Le Musée Pointe-à-Callière

Plan de Montréal en 1725

Les tout premiers colons français qui s’établirent sur l’île de Montréal en 1642 le firent à l’embouchure d’une petite rivière — aujourd’hui disparue — qui se jetait de manière oblique dans le fleuve Saint-Laurent.

En 1688, sur ce terrain, le troisième gouverneur de Montréal — le chevalier Louis-Hector de Callière — y fait ériger sa résidence : sur le plan ci-dessus, elle est indiquée par le « X » rouge à gauche, vers le bas de l’image.

En 1861, la Compagnie d’assurance Royale y construit un imposant édifice triangulaire. Endommagé par le feu en 1947, il sera détruit en 1951.

Des fouilles archéologiques menées en 1989 par la Société du Vieux-Port — propriétaire du terrain à l’époque — révélèrent un millénaire d’activité humaine à cet endroit précis. Cette découverte motivera cette société à céder son terrain à la Ville de Montréal en vue de la construction d’un musée destiné à mettre en valeur ces vestiges par une exposition permanente.

L’Éperon, vu de face

Construit en 1992, l’édifice du musée porte un nom : l’Éperon. C’est l’œuvre de l’architecte montréalais d’origine roumaine Dan Hanganu, décoré depuis de l’Ordre du Canada et de l’Ordre national du Québec.

L’institution qu’il abrite est le seul musée d’archéologie d’envergure au Canada. Il accueille 350 000 visiteurs en moyenne par année, ce qui représente cumulativement 4,5 millions de personnes depuis son ouverture.

Tour de l’Éperon
Exposition permanente
Visiteuses épuisées

Références :
La Pointe-à-Callière : fiche d’un bâtiment
Pointe-à-Callière : historique du projet
Pointe-à-Callière Museum
Pointe-à-Callière, musée d’archéologie et d’histoire de Montréal
Royal Insurance Building

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs Lumix 12-35 mm F/2,8 (la troisième photo) et M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (les autres photos)
1re photo : 1/4000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
2e  photo : 1/2500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 13 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
4e  photo : 1/2500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm

Le Musée Pointe-à-Callière
Votre évaluation :

Un commentaire à Le Musée Pointe-à-Callière

  1. sandy39 dit :

    QUAND REMONTER LE TEMPS EPUISE…

    Voici un joli début sur l’Histoire de la Colonisation (que nous avions commencée en janvier !…) marquant le début d’Echange et d’Idées dont on se nourrit les Uns et les Autres !

    Parfois, appétissants et même étonnants, depuis le Temps… où l’Homme a instauré quelques moyens de connexion, afin de pouvoir mieux communiquer avec le Monde !

    Si l’Histoire a su marquer nos pas, notre Evolution…, nous sommes, Ici, réunis par le Fruit d’un certain Hasard où nous nous balladons sur les Boulevards tracés par J.Pierre, sur lesquels nous libérons juste quelques traces, juste quelques empreintes pour mieux partager les Couleurs de nos Cœurs… Enfin, depuis la Colonisation, nous avons évolué et, Ici, sur ce Blogue, nous apprenons à nous connaître pas à pas !

    Car, au fond, on ne se connaît jamais VRAIMENT tout à fait ! Non, mais, c’est vrai ; avant, je me connaissais si mal… Comme quoi, souvent, il ne suffit de pas grand chose pour aller bien…, si bien vêtus de quelques mots par-dessus tout…

    Comme c’est fatigant de revenir en arrière ! N’est-ce-pas, Mesdames, Mesdemoiselles, vous avez l’air si fatiguées !… d’avoir, peut-être, remonter… LE TEMPS !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :