Première femme évêque en Angleterre

L’Église d’Angleterre est la principale dénomination religieuse au Royaume-Uni avec des fidèles représentant le cinquième de la population.

En 1531, le roi Henry VIII plaça l’église catholique d’Angleterre sous sa tutelle après que Rome eut refusé de lui accorder le divorce avec Catherine d’Aragon (afin d’épouser sa maitresse, Anne Boleyn).

De nos jours, les Églises anglicanes (dont fait partie l’Église d’Angleterre) se considèrent à des degrés divers à la fois catholiques et réformées.

Depuis 1985, l’Église d’Angleterre a ordonné un certain nombre de femmes au titre de diacre, puis de prêtre. Si bien que celles-ci représentent aujourd’hui près du tiers du clergé de cette Église.

Le 17 décembre 2014, l’Église d’Angleterre annonçait la nomination d’Elizabeth-Jane Holden-Lane au titre d’évêque. Elle était prêtre depuis 1994.

Son ordination a eu lieu officiellement ce matin dans la cathédrale de York (le plus grand édifice gothique d’Europe du Nord) et fut retransmise en direct sur les ondes de la BBC.

Depuis des siècles, les cinq plus importants évêques de l’Église d’Angleterre et les 21 plus anciens évêques de cette domination sont autorisés à siéger à la Chambre des Lords de Londres.

La législation britannique a été modifiée récemment pour permettre aux femmes évêques d’y accéder plus rapidement, sans respecter les règles d’ancienneté.

La nouvelle évêque est mariée à George Lane qui est aussi prêtre anglican : ils forment un des premiers couples mariés à être ordonné ensemble. Ils ont deux enfants.

Références :
Église d’Angleterre
‘Historic day’ for Church of England as its first female bishop is ordained in landmark ceremony at York Minster
L’Eglise d’Angleterre nomme sa première femme évêque
Libby Lane
First female Church of England bishop consecrated in York
Religion in the United Kingdom

Première femme évêque en Angleterre
Votre évaluation :

2 commentaires à Première femme évêque en Angleterre

  1. sandy dit :

    TOUT UN SERVICE…

    Tant que la prière reste la même… même si les Femmes affinent et fascinent davantage…

  2. Pierre Pinsonnault dit :

    M. Martel, je ne savais pas cette particularité des Églises anglicanes à savoir qu’elles «se considèrent à des degrés divers à la fois catholiques et réformées». Je me suis donc renseigné plus avant à ce propos en lisant l’article de Wikipédia sur l’Anglicanisme. En fin de lecture, je me suis rendu compte que c’est risqué de perdre son latin religieux en lisant et en tentant d’approfondir les divergences et/ou divisions qui peuplent l’univers de l’Anglicanisme de son origine à nos jours. Ah les religions …

    L’idée me vient d’emprunter la notion de «roman national» pour parler de l’histoire officielle d’un pays pour parler de «roman religieux» en parlant de l’histoire d’une religion, dans ce dernier cas on pourrait aussi utiliser le mot «légendes». Enfin …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :