Faits divers No 21

La Cigale et la Fourmi (gravure de Gustave Doré)

Le « d » de « Jean de Lafontaine », s’écrit-il avec une majuscule ou une minusule ?

Pour les noms plurisyllabiques, on utilise toujours la minuscule. On l’omet toutefois après un « de » ou un « du » afin d’éviter le bégaiement. On dira donc « Les fables de Lafontaine » et non « Les fables de de Lafontaine ».

De manière générale, on l’emploie seulement lorsque le nom de famille est précédé d’un prénom (Xavier de Villepin), d’un titre (L’archevêque de Monteil) ou d’une civilité (Madame de Montespan).

Toujours pour les noms plurisyllabiques, on l’omet dans les autres cas. On dira donc « La famille Villepin » et non « La famille de Villepin ».

Lorsque le nom est monosyllabique, on conserve la particule dans tous les cas mais on l’écrit différemment selon de contexte. Après un « de » ou un « du », on utilisera la majuscule. On écrira donc « Le discours de De Gaulle… » et « Le discours prononcé par de Gaulle… ».

Référence : Morillot J. Petit « d » pour un grand homme. La Revue 2014; 41: 129.


 
En dollars constants, la rémunération — salaire, bonus et participation au capital-actions — versée aux patrons de 350 plus grandes sociétés américaines atteint en moyenne la somme de 15,2 millions$ en 2013, soit moins qu’avant la Grande récession (18,5 millions$ en 2007) et qu’en l’an 2000 (20,2 millions$).

Mais c’est quand même une majoration de 837% depuis 1978. Depuis 35 ans, le ratio du salaire d’un travailleur moyen par comparaison avec celui d’un P.D.G. d’une grande entreprise, est passé de 1/30 à 1/295.

Référence : P.-d.g. et heureux de l’être


 
Pendant quatre siècles, le port de Macao — situé dans le sud de la Chine — fut une colonie portugaise. En 1999, au moment de sa rétrocession à la Chine, la principale activité économique de la ville était le secteur des jeux de hasard.

Deux ans plus tard, le gouvernement chinois refusait de renouveler la concession accordée au principal propriétaire de casinos de la ville. Cette nationalisation s’est avérée extrêmement profitable pour l’État. En effet, l’industrie du jeu est en croissance rapide depuis que les nouveaux riches chinois peuvent maintenant se rendre librement à Macao pour y miser une partie de leur fortune.

En 2005, les mises y égalaient celles de Las Vegas (5 milliards$). En 2007, elles avaient doublé, à 10,5 milliards$. Aujourd’hui, on estime qu’on y mise quatre fois plus d’argent que dans l’ancienne capitale mondiale du jeu.

Là où Las Vegas domine encore, c’est dans cette association réussie entre le jeu et les arts du spectacle.

Références :
Chine : un siècle de photos par National Geographic
Macao


 
Selon une étude réalisée conjointement par l’Université de Montréal, le Centre hospitalier Sainte-Justine et l’Université du Michigan auprès de 991 filles et 1006 garçons du Québec, l’exposition à la télévision dès l’âge de deux ans est lourde de conséquences pour les enfants, principalement en raison de son encouragement en faveur d’un mode de vie passif.

Chez les enfants d’âge préscolaire, chaque heure passée devant la télévision favorise la sédentarité et la consommation d’aliments mauvais pour la santé — notamment ceux annoncés — augmente conséquemment l’indice de masse corporelle et le risque de victimisation par les camarades de classe. De plus la fréquentation télévisuelle correspond à une diminution future de l’intérêt en classe et de la réussite en mathématique (sans effet négatif sur l’apprentissage de la lecture).

Référence : L’exposition précoce à la télévision a des effets négatifs et durables sur les jeunes enfants


 
On doit distinguer le cauchemar du mauvais rêve. Les agressions physiques sont les thèmes les plus souvent rapportés dans les cauchemars : les mauvais rêves sont surtout caractérisés par des conflits interpersonnels.

Après avoir analysé près de 10 000 rêves, Geneviève Robert et Antonio Zadra, chercheurs au département de psychologie de l’Université de Montréal, concluent que les cauchemars ont une portée affective plus grande que les mauvais rêves. Même si la menace de mort est un thème courant dans les cauchemars, la peur n’est pas toujours au rendez-vous, puisqu’elle est absente de la plupart des scénarios de mauvais rêves et du tiers des cauchemars.

Les hommes rêvent plus souvent aux désastres, aux calamités, aux invasions d’insectes ou de vermine que les femmes. Celles-ci ont tendance à mettre en scène des conflits interpersonnels plutôt que des agressions physiques.

Référence : Les agressions physiques sont des thèmes récurrents des cauchemars


 
La chirurgie a accompli d’immenses progrès au cours de la Première Guerre mondiale, en dépit de son caractère expéditif.

Si ce conflit a fait 18,6 millions de morts, il a aussi fait 21 millions de blessés. On estime que les soldats blessés le sont sept ou huit fois avant de quitter le front définitivement.

Références :
Cent ans de guerre
Pertes humaines de la Première Guerre mondiale


 
En 2009, Toronto devenait la première ville en Amérique du Nord à avoir instauré l’obligation de prévoir un toit vert pour tous les nouveaux bâtiments résidentiels, commerciaux et institutionnels de plus de 2000 mètres carrés.

Selon les exigences de la ville, la surface recouverte d’un toit vert devra être comprise entre 20 et 60%, en fonction de la taille du bâtiment.

Références :
Toitures végétalisées obligatoires à Toronto
Toronto: première ville nord-américaine à exiger des toits verts


 
Pourquoi un Biergarten s’appelle-t-il ainsi ? Au XVIe siècle, en Allemagne, on interdit la fabrication de la bière l’été : à l’étape préliminaire de l’ébullition de l’eau, les feux causent trop d’incendies.

Les brasseurs doivent donc fabriquer de la bière l’hiver et l’entreposer au frais jusqu’à l’été.

Afin de protéger les caves des rayons chauds dès le printemps, les brasseurs découvrent le marronnier. Ses larges feuilles forment un couvert végétal opaque et ses racines horizontales n’endommagent pas les caves. De plus, sa floraison s’amorce en même temps que la saison des pique-niques.

Il n’en fallait pas plus pour que des brasseurs aient l’idée d’installer des banquettes et des tables directement au-dessus des caves — et donc sous les marronniers — pour que le jardin de la bière (ou Biergarten) soit né.

Référence : Hassert N. Bière et marronniers, une histoire d’amour. Quatre-temps 2014; vol. 38 no 2: 12.


Liste de tous les faits divers (des plus récents aux plus anciens)

Faits divers No 21
Votre évaluation :

2 commentaires à Faits divers No 21

  1. sandy39 dit :

    ENTRE FOURMI ET CIGALE ?

    Je suis plutôt une Fourmi, dans la Vie, en beaucoup de choses même si parfois, émotions réunies, je peux être tout feu, tout flamme…

    Julien… le chanteur que j’adore aussi… avec ses cheveux bouclés, tressés ou… dorés, est l’Arrière-arrière-petit-neveu de Gustave !

  2. sandy39 dit :

    POUR JOUER AU MEDECIN DE L’AME…

    Sans pouvoir, ni chercher à tout interpréter, les Ruptures aussi bien en Amitié qu’en Amour ; les Rêves ont leur cheminement , je pense vers la Guérison.

    Premières Amitiés, Premiers Amours ressortent, à leur façon, dans nos nuits pleines de Rêves… Bref, j’en ai eu qui ont duré pendant plus de vingt ans…

    Il y a aussi les Rêves que l’on fait enfant, pendant toute l’Enfance…

    Je crois qu’il y a beaucoup de Manque de Confiance en Soi…

    Et, quand on est Ado, que l’on porte des appareils dentaires, on rêve qu’on en tire des fils de fer !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :