Les feux d’artifice de la France à Montréal, le 23 juillet 2014

 

 
Avant-propos

Pour des raisons de sécurité, on présente les feux Loto-Québec dans un parc d’attractions aménagé sur une île située à l’Est de Montréal. Cet isolement réduit considérablement les risques d’incendie.

À l’ouest d’un lac artificiel, les artificiers installent leur matériel. En face d’eux, de l’autre côté de ce lac, des estrades sont aménagées : le prix des billets y est d’environ 80$ (55 euros).

Théoriquement, c’est le meilleur endroit pour assister aux feux puisque ces derniers sont conçus pour être observés de ce point de vue.

Par contre, je filme les feux à 0,3km au sud-ouest de ce lac, d’un pont — le pont Jacques-Cartier — qui relie cette île à la métropole. L’endroit précis d’où je filme est représenté par le cercle rouge sur la carte ci-contre.

Cette distance et ce point de vue en hauteur me permettent d’avoir un champ de vision qui englobe à la fois les feux bas et une bonne partie de qui explose dans le ciel de Montréal.

Et parce que ce spectacle est filmé de côté, les feux près du sol sont toujours en bas, à droite de l’image, alors que les estrades, situées encore plus à droite, sont toujours hors champ.

Autre avantage : en été, les vents qui balaient la ville viennent du sud ou du sud-est. Conséquemment, jamais la suie et les gaz de combustion ne sont entrainés vers le pont où je me trouve.

Enfin, presque jamais.

Mercredi soir dernier, le vent venait au contraire de l’ouest. Mais un soudain changement de direction s’est produit précisément au moment où on venait de faire exploser des feux qui tombent lentement.

Sur le pont, des milliers de tisons brulants ont alors bombardé les spectateurs dont une bonne partie s’étaient recroquevillés en petit bonhomme afin de se protéger (à 2:43 dans la vidéo).

Personnellement, je regrette moins la dizaine de brulures d’un millimètre de diamètre qui ont troué mon coupe-vent que de ne pas avoir eu la présence d’esprit de photographier la légère panique qui s’était emparée des gens autour de moi.

Bref, beaucoup plus de peur que de mal.

Le spectacle

Sous le thème « Hommage à Nelson Mandella », les artificiers Brezac ont représenté la France.

Un spectacle caractérisé par ses feux variés, plusieurs paroxysmes et une longue et impressionnante finale pourraient très bien valoir à la France une des toutes premières places à cette compétition.

Détails techniques de la vidéo : Appareil photo Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12mm F/2,0.


Pour plus d’informations : Calendrier des feux en 2014

Les feux d’artifice de la France à Montréal, le 23 juillet 2014
Votre évaluation :

Un commentaire à Les feux d’artifice de la France à Montréal, le 23 juillet 2014

  1. sandy39 dit :

    UNE ETINCELLE POUR UNE COULEUR…

    Je sais, je suis en retard mais, je vous attendais Vous et vos Etincelles plein vos Objectifs… quand ce fut l’heure pour Moi de prendre d’autres Couleurs (le Jaune du Tournesol !), sur la route des Vacances…

    L’heure est à celle de capturer les vôtres, quand avec elles, vous pensez veiller sur le Monde, ou du moins maintenir certaines Ames en Eveil…

    Mais Moi, je reste simplement et même sûrement en Eveil devant vos Trésors immortalisés sur les Ondes… Pour un Monde, sans Frontière qui vaut le coup, en traînant sur les Ondes, sans jamais vraiment percer nos Mystères… mais, surtout en s’unissant à quelques Ames Sans Sommeil !

    LE PARTAGE : C’EST UNE MERVEILLE !

    Pour conclure :

    Mes Feux préférés sont : l’Espagne et la France !

    Quant à Moi, dans la Vie, la meilleure Etincelle que j’ai réussie à faire jaillir si loin de Moi, est inscrite, Ici, sur Votre Blogue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :