L’acceptabilité sociale des projets miniers

2 février 2013

Gaspé vs Pétrolia

Afin de protéger ses sources d’eau potable, la municipalité de Gaspé a adopté le 19 décembre 2012, un règlement qui a pour effet d’empêcher la compagnie Pétrolia d’effectuer des forages en vue de l’exploitation d’un gisement qui pourrait renfermer plus de 7,7 millions de barils de pétrole.

Le 24 janvier 2013, la minière a suspendu ses activités dans les limites de cette municipalité, en dépit de son permis d’exploration émis par le gouvernement du Québec.

À mon avis, il s’agit d’une sage décision. Les ressources minières appartiennent à tous les Québécois. Conséquemment, il est normal que tout projet minier soit soumis à l’obtention d’un permis provincial puisque l’État québécois est le garant des droits de l’ensemble de la population. Mais cela n’est pas suffisant.

L’actualité quotidienne nous rappelle que les gouvernements — qu’ils soient provinciaux ou municipaux — sont sensibles au pouvoir de l’argent. Lorsque les activités d’une compagnie comportent des risques pour une population, il est essentiel que cette population ait un pouvoir décisionnel quant aux risques auxquels elle est soumise.

En d’autres mots, tout projet de développement doit être sujet à son acceptabilité sociale. Cet assujettissement garantit que la population affectée en retire des bénéfices.

Interdire l’uranium au Québec ?

D’autre part, j’apprends ce matin que des groupes environnementaux pressent le gouvernement Marois d’interdire l’exploitation de l’uranium au Québec, à l’exemple de l’état américain de Virginie.

Parmi les arguments contre cette industrie, on invoque que les résidus miniers laissés par cette industrie contiennent 85% de la radioactivité originelle. Comme argument, ce n’est pas fort; c’est tout de même 15% de moins qu’à l’origine.

La différence, c’est que la radioactivité originelle est enfouie alors que les résidus sont dans des monticules au niveau du sol. Il suffit d’obliger l’industrie à enfouir ses déchets pour qu’il n’y ait plus de problème.

Ceci étant dit, c’est aux communautés locales de décider s’il y aura exploitation minière ou non. Comme c’est le cas à Gaspé, où la ville ordonne à Pétrolia d’aller explorer ailleurs.

De la même manière, ce sont aux personnes affectées directement par l’exploitation de l’uranium de décider du sort de cette industrie chez eux. Pas aux habitants de Montréal ou de Québec, ni aux intellectuels bien intentionnés. Tout au plus, ces derniers peuvent prévenir les populations locales des dangers qu’elles courent afin de leur permettre de prendre une décision éclairée.

Conclusion

À mon avis, c’est de l’impérialisme culturel que de condamner une population autochtone, notamment, à la misère et de la sacrifier sur l’autel du développement « bon chic bon genre » que nous, étrangers, souhaiterions qu’ils aient. Si ces peuples eux-mêmes sont contre, parfait, il n’y aura pas d’exploitation minière. S’ils en veulent, c’est de leurs affaires, pas de la nôtre.

Références :
La Virginie tourne le dos à l’uranium
Pétrolia à Gaspé : Bernard Landry rappelle les écologistes à l’ordre
Pétrolia suspend son projet de forage à Gaspé

L’acceptabilité sociale des projets miniers
Votre évaluation :

2 commentaires

| Économie | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :