Le cas déplorable du Dr Bolduc

Alors qu’il était ministre de la Santé, le Dr Bolduc a signé une entente avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec en vertu de laquelle les médecins qui accepteraient de prendre en charge de nouveaux patients recevraient une prime.

Cette mesure visait à réduire le nombre de citoyens incapables de se trouver un médecin de famille.

En novembre 2011, le Dr Bolduc haussait cette prime à 100$ pour chaque patient en santé, et à 200$ pour le patient atteint d’au moins une maladie déjà diagnostiquée.

Moins d’un an plus tard, après l’élection québécoise de 2012, le Dr Bolduc est devenu simple député de l’opposition. Profitant de sa plus grande disponibilité, il a décidé de retourner partiellement à la pratique médicale. En acceptant de prendre en charge 1 500 patients de plus, il a touché une prime de 215 000$.

Toutefois, à la suite de l’élection déclenchée par le gouvernement Marois, le Dr Bolduc s’est retrouvé de nouveau au Conseil des ministres, plus précisément à titre de ministre de l’Éducation. Afin de s’y consacrer, le Dr Bolduc a décidé de larguer ses nouveaux patients sans toutefois rembourser les sommes qui lui avaient été accordées.

Légalement, cette entente prévoyait une prise en charge minimale de douze mois. Dans les faits, n’importe quel médecin qui se serait engagé à prendre en charge cent personnes apparaissant sur la liste officielle des patients sans médecin de famille, qui toucherait une prime importante, qui les abandonnerait un an plus tard, qui en prendrait cent autres moyennant une nouvelle prime, qui les larguerait un an après, et ainsi de suite, respecterait sans doute la lettre de cette entente mais violerait ses obligations déontologiques et serait passible de poursuites devant le Comité de discipline de sa corporation professionnelle.

C’est ce qui explique la générosité apparente du programme gouvernemental : il tenait compte de l’obligation déontologique de suivi à laquelle tout médecin est astreint.

Jusqu’à ce que cette affaire devienne publique, le Dr Bolduc s’est bien gardé de rembourser le moindre centime des sommes qu’il a touchées. C’est ce qui a incité Claude Castonguay — ex-ministre libéral de la Santé et père du régime québécois de l’Assurance-maladie — à l’accuser publiquement de rapacité et de réclamer sa démission.

Depuis des mois, le Premier ministre prépare l’opinion publique à des hausses de tarifs et à des coupes draconiennes dans les dépenses de l’État. Dans ce contexte, le cas du Dr Bolduc est très gênant.

D’autant plus que la réponse du ministre de l’Éducation, tout en admettant les faits, s’est limitée à demander à la Régie de statuer sur la légalité de son cas.

Ceci est une diversion. Personne ne l’accuse d’avoir enfreint la loi. En fait, l’interprétation légaliste derrière laquelle il se réfugie, n’intéresse personne.

Ce qu’il ne comprend pas, c’est qu’il est inacceptable qu’un ministre se comporte comme un rapace sans scrupule et qu’en agissant ainsi, il mine la crédibilité du Premier ministre.

Tout au cours de la dernière campagne électorale, ce dernier a soutenu que le Parti libéral avait changé. Sans blâmer son prédécesseur, le nouveau chef a soutenu que son parti s’était renouvelé, qu’il avait accueilli un grand nombre de nouveaux candidats, qu’il avait appris les leçons du passé et qu’il se présentait en homme de principe, prêt à se consacrer de manière intègre au développement économique du Québec, aux « vrais affaires », selon son expression.

Malheureusement, le cas du Dr Bolduc est un boulet. Le Premier ministre serait bien avisé de reconsidérer la nomination du Dr Bolduc à titre de ministre de l’Éducation.

Comme beaucoup de ses prédécesseurs, M. Bolduc ne connaît pas grand-chose à l’éducation. Mais c’est un homme intelligent, capable d’apprendre rapidement. Il pourrait exceller à ce titre comme, sans doute, beaucoup de députés libéraux à qui le Premier ministre n’a pas décerné de ministère. En somme, à l’Éducation, le Dr Bolduc n’est pas indispensable.

À mon avis, le Premier ministre devrait rétrograder le Dr Bolduc à titre de simple député. Il enverrait ainsi un message fort à ses ministres, les invitant à souscrire à une éthique qui dépasse le simple niveau de la légalité. De plus, cela permettrait au Dr Bolduc de se consacrer au suivi de ses patients, ce à quoi il s’est engagé.

On pourrait difficilement faire mieux.

Références :
Au cœur de l’affaire Bolduc : l’accès à un médecin de famille
Claude Castonguay: le ministre Bolduc doit démissionner
Primes: Yves Bolduc demande une vérification d’urgence de la RAMQ

Le cas déplorable du Dr Bolduc
Votre évaluation :

Un commentaire à Le cas déplorable du Dr Bolduc

  1. Marsolais dit :

    Merci Jean-Pierre de décrire avec élégance ce qui me révulse au plus haut point.

    Je travaille en CHSLD où j’y vois les effets des coupures en santé et je ne peux concevoir qu’on attribue des primes à des professionnels qui sont déjà très privilégiés: surtout pas quand on demande à tous de se serrer la ceinture.

    J’aime bien ta conclusion et souhaite qu’elle se réalise : juste pour faire diminuer l’indignation de bien des gens …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :