Voyage à La Havane-II : Jour 20

Ayant consacré mon samedi soir à voir deux spectacles (un opéra et un gala en hommage aux Beatles), j’ai n’ai eu le temps de rédiger mon compte-rendu quotidien que le dimanche matin. Si on ajoute l’heure à publier mon texte — la connexion internet étant soudainement redevenue lente à l’hôtel Parc central — et la demi-heure consacrée au repas du midi, je suis devenu disponible à visiter la ville que vers 14h.

cb170583
 
Le repas du midi a été pris au restaurant Paseo y Neptuno : calzone aux légumes et verre de vin rouge pour 10$ (sans le pourboire).

Ayant décidé de revoir dès 17h la production havanaise du Vaisseau fantôme de Wagner, je saute dans un taxi pour me procurer un billet au Théâtre national et pour visiter le Monument à José Martí, également situé à la place de la Révolution.

Mais le monument est fermé le dimanche. N’ayant pas le temps d’entreprendre un autre projet de visite, je retourne à la maison afin de me prendre une pile supplémentaire pour mon appareil-photo.

C’est alors que je suis confronté à un problème que vous aurez à vivre si vous décidez de visiter La Havane : l’impossibilité de prendre un taxi à la place de la Révolution et ses environs.

L’offre de taxi est abondante à La Havane. Les chauffeurs que vous croiserez un peu partout prendront même l’initiative de vous offrir leurs services. Sauf à la place de la Révolution. Les bureaux du ministère de l’Intérieur et ceux de la Défense nationale s’y trouvent : pour des raisons de sécurité, les autorités ont décidé que les taxis ne s’y arrêteraient pas pour prendre de passagers.

Avant 18h, celle-ci est desservie par les HabanaTourBus (aux trente minutes). Après 18h, même au terminus d’autobus situé à proximité, vous pourrez monter à bord des autobus qui desservent ce terminus. Mais aucun autre mode de transport.

Jeudi soir, après être descendu du dernier HabanaTourBus afin d’acheter des billets au Théâtre national, j’ai probablement marché 1,5km le long du Paseo (une des deux plus importantes voies de circulation nord-sud du quartier de Vedado) avant de finalement trouver un taxi disponible.

Le Théâtre national est une des plus importantes salles de spectacle de la ville. On y présente des opéras, des zarzuelas (des opérettes en espagnol) et des concerts de musique symphonique. À la sortie d’un spectacle, votre seule alternative à la marche sera le taxi illégal.

Tous les guides touristiques vous mettront en garde des risques d’accepter l’offre de taxi de simples citoyens. Comme dans toute autre ville, vous pourriez tomber sur n’importe qui, et plus spécifiquement sur des malfaiteurs. Mais à la place de la Révolution, vous n’aurez pas le choix.

Ceci étant dit, cela est comme la mise en garde relative à l’eau potable. Les guides ne recommandent que l’eau embouteillée (dont vous aurez débouché vous-mêmes le contenant). Pourtant, tous les Mojitos et les Daïquiris sont faits avec de la glace. Donc pour connaître le goût authentique de ces cocktails, vous aurez à prendre des risques. C’est la même chose pour les taxis.

L’an dernier, en trois semaines à La Havane, je n’ai pris aucun taxi illégal. Cette fois-ci, j’en ai pris quatre. J’entends déjà les reproches que certains pourraient m’adresser. Toutefois on doit comprendre qu’à titre d’auteur — qui vous présente la capitale cubaine hors des sentiers battus — j’ai à prendre des risques qui vous permettent de juger jusqu’où vous pouvez aller.

Après cette longue digression, revenons au vif du sujet.

cb170670
 
Donc de 17h à 20h, j’ai assisté à la dernière des trois représentations du Vaisseau fantôme de Wagner. Contrairement à hier, certains instruments à cordes n’étaient pas parfaitement accordés. Cela ne sonnait pas faux, mais c’était un tantinet à côté de la note, ce qui donnait à l’orchestre un son très légèrement acidulé qui me rappelait la musique de certains films des années 1930.

Tout comme hier, les chœurs ont été remarquables et les principaux chanteurs, aussi bons.

cb170722
 
Puis j’ai pris un taxi (illégal) pour le restaurant Los Nardos, en face du Capitolio. Gaspacho, paella et verre de vin rouge pour 11$ (sans le pourboire). À noter : l’intérieur de ce restaurant est principalement éclairé par les chandelles aux tables. Le temps d’exposition de la photo ci-dessus, prise à main levée, est d’un cinquième de seconde. Ce qui en dit long sur les performances exceptionnelles du stabilisateur d’image de l’appareil que j’utilise.

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 40-150 mm R (deuxième photo) et Lumix 12-35 mm F/2,8 (les deux autres photos)
1re photo : 1/30 sec. — F/5,6 — ISO 6400 — 23 mm
2e  photo : 1/80 sec. — F/4,0 — ISO 2000 — 40 mm
3e  photo : 1/5 sec. — F/5,6 — ISO 6400 — 13 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à La Havane, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Voyage à La Havane-II : Jour 20
Votre évaluation :

2 commentaires à Voyage à La Havane-II : Jour 20

  1. Marcos dit :

    Hola, j’ai bien ri de ta description ingénue de la banderoles patriotique agitée sur une scène d’opéra. À Cuba rien n’est pareil qu’ailleurs de toutes les façons.

    Merci pour l’indication détaillée du nom des rues le nom des artères de la ville.

    Pour ce qui est de l’illégalité des taxis, je t’en félicite : Que peut-il t’arriver ?

    D’ailleurs quand de nuit, on fait signe à un véhicule, il est difficile de savoir dans la lueur des phares qui va vous prendre ou ne pas vous prendre. Une seule fois le chauffeur occasionnel ne m’a pas rendu la monnaie sur 50 cup (monnaie nationale). Je lui devais seulement 10 cup. J’ai donc perdu 40 cup soit 1,50 euro : la belle affaire.

    Mais la plupart du temps ils sont corrects et appliquent le tarif des “almendrones”

    Adiosito: Marcos

  2. sandy39 dit :

    Deux belles assiettes et leur contenu si bien immortalisés par d’exceptionnelles performances…, nous mettant en appétit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :