La commémoration du jour du Souvenir et la promotion du militarisme canadien

Le jour du Souvenir (ou jour de l’Armistice) commémore annuellement le sacrifice des soldats tués au combat. Le 11 novembre de chaque année, on commémore la signature de l’armistice en 1918 — c’est-à-dire le cessez-le-feu — mettant fin aux combats de la Première Guerre mondiale. Précisons que le Traité de Versailles, mettant officiellement fin à cette guerre, n’a été signé qu’un an plus tard.

Dans les pays européens qui ont été le théâtre des deux guerres mondiales, ces célébrations prennent tout naturellement une importance particulière alors que toutes les familles de ces pays ont souffert de ces conflits qui ont fait des millions de victimes.

En Amérique du Nord, ces célébrations se déroulent avec une ferveur variable selon les époques. Presque clandestines à l’issue de la guerre du Vietnam, elles sont l’objet d’une ferveur renouvelée au Canada depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement Harper. En effet, le jour du Souvenir est une occasion pour lui de promouvoir le militarisme auquel il est dévoué.

Les politiques du gouvernement Harper peuvent se résumer de manière sommaire à affamer les pauvres afin d’enrichir davantage le complexe militaro-industriel. Comme tous les gouvernements de droite, le gouvernement Harper coupe dans les mesures sociales, dans les fonds alloués aux organismes qui ne partagent pas son idéologie, construit de nouvelles prisons — en dépit du fait que la criminalité violente est en baisse au Canada depuis vingt ans — fait voter des peines minimales plus élevées pour divers délits (dont la simple possession de drogue), augmente sensiblement les budgets militaires, et adopte une politique étrangère agressive qui, dans le cas de tous les conflits armés, expose le pays au ressentiment d’une partie des belligérants.

À une époque où l’économie réelle stagne, le gouvernement Harper procède donc à des coupes budgétaires destinées principalement à financer l’accroissement de ses dépenses militaires (45 milliards$ pour l’achat de 65 chasseurs F-35) et très secondairement (3 milliards$ annuellement) à des réductions d’impôt qui servent de leurre afin de faire accepter la militarisation du pays et l’amincissement du filet de protection sociale.

Cela nous amène à nous demander quelle importance on doit attacher à la célébration du jour du Souvenir. La mère qui élève ses enfants, l’ouvrier à l’œuvre, l’entrepreneur qui crée de l’emploi, ne travaillent-ils pas eux aussi à la construction du pays, chacun à sa manière ? Alors pourquoi le jour du Souvenir devrait-il être l’objet d’un rituel officiel plus important que la fête du Travail ou la fête des Mères ? En somme, pourquoi le décès d’un militaire serait plus regrettable que la perte d’un ouvrier ?

En protégeant le monde du nazisme, les militaires qui ont participé à la Deuxième Guerre mondiale — qu’ils en soient morts ou qu’ils en aient survécu — ont accompli une tâche hors de l’ordinaire qui justifie notre reconnaissance et conséquemment, mérite une célébration particulière.

Mais on ne peut pas en dire autant de l’implication du Canada lors de la Première Guerre mondiale, lors de la guerre de Corée, au sujet de la mission de paix désastreuse dans les Balkans et de l’occupation militaire de l’Afghanistan. Tous les soldats morts à ces occasions ont subi les risques du métier sans que leur implication ait changé quoi que ce soit à ce qu’est devenu le Canada depuis.

Le jour du Souvenir possède une portée vaste qui dilue sa pertinence en valorisant l’implication du pays dans toutes les guerres auxquelles il a participé. Or ceux qui décident des guerres sont des êtres humains, sujets à l’erreur. La célébration aveugle de toutes leurs décisions est non seulement une valorisation de l’esprit guerrier (justifié ou stupide) mais des occasions de promouvoir des notions aussi dépassées que la Gloire de la nation ou l’Honneur de la Patrie.

Dans un monde où les frontières s’estompent et où les communications entre les peuples contribuent à leur compréhension mutuelle, le jour du Souvenir doit demeurer une commémoration privée, offerte à ceux qui le souhaitent, d’honorer le travail de nos militaires et non servir de propagande politique, ce à quoi les célébrations officielles sont malheureusement devenues au Canada.

Références :
Les miettes dorées du F-35
Ottawa va de l’avant avec le fractionnement du revenu

La commémoration du jour du Souvenir et la promotion du militarisme canadien
Votre évaluation :

Un commentaire à La commémoration du jour du Souvenir et la promotion du militarisme canadien

  1. sandy39 dit :

    POUR UNE MEILLEURE COMPREHENSION…

    Quel genre de commémoration pour une communication ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :