs fonctions pour s’être abstenus d’intervenir… parce que s’ils intervenaient, ils étaient cuits, morts d’avance ! Morts de Trouille, ils étaient ! Enfin, pétrifiés !

    AMULETTE : petit objet que l’on pointe sur soi comme porte-bonheur (je ne connaissais pas le terme). Je terminerais sur FUIR POUR NE PAS MOURIR !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :