Le concours « Gagnez l’expérience politique d’une vie » ou l’art de faire du financement politique… autrement

Financement_LibéralLa plupart du temps, lorsque je publie un texte relativement à une formation politique, je lui expédie par courriel un avis de publication, de même qu’aux partis politiques concurrents.

Cela fait que je me trouve parfois sur la liste d’envois de certains partis. Je pourrais me désabonner mais je trouve intéressant d’y être.

C’est ainsi que j’ai appris qu’il suffisait de contribuer au financement du Parti libéral du Canada d’ici demain pour courir la chance de gagner un aller-retour pour la capitale canadienne afin d’y effectuer deux rencontres.

Premièrement, prendre un repas en compagnie du chef de ce parti, accompagné d’un de ses conseillers (sous un thème au choix du gagnant du concours) et deuxièmement, assister à une conférence d’Hillary Clinton, candidate à la prochaine élection présidentielle américaine.

Voilà un mode original de financement qu’on aurait intérêt à imiter.

Le concours « Gagnez l’expérience politique d’une vie » ou l’art de faire du financement politique… autrement
Votre évaluation :

9 commentaires à Le concours « Gagnez l’expérience politique d’une vie » ou l’art de faire du financement politique… autrement

  1. Pierre Pinsonnault dit :

    C’est fait, ai contribué pour 200$ et recevrai donc le livre. Si je gagne le concours, ils n’auront pas à payer l’avion puisque je demeure dans l’Outaouais. Je ne suis pas membre du Parti libéral. Mais je trouve intéressant moi aussi cette formule surtout de pouvoir connaître la pensée de Justin Trudeau pour 200$ (don à faire pour avoir le livre sur papier). Merci de nous en avoir fait part. Aux autres, il ne reste que 5 heures ce 30 septembre, les dons se terminent à minuit pile pour contribuer. Téléphonez au 1-888-542-3725.

  2. sandy39 dit :

    UN DON POUR UN LIVRE…

    Gagner l’Expérience politique d’une Vie : cela consiste en quoi ?

    Alors, vous l’avez fait ce don et exprimé l’idée qui vous tient à cœur ?

    A Monsieur Pinsonnault : 200$ pour avoir le livre format papier ! (Je trouve la somme énorme !)

    Si J.Pierre gagne, on lui paie le voyage et le repas ! Enfin, il en aura, encore, à nous en raconter…

    • La rencontre privée avec ce chef de parti constitue le grand prix de ce concours. On la présente comme l’expérience politique d’une vie.

      Effectivement, avoir pour soi l’attention d’une personne politique de premier plan est très certainement une expérience unique. Elle est fréquente pour de grands investisseurs internationaux ou des dirigeants politiques canadiens ou étrangers. C’est plus rare, sinon exceptionnel, pour le simple citoyen.

      Voilà pourquoi je trouve ce concours très intéressant et original.

      Je n’ai pas participé à ce concours. Conséquemment, lorsque je souhaite bonne chance à M. Pinsonnault, ce souhait ne peux qu’être sincère.

  3. sandy39 dit :

    Aux Garçons :

    Après avoir consulté le planisphère de mon dictionnaire et l’internet sur l’Outaouais, j’en déduis que Pierre se trouve au milieu des rivières… De grands Espaces mêlés à de grandes Idées à partager…

    Et, J.Pierre : le Citadin !

    Ah, j’aurais une question : de combien de kilomètres séparent Ottawa de Montréal ?

    Oui, je sais, ce n’était pas le sujet de départ mais, face à deux hommes mûrs, je perds un peu mes moyens !

  4. sandy39 dit :

    Ben, vous voyez, que je suis mieux reçue Ici… que sur mon dictionnaire ! Vous savez m’en dire des choses qu’il ne contient pas !

    Alors, Vous deux, vous n’êtes pas loin, finalement !

  5. Pierre Pinsonnault dit :

    Sandy39, encore moins loin pour ma part. J’habite une maison dans un village et à 80 km d’un des ponts séparant Gatineau d’Ottawa. Je suis habitué maintenant au « pas-loin ».

    Cette maison est située en plein milieu du village, mais entourée d’arbres et pas de voisins mitoyens. Cinq ou dix minutes à pied, d’un pas tranquille, suffisent pour se rendre de la maison à l’épicerie, à la poste, à la banque, à l’urgence, à l’aréna, etc.

    De plus, le coin le plus rapproché de ma galerie arrière est à cinq mètres du bord de la rivière de la Petite-Nation (qui coule trois mètres plus bas). Mais la distance entre la porte arrière de la maison et ladite rivière où on pêche, est d’à peine un peu plus de 10 mètres.

    Quelques centimètres de trop font toutefois perdre le bénéfice d’une garantie d’attraper du poisson et qu’on souhaite lors de l’achat d’une ligne et de vers de pêche au magasin de sport du village. En effet la commerçante m’a répondu « la garantie s’applique seulement si le bout de la ligne dépasse 30 pieds à partir de la porte !».

    Quant à la rivière elle-même, au village, sa largeur est de cinq à dix fois grande que le plus petit fleuve de France qui — en Normandie où j’ai séjourné quelques jours cet été — se jette dans la Manche. À des endroits du petit fleuve, on pourrait presque prendre son élan en courant et sauter de l’autre côté, c’est tout dire, hein !

    Comme vous pouvez le constater, si je gagne, M. Trudeau en apprendra beaucoup avec moi. Surtout que je suis à lire L’instinct du langage de Stevan Pinker, auteur aussi de Comment l’esprit fonctionne, traduit de l’anglais. On peut écouter sur le web la lecture de How The Mind Works en 39 sessions de 9 minutes chacune. :o)

    C’est la grâce que je souhaite à tous et à tousses. (o: Ah oui, merci pour les bons voeux au sujet du concours !

  6. sandy39 dit :

    SANS JETER LA PIERRE A LA RIVIERE…

    Ah, je vois que vous avez écrit tout ça rien que pour Moi ! Et, je ne peux que constater que ce genre de correspondance prend beaucoup de sens… Et voilà, nous trois réunis qui empruntons de nombreux sens, de nombreux chemins…

    J.Pierre, doit en penser quoi de tout ça, en observant les mouvements de son Blogue ? : Sourire malicieux, amusement, jalousie…

    Je pensais bien que vous habitiez dans une maison avec des murs porteurs, des murs de fleurs à la Florent Pagny…

    Promis, je reconsulterai mon dictionnaire et l’Internet encore une énième fois avec ce Devoir qui me tiraille sans cesse : apprendre pour ensuite donner aux Autres ! Sacré moteur où je dépense beaucoup d’Energie ! Enfin, je prends le Temps car il n’y a pas de prix pour partager !

    Et, je me demande encore, bien souvent, pourquoi suis-je partie si loin ? Cœur en perdition ?… Non, mais Moi, je ne sais pas pourquoi : la France doit-être saturée pour partager ! Je n’ai pas dû, probablement, rencontrer, auparavant, les bonnes personnes !

    Merci encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :