Le Dendrobate jaune et noir

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Les dendrobates sont des amphibiens qui se distinguent des grenouilles par le fait, entre autres choses, que leurs pattes arrière ne sont pas palmées.

Adulte, le Dendrobate jaune et noir mesure 3,1 à 4 cm (rarement jusqu’à 5 cm) du museau au cloaque. Il pèse en moyenne 3g.

Il est noir, traversé de trois bandes jaunes (à la tête, aux épaules et au bassin). Celles-ci sont habituellement tachetées de noir. Le motif ainsi créé varie d’un spécimen à l’autre.

Il habite les forêts tropicales humides de basse altitude, surtout dans le sud du Venezuela, le nord du Brésil et l’ouest de la Guyane. Il se déplace au sol, sur les pierres recouvertes de lichen, les racines et le tronc des arbres. Leurs doigts sont munis de ventouses adhésives qui leur permettent de grimper à la surface plate des plantes des sous-bois.

Diurne, il se nourrit d’insectes et d’araignées, notamment des fourmis, des termites, des petits coléoptères, et des criquets. À partir de composés toxiques qu’il assimile en mangeant certaines fourmis, le Dendrobate jaune et noir fabrique une toxine encore plus puissante, appelée batrachotoxine (qu’il entrepose dans sa peau). Placé dans un milieu où leur nourriture ne leur apporte plus de venin, il devient inoffensif.

Normalement, il est donc toxique. Les indigènes de l’Amazonie humectent la pointe de leurs flèches avec sa toxine pour chasser à la sarbacane.

Durant la saison des pluies (qui se produit en été), il entre en estivation (l’équivalent estival de l’hibernation).

Ce batracien se reproduit en février et en mars. La femelle pond entre cent et mille oeufs par année, mais seulement deux à douze oeufs par ponte. Ceux-ci sont déposés sur des feuilles gardées par le mâle. Entre dix et quatorze jours après leur fécondation, les oeufs éclosent.

Après l’éclosion, les têtards grimpent sur le dos du mâle en s’y accrochant avec leurs dents. Le mâle les transporte dans de petits points d’eau, notamment dans les mares des broméliacées. Lorsque de gros insectes pondent au même endroit, leurs nymphes deviennent des prédateurs pour les têtards de l’amphibien.

Les têtards perdent leur queue après 70 à 90 jours. Ils arrivent l’âge adulte entre le 12e et le 18e mois de leur existence. À deux ans, ils atteignent leur maturité sexuelle.

En captivité, cet amphibien peut vivre vingt ans : dans la nature leur espérance de vie est de cinq à sept ans.

Référence : Dendrobates leucomelas

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs Tamron SP 90 mm Macro (la 3e photo) et M.Zuiko 75 mm F/1,8 (les autres photos)
1re photo : 1/160 sec. — F/1,8 — ISO 1250 — 75 mm
2e  photo : 1/160 sec. — F/1,8 — ISO 1250 — 75 mm
3e  photo : 1/125 sec. — F/2,5 — ISO 1000 — 90 mm

Le Dendrobate jaune et noir
Votre évaluation :

Un commentaire à Le Dendrobate jaune et noir

  1. sandy39 dit :

    DU JAUNE POUR PAS VRAIMENT UNE GRENOUILLE…

    Qui m’étonne ! Chez Nous, elles sont vertes !

    Quand nous allons nous mouiller au lac, nous les croisons, sautant sur la route ou, sautant, dans nos champs. Nous évitons, donc, de les écraser et, il reste interdit de les ramasser même si elles se mangent dans les restaurants…

    Sacré courant que de sauter en l’air et de croasser ! Bref, tant de Sens à donner au lundi matin… pluvieux et bientôt neigeux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :