Les blasphèmes de Raïf Badawi

28 janvier 2015

Raïf Badawi est ce blogueur saoudien condamné dans son pays à dix ans de prison, à mille coups de fouet, à une amende de 266 000 dollars, et à une interdiction de voyage de dix ans à l’expiration de son emprisonnement.

Les chefs d’accusation qui justifient sa condamnation sont la désobéissance à son père, le cybercrime (pour avoir mis en place un site web qui compromet la sécurité du pays par la promotion de la tolérance religieuse), et l’insulte à l’Islam (pour avoir ridiculisé le pouvoir ecclésiastique de son pays).

Afin de juger du caractère blasphématoire de M. Badawi, voici la traduction française d’extraits des écrits de M. Badawi que le quotidien The Guardian a publiés.

Les textes ont été traduits de l’arabe à l’anglais par Mona Mahmood (d’Amnistie Internationale), Ian Black, Raya Jalabi et l’Institut Gatestone.

« Dès qu’un intellectuel commence à émettre ses idées, des centaines de fatwas surgissent, l’accusant d’être un incroyant lorsqu’il a simplement eu le courage de discuter de sujets sacrés. Je crains que les intellectuels arabes aient à quitter le pays pour s’exprimer librement et échapper au sabre des autorités religieuses » (Note : ceci est une allusion au fait qu’en Arabie saoudite, la peine capitale est la décapitation par sabre).

« La laïcité de l’État respecte chaque citoyen et n’offense personne. La laïcité est le moyen par lequel des pays comme le nôtre sortiront du tiers-monde pour accéder au statut de pays développé. »

« Les États basés sur une idéologie religieuse n’ont rien à offrir à part la crainte de la Colère divine et l’incapacité à affronter le réel. Voyez ce qui est advenu des pays européens après qu’ils aient instauré la séparation de l’État et de l’Église, et relégué le pouvoir religieux à ses lieux du culte : ils ont répandu l’éveil des consciences, la créativité et la rébellion. Les théocraties (Note : l’Arabie saoudite en est une) emprisonnent leurs sujets dans le cercle vicieux de la foi et la peur. »

« …les Musulmans d’Arabie saoudite méprisent les croyances religieuses des autres; ils qualifient d’incroyants les non-Musulmans et considèrent comme hérétiques les Musulmans qui croient en un Islam différents du leur. Avec une telle mentalité, comment peut-on créer des relations harmonieuses avec d’autres peuples quand, sur les six milliards d’êtres humains, quatre milliards et demi ne sont pas Musulmans ? »

Ironisant au sujet d’un ecclésiastique qui suggérait que les astronomes soient punis si leurs découvertes sont en contradiction avec l’interprétation littérale de la Charia : « Ce vénérable prédicateur m’a fait découvrir l’astronomie religieuse. Je ne connaissais pas l’existence de cette discipline. Je conseille donc à la NASA de se départir de ses télescopes démodés, et d’étudier plutôt la Charia. En fait, il serait souhaitable que tous les chercheurs du monde abandonnent leurs laboratoires et leurs centres de recherche afin de tirer profit de l’enseignement de nos prédicateurs dans des domaines aussi divers que la médecine, l’ingénierie, la chimie, la microbiologie, la géologie, la physique nucléaire, les sciences maritimes, la pharmacologie, l’anthropologie, etc. Que Dieu bénisse notre clergé : il est devenu la référence incontournable en tout, et devant laquelle nous devons nous incliner et obéir sans discussion. »

Commentaires

N’importe quel Musulman peut se proclamer imam; en effet, devenir imam n’exige pas de compétence particulière. Aussi est-il fréquent qu’un imam confonde le Coran, les exigences de la Charia, et les coutumes préislamiques de son pays (en matière de modestie vestimentaire, notamment).

Voilà pourquoi, toute critique des coutumes arriérées d’un pays musulman est considérée comme blasphématoire au sein de ce pays.

Par exemple, critiquer l’excision là où elle se pratique (en Afrique), les crimes d’honneur et les mariages forcés, sont tous des insultes à l’Islam aux yeux des imams des pays concernés. Précisons que les mariages forcés sont fréquents dans les pays asiatiques, qu’ils soient musulmans ou non.

En Afghanistan, entre 20 et 50 jeunes femmes s’immolent par le feu chaque année pour éviter un mariage forcé. Dévoiler ce tabou est considéré — à tort évidemment — comme préjudiciable à l’Islam. Voilà pourquoi les journalistes occidentaux qui ont publié des données à ce sujet ont du fuir ce pays, menacés de mort.

L’Arabie saoudite est une théocratie (tout comme le Vatican). Remettre en question ce statut est considéré comme une hérésie. De plus, y critiquer l’absolutisme religieux — comme l’a fait Raïf Badawi — est blasphématoire.

S’il n’est pas sage de provoquer futilement la colère des Musulmans à l’étranger, on doit réaliser que toute tentative d’empêcher ici la pratique de coutumes arriérées est considérée comme une persécution religieuse aux yeux des croyants de pays où ces pratiques sont courantes.

Tout cela doit nous faire comprendre l’importance des Musulmans qui habitent nos pays. En effet, les Musulmans qui vivent en Occident sont des pionniers en train d’inventer sans le vouloir un Islam moderne, compatible avec les valeurs occidentales et en opposition totale avec l’obscurantisme financé notamment par l’Arabie saoudite.

Références :
A look at the writings of Saudi blogger Raif Badawi – sentenced to 1,000 lashes
Raif Badawi
Raif Badawi’s Blog

Parus depuis :
Comment devient-on imam? (2015-02-02)
Couillard doit expliquer ses liens avec l’Arabie saoudite, dit Khadir (2015-02-03)
Droits de l’Homme: Raif Badawi; fosses communes à Chypre; Bob Rugurika (2015-02-12)
Raif Badawi: Québec exhorte Ottawa de «changer de vitesse» (2015-06-07)
Washington demande à Riyad de renoncer à fouetter Raif Badawi (2015-06-08)

Les blasphèmes de Raïf Badawi
Votre évaluation :

5 commentaires

| Fait divers | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :