FrancoFolies 2013 : Jour 7

Eiffel, à l’issue de leur spectacle
Hôtel Morphée
Zachary Richard
La Femme
KGA
Canailles

Aux FrancoFolies de l’an dernier, j’avais été renversé de voir le groupe rock Eiffel, pourtant très connu en France, mais dont je n’avais jamais entendu parler.

Pour rien au monde, je n’aurais manqué leur retour à Montréal cette année. Donc contrairement à mon habitude, c’est par un spectacle en salle que j’ai fait débuter ma soirée.

L’Astral est une salle de 320 places assises ou de 600 places debout. Ce soir, la salle est en configuration banquet, c’est-à-dire qu’au parterre, les sièges sont regroupés quatre par quatre autour de tables.

Je m’y suis présenté quarante-cinq minutes avant le spectacle. Je me suis procuré un billet (il en restait). Et comme l’admission était générale (à 27,50$, soit 20 euros), j’ai choisi la meilleure table, à deux mètres de la scène, un peu à la droite du micro principal. Puis j’ai attendu le début du spectacle en prenant mon repas du soir.

Le grand avantage de l’océan Atlantique, c’est qu’il est très vaste. Des artistes européens peuvent devenir d’immenses vedettes chez eux tout en demeurant tout à fait inconnus du public québécois. Et lorsqu’ils ont acquis la pleine maturité de leur art et remplissent des stades entiers en France, nous pouvons, ici, nous pointer paresseusement 45 minutes avant un spectacle et obtenir les meilleures places sans avoir à passer la nuit au froid dans un sac de couchage devant le guichet de la billetterie.

Que voulez-vous; le monde est injuste…

Vous dire que ce spectacle rock fut bon serait un euphémisme. À part une improvisation un peu faible du guitariste — qui donnait l’impression que le pauvre type se tordait de douleur, les doigts restés coincés dans son instrument — tout le reste fut impeccable. Le chanteur Romain Humeau fut tantôt fauve rugissant, tantôt félin charmeur, parfois cabotin, souvent revendicateur, et toujours en pleine possession de ses moyens. Bref, du grand Art.

La deuxième partie du spectacle fut consacrée au groupe Hôtel Morphée. Il s’agit d’un groupe ambitieux, lauréat 2010 au Festival de Granby, formé de plus d’une dizaine de musiciens probablement de formation classique. Leur musique est volontairement dissonante. Chez eux, cette dissonance n’est pas utilisée de manière expressive (comme chez Gesualdo) mais comme matériau musical ordinaire comme il l’est dans la musique atonale. Je suis parti après quinze minutes.

En grande vedette sur la Place des festivals, Zachary Richard terminait son spectacle devant une foule nombreuse acquise au chanteur franco-louisianais.

À 22h les festivaliers étaient sollicités par deux formations. Sur la scène Loto-Québec, le groupe français La Femme joue une musique estivale et dansante qui semble écrite pour la plage. Pendant ce temps, le collectif montréalais KGA présente un spectacle hip-hop extravagant et haut en couleur.

À 23h, je quitte à regret le joyeux groupe Canailles qui, sur instruments acoustiques, joue de la musique bluegrass, folk, cajun et blues.

Mon spectacle préféré de la soirée ?  Devinez…

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35 mm F/2,8 (les deux premières photos) et objectif M.Zuiko 40-150 mm R (les quatre dernières photos)
1re photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 320 — 27 mm
2e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 14 mm
3e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 2500 — 145 mm
4e  photo : 1/100 sec. — F/4,3 — ISO 1250 — 53 mm
5e  photo : 1/125 sec. — F/4,6 — ISO 800 — 66 mm
6e  photo : 1/80 sec. — F/4,0 — ISO 1600 — 40 mm

FrancoFolies 2013 : Jour 7
Votre évaluation :

11 commentaires à FrancoFolies 2013 : Jour 7

  1. pierre pinsonnault dit :

    Coudon, M. Martel, vous en savez des choses ! Être en mesure d’analyser différents spectacles de musique comme vous le faites me semble le propre d’un musicien.

    L’idée me vient soudainement de vous demander si d’analyser les derniers matches des séries. Ainsi, au lieu de se limiter comme le soussigné à dire trop généralement “oh combien le dernier match qui se termina 5 à 4 pour Chicago contre Boston fut époustouflant avec des joueurs au sommet de leur art et de leur forme physique, il ne faut surtout pas manquer de regarder la prochaine partie!!!”, je suis certain qu’on aurait droit à des remarques pertinentes qui pourraient nous servir de surcroît pour les suivantes et ce, même si vous ne vous connaissez pas trop le hockey.

    Et je signe : un de vos lecteurs assidus. PP

    • Ce pense que cela serait mieux si je faisais plutôt la description d’une symphonie de Beethoven comme si c’était une partie de hockey. Imaginez…

      « Oh les premiers violons s’emparent de la mélodie. Ils sont rejoints pas les violoncelles. Le thème dévie vers le hautbois pour revenir soudainement à la harpe. Et c’est une montée vers le chef d’orchestre, les musiciens sont déchaînés et OOOoooh la belle passe manquée aux trompettes.

      Le jeu reprend de plus belle mais s’arrête soudainement; punition à grosse caisse pour rudesse… »

      Etc. Etc.

      Il me semble que cela serait plus intéressant… 😉

  2. sandy39 dit :

    Dîtes donc, vous pensez à moi quand vous dîtes que le Monde est injuste !

    Et moi, je devine, sans chercher plus loin, que c’est une fois de plus, le groupe Eiffel qui vous a renversé et non pas jeté par terre, comme l’an dernier ! Le spectacle ROCK !

    Vous m’étonnez quand vous dîtes que certains artistes européens peuvent devenir d’immenses vedettes chez eux tout en demeurant tout à fait inconnus du public québécois. Et, à quoi est-ce dû ?

    Le chanteur Romain Humeau a su vous séduire, vu tous les qualificatifs que vous lui attribuez. Et ce, certainement dû à leurs nombreuses collaborations… Je pense même qu’ils ont chanté “A tout moment la rue”…

    Un Art où les frontières et bien d’autres choses s’abaissent… tout en gardant à l’Esprit que l’on a Tous quelque chose à apprendre de quelqu’un et à partager. C’est un boulot où chacun apporte son grain et où l’Union fait la force pour transmettre le meilleur d’eux-mêmes. Et leur inspiration, se puise et s’obtient selon aucune règle connue.

    Leur dernier album “Foule Monstre” est dédié à des artistes disparus. Pour moi, les paroles de cet album sont juste une recherche de mots pour répondre (ou essayer) à la Peur, à la Crainte que l’on a de la Mort.

    Parce qu’au fond, nous dit Romain Humeau “On prend Tous le même train”.

    Dans la chanson “Milliardaire”, on trouve des mots comme “Être orphelin de tes vacarmes…”, qui me touchent énormément, sans avoir pourquoi, ni d’où ça vient !

    QUAND L’ART NOUS CONFRONTE…

    PETITE PARENTHESE : J’avais déjà écrit quelques unes de ces phrases chez votre confrère Etienne Savignac. Il a écrit plusieurs articles sur la Nostalgie, le Temps, la Mort…

    MAIS, Il se retrouve, aujourd’hui, très mal avec que très peu de temps à vivre. MALHEUREUSEMENT, ses jours sont comptés et son Blogue est devenu “LE BLOGUE DU CONDAMNÉ”, sans commentaire.

    Alors, DOMMAGE que les quelques réflexions échangées, juste quelques mots échangés avec Lui n’aient pas réussi à emporter avec eux tous les maux du Monde… C’est encore injuste !

    • Dîtes donc, vous pensez à moi quand vous dîtes que le Monde est injuste !

      Oui, absolument. 😉

      Vous m’étonnez quand vous dîtes que certains artistes européens peuvent devenir d’immenses vedettes chez eux tout en demeurant tout à fait inconnus du public québécois. Et, à quoi est-ce dû ?

      Pour la chanson française, en dehors de la France, de la Belgique et de la Suisse, les compagnies de disque font très peu de promotion dans le reste de la Francophonie, estimant les coûts prohibitifs.

      Je pense même qu’ils ont chanté “A tout moment la rue”…

      Oui, et le chanteur Romain Humeau a même fait la grève durant cette chanson. Désirant que l’assistance réponde « NON ! » plus fort, en écho à « À tout moment la rue peut te dire NON », il a descendu de la scène, est venu s’asseoir dans l’assistance — en fait à la table à côté de la mienne — et a annoncé, à la blague, qu’il ne bougerait pas de là tant que les gens ne participeraient pas d’avantage.

      Il a incliné le dossier de sa chaise, continué à chanter cette chanson (à voix basse). Et comme les gens se sont alors désinhibés, il est remonté sur scène peu après pour terminer cette chanson et continuer le spectacle.

      J’ai pris quelques dizaines de photos lors de ce spectacle. Je pourrais en faire un diaporama. Mais, comme Romain Humeau, je ne veux pas m’imposer cette corvée si elle n’est souhaitée que par une ou deux personnes. Alors on va faire ceci : si dix personnes réclament ce diaporama ici, à la suite du présent texte, je le ferai. Donc je compte sur vous, Sandy, pour mobiliser les fans d’Eiffel…

  3. sandy39 dit :

    QUAND L’ART NOUS RENCONTRE ET NOUS DELEGUE SES POUVOIRS SI MYSTERIEUX…

    Vous n’êtes pas comme Manu : avoir attendu si longtemps pour m’appeler par mon petit nom ! Charmant !

    Et maintenant, avec RENCONTRE rime SEDUCTION et moi, de quoi puis-je disposer devant de telles PROPOSITIONS ?

    Disposer d’un pouvoir de dire OUI ou NON ?

    Devant l’Art où paroles et Musique nous transfèrent de l’autre côté de l’Atlantique -Pardon !-, nous transfèrent, à travers les Hémisphères, restant fidèles à la Blogosphère, allant nous-mêmes à contre courant, quand nos propres sentiments, joints au Temps, jouent contre Nous. Alors, arrêtons le Temps et jouons avec Lui car c’est notre Ami !

    Si je vous dis OUI, il nous faut aussi en attendre d’autres pour que vous diffusiez votre diaporama.

    Vous avez fini de dire “M’épargner cette corvée !” Mais, ce n’est que du Bonheur ! Oui, je sais, il vous faut du Temps, de l’Idée, du Goût, du Plaisir… mais aussi quelques membres ou Acteurs dans l’Aventure du Monde et du Partage de ses richesses.

    Alors, pour en partager encore plus, sur un petit air de “A tout moment la rue”, je vous dit OUI !

    ET pour conclure, je lance un avis de recherche pour que quelques petits Terriens Amateurs puissent se joindre à Nous, pour nous inscrire, Tous ensemble, dans l’Enigme de la Vie, sur l’Echelle du Temps !

    PETIT DETAIL HORS SUJET : Mr Savignac va très bien mais quel Vertige quand nous sommes pris dans le tourbillon des émotions que procurent les MOTS !

    • Si je vous dis OUI, il nous faut aussi en attendre d’autres pour que vous diffusiez votre diaporama.

      C’est plus simple que vous pensez. Je présume qu’Eiffel possède un Fan Club. Alors vous les contactez sur Twiter, Facebook, etc.

      Si neuf autres personnes, dans ce fil de discussion, publient chacun un court message du genre “J’aimerais voir vos photos d’Eiffel à Montréal“, ou “J’aimerais que vous publiez un diaporama de vos photos d’Eiffel“, ou n’importe quoi d’analogue, voilà c’est fait.

      Le demandeur ou la demanderesse n’a pas besoin de se justifier : son message peut donc être bref.

      Neuf autres personnes sur 66 millions de Français, ce n’est pas la mer à boire, quand même.

      Voyons Sandy… un petit effort. Il faut bien mériter cette petite gâterie visuelle, n’est-ce pas ? 😉

  4. sandy39 dit :

    STOP ! Cette fois, je dis NON !

    Ne comptez pas sur Moi pour aller sur Facebook ou Twitter…

    Sur 60 millions de français, suis-je donc la seule, réceptrice de telles propositions ? Cela ne me séduit pas du tout !

    Je tiens encore à ma peau ! Même si j’ai toujours dit : “Ne prendre que la Culture ” à mes Enfants et Moi-même.

    Limiter les plaisirs et se donner les moyens pour ne pas aller plus loin : telles étaient mes idées, ou convictions ; et je ne déborderai pas ou tâcherai de ne pas en déborder !

    Restant entièrement d’accord que Echange et Partage représentent le maximum et le meilleur de nous-mêmes, à donner, même à distance.

    Vous ne pensez tout de même pas me faire craquer – je dirais, me faire faire plus que je n’en avais envie au départ- , avec votre beau sourire et vos belles phrases?

    Le “Voyons Sandy…” me plaît beaucoup mais, en conclusion, je pose cette question : ” Mais, au fond, qui sommes-Nous, pour être en état de tout accepter ?”

  5. sandy39 dit :

    JOUONS ENCORE AVEC LES MOTS…

    OUF ! Toujours un sourire m’est destiné et toujours le bienvenu !

    Car, j’avais bien peur de faire remuer Océans et Relais, à grands coups de vents, affolant les Hémisphères se retournant eux-mêmes contre la Terre entière.

    Ayant exprimé un refus en employant des mots forts, je ne savais comment attendre votre retour ! Sans me sentir agressée, j’ai éprouvé le besoin de me défendre en mettant des limites.

    J’ai aussi bien ri en pensant à ceux qui vont nous lire et qui peut-être se diront : “A quoi on joue ?”, vu les mots utilisés…

    Mais de nombreuses questions me trottent encore dans ma tête. Si vous avez des photos, attendez-vous une quelconque autorisation pour diffuser votre diaporama ?

    Serait-ce donc plus simple d’habiter en France, vu qu’ils y sont vedettes ?

    PETITE REMARQUE : Si jouer avec les mots pimente nos Vies, je crois même que les mots nous aident à jouer au-delà du PARAITRE !, vu l’envie que vous auriez eue de me déléguer certains pouvoirs…

  6. M.Martins dit :

    Vous lire, ça me provoque une profonde satisfaction… Je suis bien content de vous avoir trouvés. Oui, c’est comme écouter une portion de musique classique. Merci

  7. sandy39 dit :

    Si je possède certaines armes, notamment certains mots pour faire danser le Monde, Manu n’en a que pour Moi !

    Et Moi, Ecrire -parce que moi j’écris tout avant de taper sur les touches !-, m’aiderait-il à combler Tout ce qu’il y avait de vide en Moi, depuis tant d’années…

    Quel Déclic ai-je eu pour faire parcourir au Monde des kilomètres de Vie, vêtus de rose !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :