L’Urubu à tête rouge

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Contrairement aux prédateurs qui tuent leur proie afin de s’en nourrir, l’Urubu à tête rouge est un charognard qui — en tant que tel — dépèce la carcasse d’animaux déjà décédés. Il se nourrit proprement et rapidement sans laisser de trace, d’où son utilité à débarrasser les éleveurs de leurs animaux morts.

L’Urubu à tête rouge habite presque tout le continent américain, du sud du Canada à la pointe de l’Amérique du Sud. Il fréquente à peu près n’importe quel habitat, sauf les forêts denses.

Les animaux frappés par des voitures, et dont les carcasses sont abandonnées le long des routes, constituent une source d’alimentation abondante qui explique sa présence au Canada depuis les années 1970.

Essentiellement, cet oiseau vient au Québec au début de l’été et nous quitte à l’arrivée de la saison froide. Toutefois, en 1986, on a observé pour la première fois un nid de ce vautour au Québec, près du lac des Deux Montagnes, au sud-ouest de Montréal. On a mis deux décennies à en trouver un deuxième, celui-là à Saint-Liguori, en 2011, dans une cabane à sucre abandonnée.

En dépit de l’aversion et du mépris qu’ils suscitent, les oiseaux charognards sont souvent des animaux gauches, aussi peureux que laids. Ils se déplacent au sol en sautillant et en marchant un peu, de manière maladroite.

Adulte, l’Urubu à tête rouge mesure 66 à 81 cm de longueur et ne pèse que 0,8 à 2 kg, en dépit de son envergure impressionnante pouvant atteindre 1,8 mètre.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

C’est un grand oiseau à l’air triste. Sa petite tête est nue, à la peau plissée rose ou rouge, parfois recouverte d’un fin duvet noir réparti inégalement. Seul le bout du bec crochu n’est pas recouvert de peau.

À cause de sa longueur, sa mâchoire n’est pas très puissante. Il attend donc qu’un animal de proie — un loup ou un coyote — ouvre la carcasse fraîche et se soit rassasié, avant de se nourrir lui-même.

Les plumes du corps sont noires ou brunâtres. Sur le dessus des ailes, les plumes sont de couleur foncée entourée de brun plus pâle, alors que sous les ailes, une partie des plumes sont grises.

Il a les pattes gris rosâtre, capables de permette à l’oiseau de se déposer sur une grosse branche, mais qui n’ont pas suffisamment de puissance pour saisir et emporter une charge appréciable.

C’est son odorat exceptionnel qui guide sa recherche de nourriture, attiré par l’éthanethiol, un composé volatil soufré dont l’odeur rappelle l’œuf pourri.

La saison de reproduction s’étend de mars à juin. Cet oiseau ne construit pas de nid proprement dit, mais pond directement ses deux oeufs (rarement un ou trois) dans un lieu sûr; falaise, grotte, crevasse rocheuse, creux d’arbre, etc.

Les parents couvent alternativement la nichée pendant 30 à 40 jours. Ils se partagent la tâche de nourrir les oisillons par régurgitation pendant dix ou onze semaines. Dans certains cas, les jeunes peuvent partir à la recherche de nourriture dès l’âge de neuf ou dix semaines.

À l’état sauvage, il pourrait vivre seize ans : en captivité, 21 ans.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 75 mm F/1,8 (1re photo), M.Zuiko 40-150 mm F/2,8 (2e photo) et Tamron SP 90 mm Macro F/2,5 (3e photo)
1re photo : 1/160 sec. — F/1,8 — ISO 500 — 75 mm
2e  photo : 1/160 sec. — F/2,8 — ISO 1250 — 73 mm
3e  photo : 1/100 sec. — F/2,5 — ISO 800 — 90 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés au règne animal, veuillez cliquer sur ceci

L’Urubu à tête rouge
Votre évaluation :

4 commentaires à L’Urubu à tête rouge

  1. Pierre Pinsonnault dit :

    M. Martel, il y a plein d’Urubus à tête rouge (une trentaine) à St-André-Avellin où je demeure depuis août 2002. Comme je n’en avais jamais vus avant cela (arrivant de la ville de Québec), je n’en connaissais même pas l’existence. vous auriez dû voir ma surprise quand je me suis promené la 1ère fois dans l’allée bordée de pleins d’arbres sur un côté et où ils se reposaient. Ils étaient tous perchés en hauteur sur les branches d’environ une dizaine d’arbres. Pis ils nous regardaient, ma copine et moi ! Tout un spectacle … funéraire quasiment. Et quand ils planent en gagne à la recherche de nourriture du très haut des airs, c’est assez impressionnant. Je laisse le soin à la poète Sandy de nous décrire, à la Edgar-Allen Poe ou autrement, ces funestes forêt et ciel.

  2. sandy39 dit :

    Je vois que de toute la Hauteur de ses Murs Porteurs, Pierre m’attend au bord de la Rivière ou sur les Boulevards brillants sous les Projecteurs et, me laisse une place entre les lignes…, en attendant quelque Inspiration de ma part, venue de nos amis les animaux, enfin venue de quelques photos, au cours de nombreuses visites, faites par J.Pierre…

    Alors, voici ma description tant attendue de la part des Garçons : je vous disais donc, qu’à première vue, c’est un drôle d’oiseau…

    DU NOIR POUR UN OISEAU CHAROGNARD…

    Il vient du Québec et vous quitte pour l’Hiver. Ouff ! Quand il a fait le plein de carcasses atroces, abandonnées le long des routes… Il a bien raison de s’en aller : il est si laid, cet oiseau, ce vautour… Qu’il aille, donc, traîner sa laideur, ailleurs, pour en faire d’autres Tours d’Ailes !… Et, en plus, il est impressionnant et triste : je n’en doute pas !

    Ah, l’Odorat : c’est toujours un Sens qui nous guide… même pour les Humains, quand on marche, pas à pas, silencieux, mais si consciencieux, sur les Ondes…

    Les Parents sont tout de même disciplinés, dans le partage des tâches !

    Voilà pour Pierre et, pour tout ceux qui m’attendent ! Et, je ne connaissais pas ce Nom de Poète américain du 19e Siècle, traduit par Beaudelaire et Mallarmé (d’après mon dictionnaire !).

    Enfin, j’ai encore du Travail sur la planche si je me penche, davantage sur les Détails… Et bien, tant pis, si je ne sais plus ce qu’il se passe en France… Et, Moi, dans tout ça, je n’ai plus qu’à, Vous, souhaiter, Messieurs, une Bonne Journée !

  3. sandy39 dit :

    C’est Pierre qui a lancé le Sujet !

    Il nous a emmené loin, en ce mois de Décembre… Sans doute pour nous faire émerger de la routine quotidienne… pris, certainement, par un besoin irrésistible de me comparer à certains Auteurs…

    C’est donc à lui, de lui demander des détails : il a, si souvent, des références littéraires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :