Le Papillon-hibou

Face dorsale du Papillon-Hibou
Vu de côté
Vu de face
Papillon-hibou en train de pondre
Chenille du Papillon-hibou
Face dorsale du Papillon-Hibou
Œil à facettes du papillon

D’une envergure de 10 à 13,5 cm, le Caligo eurilochus — surnommé Papillon-hibou ou Papillon-chouette — doit son surnom à la face ventrale de ses ailes, qui rappelle le plumage de ces oiseaux rapaces, et qui est décorée de deux larges ocelles servant de leurre contre ses prédateurs éventuels.

Au contraire, la face dorsale de ses ailes — brune et noire avec des reflets bleutés chez les mâles — est beaucoup moins terrifiante. Voilà pourquoi ce papillon préfère garder ses ailes fermées lorsqu’il ne vole pas.

Ses pattes antérieures sont tellement atrophiées, qu’on croirait qu’il n’en a que quatre.

Vivant moins de sept semaines, ce papillon est commun dans les forêts humides des côtes d’Amérique latine et ce, jusqu’à 1600 mètres d’altitude.

Entre autres, le Papillon-hibou adore les bananiers. Sa femelle pond ses œufs sous leurs feuilles. Trois ou quatre semaines plus tard, à l’éclosion, les chenilles s’en nourrissent alors que le papillon adulte raffole du jus des bananes bien mûres tombées au sol. Pour ces raisons, ce papillon cause de sérieux dommages économiques aux plantations d’Amérique centrale.

C’est un papillon peu sauvage, qui se laisse facilement approcher. La dernière photo de cette série a été prise alors que l’un d’eux s’était accroché à mon bas de pantalon (qu’il refusait de quitter). J’ai marché quelques pas afin de m’assoir et de le photographier à plusieurs reprises en mode macro. Je vous invite à cliquer sur ses photos pour les observer de plus près.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs Lumix 30 mm F/2,8 (5e photo), M.Zuiko 40-150 mm + multiplicateur de focale MC-14, et M.Zuiko 60 mm Macro F/2,8 (les autres photos)
1re photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 250 — 60 mm
2e  photo : 1/200 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 60 mm
3e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 500 — 60 mm
4e  photo : 1/160 sec. — F/5,6 — ISO 2500 — 60 mm
5e  photo : 1/60 sec. — F/5,6 — ISO 2500 — 30 mm
6e  photo : 1/250 sec. — F/4,0 — ISO 640 — 105 mm
7e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 1250 — 60 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés aux papillons, veuillez cliquer sur ceci

Le Papillon-hibou
5 (100%) 1 vote

6 commentaires à Le Papillon-hibou

  1. sandy39 dit :

    POUR UN PAPILLON VRAIMENT CHOUETTE…

    De nombreux petits tours au Jardin des Petites Bêtes munis de vos Objectifs font que les Commentaires ou les Petites Histoires qui les accompagnent, se multiplient de jour en jour…

    Non, mais c’est vrai, si vous cherchez à ouvrir vos Objectifs pour saisir les Couleurs de certains êtres vivants, j’irais, moi, jusqu’à épingler les mots de la langue française, pour joindre les Couleurs du Papillon à celles de nos Vies…

    Ici, peu de Couleurs à mettre en scène si ce n’est le Côté Rapace pour un Papillon !

  2. S Villeneuve dit :

    Est-ce normal d’avoir des papillons hibou au Québec ?

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Non. En liberté, les six sous-espèces du Papillon-hibou se rencontrent entre le Guatemala (au Nord) et la Bolivie (au Sud).

      • S Villeneuve dit :

        J’ai un papillon hibou vivant à Joliette, Québec.

        C’est bizarre.

  3. M dit :

    Combien de temps peut vivre ce papillon ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :