La Havane-II : De Montréal à La Havane

 

 
Cette vidéo comporte deux parties. La première résume le début de mon deuxième voyage à La Havane, le 29 octobre 2013; il s’agit du vol de Montréal à La Havane, avec escale à Toronto.

De 1:13 à 1:17, on voit un exemple de feux de circulation à Cuba qui indique, lorsqu’il est rouge, le temps qui reste à attendre, en plus d’indiquer, lorsqu’il est vert, le temps pour traverser la rue.

La dernière partie de la vidéo présente la Casa particular — ce qui signifie Maison d’un particulier — où j’ai habité au cours des trois semaines que j’ai passées dans la capitale cubaine. J’y suis arrivé dans la nuit : les photos ont été prises plus tard, en plein jour.

Il s’agit d’une bâtisse avec des plafonds à 7 mètres de hauteur, dont les fenêtres ne sont jamais fermées hermétiquement. Des volets permettent de bloquer les rayons solaires mais l’air ambiant y circule librement.

Le gazouillis qu’on entend de 1:34 à 1:40 n’est pas celui des Diamants de Gould, mais plutôt celui de votre humble serviteur. Ce sifflement avait immanquablement pour effet d’attirer la curiosité du pinson mâle qui s’approchait alors des côtés de la cage, comme pour dire : « Mais veux-tu me dire ce qu’il raconte… ».

Dans le coin de la toilette (à 1:55), la petite corbeille à papier est tapissée d’un sac de plastique. Elle est destinée à recevoir le papier hygiénique souillé. En effet, à Cuba, le débit de la chasse d’eau n’est pas très puissant et la toilette se boucherait si on y jetait ce papier.

La dernière photo est celle de ma chambre.


Voir aussi :
Liste des diaporamas du premier voyage à La Havane
Liste des diaporamas du second voyage à La Havane

La Havane-II : De Montréal à La Havane
Votre évaluation :

8 commentaires à La Havane-II : De Montréal à La Havane

  1. sandy39 dit :

    Comment se sent-on, quand on tient, du bout des doigts, la bonne destination pour changer, pendant 23 jours de direction ?

    Qui dit classe économique dit voyage à prix doux ?

    A l’arrivée, vous êtes séduits par le chant des pinsons. N’était-ce pas l’idée de la propriétaire de vous embobiner dès le premier jour ?

    Enfin, vous pensez à dévoiler votre chambre !

    Combien de marches à grimper pour monter se coucher ?

    Mais, je préfère les escaliers en bois car entendre le bruit de nos pas, à chaque marche, quelle chaleur !

    • En effet, il y a de grandes différences de prix entre voyager en classe affaires et en classe économique : 1 585$ vs 636$. Il y a même des différences appréciables selon les jours de la semaine choisis pour voler vers Cuba.

      Je dois réitérer que les photos de la Casa particular n’ont pas été prises à mon arrivée. Les pinsons, par exemple, ont été achetés au 13e jour de mon séjour.

      Arbitrairement, j’ai choisi d’ajouter ces photos dans ce diaporama-ci afin de donner un aperçu de la qualité de vie possible lorsqu’on choisi de demeurer chez l’habitant.

      Pour revenir aux pinsons, la décision d’en offrir à mes hôtes est un choix personnel. La maîtresse de maison était même un peu réticente au début parce que des oiseaux, ça disperse des écales de graines autour de leur cage. Or celle-ci est une maniaque de la propreté; les planchers de toute la maison sont lavés à tous les jours. Mais très tôt, elle s’est attachée à ces oiseaux, de même que son petit-fils (qu’elle adore) et qui venait souvent se faire garder par sa grand-mère.

      Tout l’appartement était situé au premier étage, y compris les trois chambres destinées à accueillir des touristes. Il y avait donc une trentaine de marches entre le rez-de-chaussée et l’appartement ou ma chambre.

      Pour ce qui est du bois, c’est un matériau rare à Cuba. Au Québec, l’immense majorité des maisons sont en bois, recouvertes de briques. Dans les quartiers touristiques de La Havane, il s’agit d’une maçonnerie de pierre, probablement plus résistante aux tornades.

      Dans l’immeuble en construction en face de l’endroit où j’habitais, les murs étaient entièrement constitués de blocs de béton ajourés.

      Le bois est donc réservé aux portes, aux poutres des plafonds, aux volets des fenêtres, et au mobilier.

  2. sandy39 dit :

    Sacrée différence de prix !

    J’espère qu’avec une propriétaire aussi maniaque, vous avez réussi à passer un séjour agréable.

    Il aurait manqué plus que ça, qu’elle vous gâche vos vacances, avec ses exigences !

    Et on peut dire que vous êtes observateur jusque sur les matériaux…

    Pour ne rien perdre de ces détails, vous alliez photos et mots pour tresser la bonne maille.

    Alors, à Nous, de démêler tout ça, dans nos commentaires sympas, avec la bonne aiguille ! Pour partager Impressions et Emotions…

    Moi, si je m’emmêle les pinceaux, je démêle les Emotions avec un stylo, dans le Creux de ma Main (Majuscules : je vous expliquerai plus tard, individuellement !…) et je diffuse mes Impressions du bout de mes doigts.

    Quelle Magie !

  3. sandy39 dit :

    QUAND UN PETIT BOUT DE DOIGT M’INSPIRE DES LE MATIN…

    Envoles-moi… sur des paroles de chansons !…

    Regardes là-bas au bout de mon doigt !…

    Car je tiens dans le Creux de ma Main, la bonne destination, pour changer, pendant 23 jours de Destin, sans serrer les poings… Parce qu’on ne peut rien tendre les doigts pliés !

    Quand on ouvre nos Mains, à peine un geste pour un autre Monde…

    Un petit geste humain à conserver, dans un Ecrin, sans limitation de durée !

  4. Irène Cartier dit :

    Bonjour:

    Est-ce qu’on peut savoir le nom de la casa particular et le prix pour une personne seule.
    Merci.

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Cette Casa particular était la Juan Carlos House située au 1er étage du Calle Crespo 107 (c’est-à-dire du 107 de la rue Crespo). Ce logement est situé entre les rues Colon et Trocadero, dans le quartier de Centro.

      La réservation a été effectuée par l’intermédiaire de ‘Rent Cuban House’.

      Le propriétaire de cette casa s’appelle Juan-Carlos Peña. Il parle l’anglais en plus de l’espagnol. Son épouse parle un anglais très rudimentaire. D’après ce que j’ai compris, ce serait un entrepreneur en construction. C’est un couple charmant.

      En octobre 2013, j’ai voyagé seul et j’ai payé 25 pésos convertibles par nuit. Cela comprenait le petit déjeuner.

      Si vous y allez, informez-vous pour savoir si les pinsons sont encore vivants (ce dont je doute). Faites-le moi savoir; j’ai des graines pour pinsons à leur donner (cela est onéreux à La Havane). Cela vous fera un cadeau à leur apporter.

      • Irène Cartier dit :

        Merci. Je pense y aller seule à Cuba pour une semaine durant l’hiver 2017. Est-ce que tu seras là.

        Bye

      • Jean-Pierre Martel dit :

        Après deux voyages qui totalisent six semaines, je crois avoir fait le tour des quartiers touristiques de la capitale cubaine.

        J’y retournerai peut-être un jour, mais pas prochainement.

        Je vous souhaite un bon voyage.

        Vous allez y être à un moment charnière du pays; alors qu’elle a conservé intact ce qui la rend unique et alors que ses habitants sont encore ouverts face à un tourisme de masse un peu envahissant dont ils pourraient un jour se lasser.

        C’est une ville très sécuritaire. Et y voyager seule vous permettra d’être à l’affut de tout ce qui la rend extraordinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :